Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

L'agriculture, la clé du libre-échange en Afrique

Get monthly
e-newsletter

L'agriculture, la clé du libre-échange en Afrique

La transformation des systèmes agroalimentaires peut libérer le potentiel de l'Afrique.
Abebe Haile-Gabriel
Afrique Renouveau: 
28 Avril 2021
Une poulaillière au Kenya
FAO
The African Continental Free Trade Area aims to expand intra-African trade and boost economic growth. The agriculture sector provides the most fertile ground for these ambitions, argues FAO Assistant Director-General and Regional Representative for Africa, Abebe Haile-Gabriel.

La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) a le potentiel de sortir des millions de personnes de la pauvreté et de mettre fin à l'insécurité alimentaire chronique en Afrique. Toutefois, son succès repose sur la ratification et la mise en œuvre par les pays, en particulier dans le secteur agricole.

Abebe Haile-Gabriel
M. Abebe Haile-Gabriel, Sous-Directeur général et Représentant régional pour l'Afrique Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.

L'Afrique dépend de ses exportations vers le reste du monde de produits agricoles de base tels que le cacao, le café, le coton, le tabac et les épices pour générer les devises étrangères dont elle a tant besoin. Mais le continent est un importateur net d'aliments de base tels que les céréales, les huiles végétales, les produits laitiers et la viande.

La part du commerce agricole intra-africain dans le total des échanges agricoles africains reste constamment inférieure à 20 %, soit l'une des plus faibles de toutes les régions. Le commerce total entre les pays africains n'a représenté que 2 % au cours de la période 2015-2017, contre 67 % pour le commerce intrarégional entre les pays européens, 61 % pour l'Asie et 47 % pour les Amériques, selon l'organisation commerciale de l'ONU, la CNUCED.

La ZLECAf vise à changer cette situation. Il a créé la plus grande zone de libre-échange au monde, représentant un marché de 1,2 milliard de consommateurs, et engage les pays à supprimer la plupart des barrières tarifaires et non tarifaires afin d'améliorer la circulation des biens et des services entre les pays, stimulant ainsi la croissance économique.

Mais depuis que les échanges commerciaux dans le cadre de l'AfCFTA ont débuté le 1er janvier 2021, seuls 36 des 55 États membres de l'Union africaine ont ratifié l'accord.

L'importance de l'agriculture

C'est dans l'agriculture que les ambitions de la ZLECAf peuvent trouver le terrain le plus fertile, notamment en développant des chaînes de valeur régionales inclusives autour des produits de base prioritaires, sous l'impulsion d'un secteur privé dynamique et diversifié composé de petits exploitants, d'agriculteurs commerciaux, de transformateurs et de prestataires de services.

Le marché unique africain a le potentiel de créer un environnement commercial positif et plus compétitif pour l'agriculture, encourageant de nouveaux investissements et, en fin de compte, un secteur agricole moderne, dynamique, productif, inclusif, résilient et durable qui peut sortir des millions d'Africains de la pauvreté.

Le renforcement des capacités nationales de production alimentaire et des liens avec les marchés régionaux fournira aux pays une base solide pour stimuler le commerce régional. Les politiques et les programmes doivent encourager le secteur privé à injecter de nouveaux investissements, à ajouter de la valeur aux produits de base, à concurrencer les importations et à créer des emplois.

Approche régionale

De nombreuses communautés économiques régionales du continent ont déjà identifié des produits de base stratégiques à développer dans des chaînes de valeur régionales : L'Afrique de l'Est a donné la priorité au riz, aux haricots et aux produits laitiers, entre autres. L'Afrique de l'Ouest a donné la priorité au sorgho, au bétail, aux poissons et aux produits de l'aquaculture, entre autres. Les priorités de l'Afrique australe sont le soja et l'arachide.

Cette approche régionale a le potentiel d'absorber les petits exploitants agricoles, y compris les femmes et les jeunes, et les micro, petites et moyennes entreprises, et de les connecter au secteur privé plus large qui domine les marchés des intrants et des produits. 

L'intégration accrue des parties prenantes le long des chaînes de valeur agricoles, des agriculteurs aux transformateurs, des transporteurs aux détaillants, est susceptible de créer des emplois durables et d'améliorer la productivité agricole à long terme et, en définitive, la sécurité alimentaire et la nutrition.

 

De nombreuses communautés économiques régionales du continent ont déjà identifié des produits de base stratégiques à développer dans des chaînes de valeur régionales : L'Afrique de l'Est a donné la priorité au riz, aux haricots et aux produits laitiers, entre autres. L'Afrique de l'Ouest a donné la priorité au sorgho, au bétail, au poisson et aux produits de l'aquaculture, entre autres. Les priorités de l'Afrique australe sont le soja et l'arachide.

En cette Année internationale des fruits et légumes, la réduction des droits de douane sur les aliments frais et l'élimination progressive des barrières non tarifaires pourraient permettre à un plus grand nombre de personnes en Afrique d'avoir accès à des aliments nutritifs et diversifiés. La dernière analyse de la FAO montre que près d'un milliard de personnes en Afrique n'ont pas les moyens d'avoir une alimentation saine.

Un changement de paradigme par rapport au statu quo

L'accroissement des échanges commerciaux entre les pays africains constitue un changement de paradigme par rapport à la routine. Le succès de la plus grande zone de libre-échange du monde repose sur les gouvernements et le secteur privé.

Les pays et les entreprises sont confrontés à des obstacles majeurs, tels que l'incompatibilité des règles d'origine et des exigences en matière de sécurité alimentaire et d'étiquetage, et doivent surmonter la faiblesse des infrastructures telles que les télécommunications et les réseaux routiers, ainsi que le besoin d'informations de qualité sur les marchés.

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Union africaine ont récemment lancé un cadre visant à aider les pays à s'adapter au nouveau marché unique. 

L'un des principaux objectifs du Cadre pour stimuler le commerce intra-africain des produits et services agricoles est de soutenir les pays pour tripler le commerce intra-africain des produits et services agricoles, qui est l'un des sept engagements pris par les gouvernements africains dans le cadre de la Déclaration de Malabo adoptée en 2014.

Permettre un secteur privé robuste est une première étape importante, car les petites et moyennes entreprises sont des partenaires essentiels dans la transformation structurelle de l'agriculture et des systèmes alimentaires en Afrique.

Les gouvernements doivent créer des réseaux acheteurs-fournisseurs, reliant les petits et moyens producteurs, y compris les petits exploitants, aux acheteurs locaux et régionaux. Les femmes et les jeunes doivent être associés à ces efforts.

Pour passer de systèmes de production axés sur la subsistance à des systèmes plus axés sur le marché, efficaces, inclusifs, résilients et durables, il faut améliorer la productivité, les intrants, la mécanisation et la gestion post-récolte au niveau des exploitations, grâce aux investissements, à la technologie, à l'innovation et aux connaissances indigènes. 

On estime que la libéralisation tarifaire pourrait générer des gains de bien-être allant jusqu'à 16,1 milliards de dollars et une croissance du commerce intra-africain de 33 %.

À plus long terme, le marché unique africain a le potentiel de créer un environnement commercial positif et plus compétitif pour l'agriculture, encourageant de nouveaux investissements et, en fin de compte, un secteur agricole moderne, dynamique, productif, inclusif, résilient et durable qui peut sortir des millions d'Africains de la pauvreté. 


M. Abebe Haile-Gabriel est le Sous-Directeur général et Représentant régional pour l'Afrique de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.

Abebe Haile-Gabriel
More from this author