Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Ecoles fermées, mais cahiers ouverts en Afrique

Get monthly
e-newsletter

Ecoles fermées, mais cahiers ouverts en Afrique

Les pays utilisent la radio, la télévision et internet pour maintenir l'engagement des étudiants
Franck Kuwonu
Afrique Renouveau: 
15 Mai 2020
Igihozo, 11, listens to a lesson on a radio after his school was closed in Rwanda.
UNICEF/UNI319836/Kanobana
Igihozo, 11 ans, écoute une leçon à la radio après la fermeture de son école au Rwanda.

Alors que les élèves au Kenya attendaient que le gouvernement annonce la date de réouverture des écoles après des vacances scolaires d'avril plus longues que d'habitude en raison de la pandémie de COVID-19, il leur a été demandé de rester chez eux pendant une période supplémentaire de quatre semaines.

La situation est la même dans de nombreux autres pays. Sur le continent africain, on estime que 297 millions d'élèves ont été touchés par les fermetures d'écoles dues à la pandémie.

Au niveau mondial, les fermetures d'écoles dues à la COVID-19 ont touché 1,29 milliard d'élèves dans 186 pays, soit 73,8 % de la population étudiante mondiale, selon l'Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture (UNESCO).

"Jamais auparavant nous n'avons été témoins d'une perturbation de l'éducation d'une telle ampleur", a déclaré récemment la directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay.

Malgré les difficultés liées à l'accès limité au réseau Internet, à l'électricité ou aux ordinateurs, les pays continuent d'apprendre activement grâce à diverses méthodes d'apprentissage à distance telles que les programmes de radio et de télévision, en plus des plateformes en ligne et des réseaux sociaux.

L'apprentissage en ligne

En Égypte, au Ghana, au Liberia, au Nigeria, au Maroc, au Rwanda, en Afrique du Sud et ailleurs, un certain nombre d'écoles et d'universités ont transféré certains de leurs programmes sur des plateformes en ligne et ont encouragé les étudiants à se connecter.

L'université du Ghana, par exemple, a formé ses professeurs à la mise en place de cours en ligne, tout en négociant avec les entreprises de télécommunications pour qu'elles accordent aux étudiants des données Internet gratuites, généralement plafonnées 5G.

Victoria, 21 ans, l'une des millions de jeunes ghanéenne touchés par les fermetures d'écoles, a déclaré : "Je reste connectée, je m'occupe des cours en ligne, j'ai des interactions avec mes amis.

Victoria a déclaré à l'UNICEF qu'elle évite les endroits bondés et préfère rester en sécurité à la maison. "J'essaie aussi d'apprendre de nouvelles choses que je n'ai jamais faites auparavant - m'habituer à cuisiner, lire plus de livres. Parfois, je danse s'il le faut, juste pour évacuer le stress et ne pas m'ennuyer à la maison".

Au Nigeria et au Maroc, les gouvernements ont créé des dépôts en ligne contenant du matériel pédagogique pour les enseignants et les parents, tandis que le conseil de l'éducation du Rwanda a mis en place un site web dédié pour soutenir l'apprentissage et fournir du contenu pédagogique, ainsi que des tests d'évaluation. Le site web permet également aux enseignants et aux parents de communiquer.

Cependant, en raison du faible réseau Internet, du coût élevé des données et de la fracture numérique entre les zones urbaines et rurales, les cours en ligne ne peuvent pas, à eux seuls, répondre aux besoins de tous les élèves. Cela crée le risque de laisser des millions d'étudiants en Afrique à la traîne. En Afrique subsaharienne, l'UNESCO indique que 89 % des apprenants n'ont pas accès aux ordinateurs domestiques et 82 % n'ont pas accès à internet.

Lors du lancement en mars de la Coalition mondiale pour l'éducation, le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré "Nous travaillons ensemble pour trouver un moyen de faire en sorte que les enfants du monde entier puissent poursuivre leur éducation, en accordant une attention particulière aux communautés les plus vulnérables et les plus défavorisées".

L'initiative menée par l'UNESCO et l'UNICEF, à laquelle participent des organisations internationales, la société civile et des partenaires du secteur privé, vise à garantir que l'apprentissage se poursuive. Elle aidera les pays à mobiliser des ressources et à mettre en œuvre des solutions innovantes et adaptées au contexte pour assurer l'apprentissage à distance en s'appuyant sur des approches de haute technologie, de basse technologie et sans technologie.

École à la radio

Les pays encouragent également de plus en plus l'apprentissage à distance par le biais des outils de communication de masse traditionnels tels que la radio, et parfois la télévision. La large portée de la radio et le besoin relativement faible de savoir-faire technique rendent son déploiement plus rapide et plus facile que l'extension des connexions Internet.

Avec l'aide d'agences des Nations Unies telles que l'UNICEF, l'UNESCO, la Banque Mondiale et d'autres, les pays développent rapidement leurs programmes de radio et de télévision ou lancent de nouvelles initiatives.

Par exemple, les radiodiffuseurs publics du Ghana ont relancé des programmes en sommeil à la télévision et à la radio pour les élèves du secondaire. Des programmes similaires sont en cours à Madagascar et en Côte d'Ivoire.

Au Sénégal, les efforts du gouvernement sont résumés par un slogan accrocheur : "Ecole fermée, mais cahiers ouverts".

Radio Okapi, un réseau de radio parrainé par les Nations Unies en République Démocratique du Congo (RDC), a lancé Okapi Ecole (Okapi School), un programme d'apprentissage à distance deux fois par jour pour les élèves des écoles primaires, secondaires et professionnelles.

Au Rwanda, l'UNICEF travaille avec l'Agence de radiodiffusion du Rwanda pour produire et diffuser dans tout le pays des cours de base d'alphabétisation et de calcul. L'UNICEF a identifié plus de 100 textes radiophoniques du monde entier portant sur l'alphabétisation et le calcul de base qui pourraient être adaptés pour s'aligner sur le programme scolaire rwandais. Le même soutien est fourni au Malawi.

En Côte d'Ivoire, l'UNICEF a travaillé avec le ministère de l'éducation sur une initiative d'"école à la maison" qui comprend l'enregistrement des leçons pour les diffuser à la télévision nationale.

Au-delà de la maladie de COVID-19, l'Association des Universités Africaines (AAU) voit une opportunité pour les universités locales d'explorer l'expansion des "plateformes technologiques pour l'enseignement, l'apprentissage et la recherche". Cependant, des défis tels que l'infrastructure du réseau, le prix des données et l'accès à un équipement numérique adéquat devront être relevés pour que cette initiative soit un succès à l'échelle du continent.

Autres articles