Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Aider le Mozambique à surmonter les crises

Get monthly
e-newsletter

Aider le Mozambique à surmonter les crises

Le pays est confronté à des défis sanitaires, humanitaires, climatiques et économiques.
Afrique Renouveau: 
6 Mai 2021
Winnie Byanyima
ONUSIDA
Winnie Byanyima.

Le Mozambique a joué un rôle si important dans l'histoire de notre continent, et c'est un pays si vivant et si beau, que venir ici a toujours été une grande joie. Mais lors de cette visite, tout en étant heureux de vous retrouver, je partage également votre douleur et votre frustration face à la crise humanitaire provoquée par le conflit à Cabo Delgado.

En tant que Sous-Secrétaire général des Nations Unies et responsable de la lutte contre le SIDA, je suis venu au Mozambique pour exprimer ma solidarité avec vous et pour apprendre comment renforcer notre soutien. En ces moments douloureux pour le Mozambique, nous, les Nations Unies, sommes avec vous.

Comme nous l'ont dit tous les Mozambicains, qu'ils soient membres du gouvernement, d'organisations de la société civile ou de communautés, l'impact de la crise humanitaire se croise avec l'impact social et économique de la crise climatique, de la COVID-19, de l'épidémie de VIH en cours et de la crise aiguë de la dette que le pays subissait déjà avant l'arrivée de la pandémie. Comme ils l'ont également noté, alors que les effets de ces crises se font sentir dans toute la société, ces crises ne sont pas vécues de la même manière par tous, mais exacerbent les inégalités préexistantes.

Vivre avec le VIH

Environ 2,2 millions de Mozambicains vivent avec le VIH, soit le deuxième plus grand nombre de personnes vivant avec le VIH dans le monde après l'Afrique du Sud. Chaque heure au Mozambique, quatre adolescentes ou jeunes femmes contractent le VIH. Le COVID-19 et le conflit dans le Cabo Delgado ont fait reculer les progrès qui avaient été accomplis au Mozambique pour vaincre le VIH et le sida et qui avaient permis de sauver des vies.

Les services essentiels, notamment les soins de santé sexuelle et reproductive et le traitement du VIH, ont été perturbés, de nombreuses personnes vivant avec le VIH et les populations vulnérables ont été confrontées à une stigmatisation accrue, et l'impact sur la fréquentation scolaire a augmenté le risque de nouvelles infections par le VIH chez les adolescentes. On m'a dit qu'il y avait eu une augmentation de 18 % des cas de violence fondée sur le genre par rapport à 2019.

Et juste en ce moment, les finances publiques sont limitées par le fardeau exacerbé de la dette qui était déjà difficile au Mozambique avant la COVID-19 et, bien qu'il y ait eu un allégement de la dette bienvenu dans l'Initiative de suspension du service de la dette, cela n'a pas suffi à fournir au Mozambique l'espace fiscal dont il a besoin, surtout à côté de la chute spectaculaire de la collecte des recettes en 2020 et 2021.

Mais il y a de l'espoir

Tout d'abord, nous constatons que les réponses communautaires contribuent à la lutte contre la COVID-19 et à la réponse humanitaire. Les décennies d'expérience prouvée d'une réponse efficace au VIH menée par les communautés ont contribué à informer ces dernières, et en effet les communautés affectées par le VIH ont joué des rôles de premier plan.

L'ONUSIDA aide les organisations communautaires à fournir des services de prévention du VIH et à retrouver les patients sous traitement antirétroviral qui ont arrêté leur traitement et à les remettre sous traitement, notamment en leur fournissant des fournitures pour plusieurs mois. En s'appuyant sur les leçons tirées de la diminution de 20 % des décès liés au sida au Mozambique depuis 2010, les projets pilotes de réduction des risques et les efforts de déstigmatisation montrent comment aborder les pandémies de la manière la plus efficace.

Deuxièmement, nous avons assisté à la montée en puissance d'une campagne mondiale de plaidoyer, dont le Mozambique est l'un des principaux champions, en faveur du vaccin populaire COVID-19, afin d'accélérer l'accès aux médicaments en demandant aux entreprises de renoncer aux brevets et de partager leurs connaissances et leur savoir-faire. L'augmentation de la production est le seul moyen de garantir des vaccins et des traitements pour tous.

Le CDC Afrique a défini la manière dont la production africaine peut être augmentée à mesure que les obstacles sont levés. Le groupe des "Elders", d'anciens dirigeants mondiaux, représenté par Graça Machel, a contribué à rallier la conscience du monde. La majorité du public occidental et de nombreux législateurs occidentaux exhortent également leurs propres gouvernements à partager les recettes des vaccins pour aider le monde à sortir de la crise. Ils savent que nous ne pourrons la surmonter qu'ensemble.

Troisièmement, nous assistons à travers l'Afrique à la réunion d'un vaste mouvement en faveur de l'éducation et de l'autonomisation des filles. "Education Plus" est une initiative politique de haut niveau, soutenue par une puissante campagne basée sur les droits, pour des politiques et des investissements accrus qui garantiront l'achèvement de la scolarité, grâce à un enseignement secondaire gratuit et de qualité pour toutes les filles et tous les garçons, et qui renforceront cet objectif par : des environnements sans violence, l'accès à une éducation sexuelle complète, le respect de la santé et des droits sexuels et reproductifs et l'accès aux services, et l'autonomisation économique des jeunes femmes grâce à des transitions entre l'école et le travail.

Ensemble, ces interventions ne réduiront pas seulement de façon spectaculaire les infections au VIH. Elles permettront également de réduire les grossesses précoces. Actuellement, 14 % des filles au Mozambique ont un enfant avant l'âge de 15 ans, et 57 % des filles ont un enfant avant l'âge de 18 ans.

Tous les Mozambicains sont déterminés à faire mieux pour nos filles. Il existe des preuves irréfutables que l'éducation et l'autonomisation des filles stimulent également le développement et la croissance économiques. Et pour les filles et les jeunes femmes elles-mêmes, l'égalité n'a pas de prix.

Quatrièmement, alors que le monde discute des défis de la situation budgétaire difficile exacerbée par le COVID-19, nous constatons une reconnaissance croissante du fait que les investissements dans la santé, l'éducation et l'autonomisation ne sont pas des dépenses inabordables, mais des investissements vitaux pour la reprise et le développement national. Nous constatons également une reconnaissance croissante du fait que le choc des crises de la dette ne peut être absorbé uniquement par les débiteurs, et que l'action d'allègement de la dette est encore trop limitée.

Comme l'a noté le Secrétaire général des Nations Unies, le monde a besoin d'un processus pour "mettre fin aux cycles mortels des vagues d'endettement, des crises mondiales de la dette et des décennies perdues". Nos multiples crises n'annoncent pas un moment pour reculer dans l'investissement dans les services publics universels, mais un moment pour intensifier.

Ensemble, nous devons trouver et allouer des fonds pour nous assurer que nous ne laissons personne de côté. Pas dans la rhétorique, mais dans la réalité. Il est essentiel et urgent d'augmenter l'aide, d'annuler la dette, de garantir une émission plus ambitieuse de droits de tirage spéciaux (la monnaie du FMI) et une réaffectation importante à l'Afrique, de créer de nouvelles sources de revenus nationaux progressifs et de lutter contre les flux financiers illicites et l'évasion fiscale.

En tant qu'ONU, nous ne sommes pas seulement à vos côtés dans l'immédiat, mais aussi pour les années à venir. Nous sommes à vos côtés pour résoudre la crise humanitaire ; nous sommes également à vos côtés pour lutter contre les inégalités et les effets du changement climatique, afin qu'ensemble nous puissions vaincre le COVID-19, le VIH/SIDA et la pauvreté.

En faisant preuve d'audace, ensemble, nous pouvons surmonter les crises auxquelles nous sommes confrontés.


Mme Byanyima est la Directrice exécutive de l'ONUSIDA.

More from this author