Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Défis et opportunités à l'occasion de la 57e Journée de l'Afrique

Recevez l'e-newsletter mensuelle

Défis et opportunités à l'occasion de la 57e Journée de l'Afrique

— Dr. Ibrahim Mayaki, PDG de l'Agence de développement de l'Union africaine (AUDA-NEPAD)
Afrique Renouveau: 
25 Mai 2020
— Ibrahim Mayaki, chief executive officer of the the New Partnership for Africa’s Development (NEPAD), which is currently transforming into the African Union Development Agency (AUDA)—the implementing arm of the AU.
Dr. Ibrahim Mayaki, PDG de l'Agence de développement de l'Union africaine (AUDA-NEPAD).

Le Dr Ibrahim Mayaki est le Directeur général de l'Agence de développement de l'Union africaine (NEPAD), la toute première agence de développement de l'UA qui vise à réaliser les priorités de développement définies par les citoyens du continent et à offrir aux États membres un soutien consultatif fondé sur la connaissance en matière de stratégies de développement. Lors de la commémoration de la Journée de l'Afrique de cette année, il a évoqué les réalisations de l'Afrique jusqu'à présent et les défis auxquels elle est confrontée :

Que devraient penser les pays africains cette année, alors que nous commémorons la Journée de l'Afrique ?

M. Mayaki : La commémoration de la Journée de l'Afrique cette année arrive à un moment assez difficile où toute l'attention du monde s'est portée sur la lutte contre la COVID-19. Pendant cette période inhabituelle, je souhaite souligner que nous devons penser en termes de nos propres chaînes de valeur régionales car les chaînes de valeur mondiales sont perturbées. Les solutions nationales ne pourront pas répondre de manière adéquate aux besoins des populations, que ce soit en matière de sécurité alimentaire, de santé ou de stabilité sociale et économique.  C'est pourquoi je lance un appel aux pays pour qu'ils se mobilisent et investissent dans les chaînes de valeur régionales.

Quelles sont les principales réalisations des pays africains depuis la création de l'UA ?

Les réalisations sont nombreuses. Je n'en mentionnerai que quelques-unes. Les années 1960 ont vu le plus grand nombre d'États africains obtenir leur indépendance. Depuis lors, certains de ces pays ont connu une croissance impressionnante grâce au leadership de gouvernements forts, de l'Union africaine et des communautés économiques régionales.

L'une des plus grandes réalisations sur le continent a été la création de la Zone de libre-échange continentale africain (ZLECA), approuvée lors du sommet de l'UA à Niamey, au Niger, le 7 juillet 2019. La ZLECA sera la plus grande zone de libre-échange au monde depuis la création de l'Organisation mondiale du commerce.

Une autre étape importante pour les pays africains a été l'adoption d'un programme dirigé et pris en charge par l'Afrique pour sa trajectoire de croissance - l'Agenda 2063. L'Agenda 2063 incarne l'engagement renouvelé des dirigeants politiques africains à réaliser la vision panafricaine d'une Afrique intégrée, prospère et pacifique, dirigée par ses propres citoyens et représentant une force dynamique sur la scène mondiale. Cette année, le premier rapport continental sur la mise en œuvre de l'Agenda 2063, le cadre de développement de l'Afrique, montre que le continent africain a fait des progrès remarquables vers la réalisation des objectifs définis dans le premier plan décennal de mise en œuvre de l'Agenda 2063.

Des progrès significatifs ont été réalisés, en particulier dans le cadre de l'aspiration à "Une Afrique pacifique et sûre", avec une performance de 48% par rapport à l'objectif de 2019. Des progrès relativement importants ont été réalisés dans le cadre de l'aspiration à "Un continent intégré, politiquement uni et fondé sur les idéaux du panafricanisme et la vision de la renaissance de l'Afrique", avec un score de 44 %.

Quels sont certains des défis auxquels les pays africains sont confrontés et comment pouvons-nous les gérer ?

Depuis la création de l'UA, certains pays africains sont devenus l'une des économies à la croissance la plus rapide au monde. Selon l'indice ‘Doing Business 2019’ de la Banque mondiale, cinq des dix pays les plus performants au niveau mondial se trouvent en Afrique, avec six des dix économies à la croissance la plus rapide du continent. 

Bien que les pays africains aient connu des progrès sociaux et économiques notables, les avancées réalisées dans ce domaine n'ont, dans la plupart des cas, pas été répercutées en cascade pour atténuer les problèmes quotidiens tels que l'amélioration des systèmes de santé et la création d'emplois indispensables pour les jeunes Africains. 

Cependant, à mon avis, l'Afrique a deux avantages majeurs. Le continent est toujours doté d'une richesse de ressources naturelles dont le reste du monde ne peut se passer.

Deuxièmement, il possède la population la plus jeune du monde. Sans des efforts plus délibérés et concertés pour relever les défis auxquels sont confrontés les jeunes du continent, en particulier le chômage et le manque d'opportunités économiques significatives qui sont de haut niveau, l'Afrique est confrontée au risque réel d'une frustration de la part de la jeunesse qui conduirait à un pic d'instabilité et de conflits civils.

Comment pensez-vous que les pays africains peuvent travailler ensemble pour faire face à la COVID-19 ?

Au niveau continental, l'UA a agi rapidement pour établir un Fonds pour les coronavirus, avec des engagements totalisant déjà 20 millions de dollars. Au niveau national, la plupart des pays africains mettent en place des mesures de verrouillage, de dépistage (des cas suspects) et de recherche des contacts. L'inconvénient de ces verrouillages, s'ils se prolongent, est leur impact négatif sur les activités socio-économiques.

À cet égard, la réponse à court terme de l'AUDA-NEPAD et le soutien aux États membres visent à ralentir la pandémie, à mieux connaître la propagation de COVID-19 et à réduire l'impact socio-économique de la pandémie.

Le plan d'action AUDA-NEPAD de réponse à la COVID-19, un plan complet, proactif et multidimensionnel, aide à relever les défis actuels de la COVID-19 et à faire face aux répercussions post-pandémiques aux niveaux régional et national.

C'est pourquoi, avec les pays, notre plan d'action de réponse à la COVID-19 se concentre sur les sept domaines thématiques suivants, grâce auxquels les pays peuvent rester stables pendant et après la pandémie COVID-19 : prestation de services de santé ; ressources humaines pour la santé ; recherche et développement, innovation et fabrication locale ; éducation et formation ; compétences et employabilité ; sécurité alimentaire et nutritionnelle ; et financement.

Le défi COVID-19 actuel ne va-t-il pas affecter la mise en œuvre de l'Accord de libre-échange continental africain ?

L'accord de libre-échange africain ouvre la voie à l'Afrique, avec 1,2 milliard d'habitants et un PIB cumulé de 2 500 milliards de dollars, pour devenir le plus grand marché commun du monde. Mais avec le coronavirus qui frappe l'économie mondiale, une récession mondiale est imminente. La crise aura forcément des effets déstabilisateurs sur nos économies, à mesure que la crise sanitaire s'aggravera.

Dans ce contexte, il est urgent de réduire la forte dépendance commerciale du continent à l'égard des partenaires non africains. L'optimisation des possibilités offertes par l'accord de libre-échange avec l'Afrique sera un amortisseur efficace tant que la pandémie, et l'incertitude quant à son évolution, maintiendront l'économie mondiale dans le marasme. Cela fera également de l'Afrique une proposition attrayante lorsque l'économie mondiale se redressera. Même si la COVID-19 pose des défis pour l'opérationnalisation de La ZLECA, le continent n'a pas de temps à perdre.

Dans l'incertitude mondiale actuelle, nous devons accroître les échanges commerciaux au sein de nos marchés régionaux, sinon nous ne pourrons pas relever nos défis de développement. Il faut espérer que La ZLECA sera bientôt opérationnelle.

Que doit faire le continent pour se remettre rapidement des suites de COVID-19 ?

Même si nous ne savons pas encore quel sera l'impact économique total de la pandémie sur le continent, nous devons être pleinement préparés. On rapporte que l'Afrique pourrait perdre 30 millions d'emplois, tandis qu'un tiers des pays du continent risquent d'être confrontés au surendettement (Ikouria, 2020).  Dans le même temps, la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique estime que le continent pourrait perdre jusqu'à la moitié de la croissance de son PIB, passant de 3,2 % à 1,8 %.  Par conséquent, pour nous préparer, nous devons accroître notre marge de manœuvre budgétaire afin de pouvoir prendre des mesures adéquates.

Cependant, la plus grande prise de conscience est que l'impact de la COVID-19 n'est pas seulement sur la capitalisation financière, mais qu'il pèse également sur divers secteurs sociaux. Les moyens de subsistance des individus, des ménages, des communautés et des entreprises (formelles et informelles) sont quotidiennement perturbés.

Par conséquent, même s'il n'y a pas nécessairement de solutions à gain rapide, les réponses à moyen et long terme du continent doivent être centrées sur cinq priorités clés visant à renforcer (1) les systèmes de santé, (2) les systèmes alimentaires, (3) le développement des compétences et l'emploi, (4) l'éducation et (5) les systèmes nationaux de planification et de données. Par conséquent, les mesures appropriées à prendre doivent être hiérarchisées et des ressources mobilisées pour couvrir l'ensemble du champ d'action.

Quel est votre message aux citoyens d'Afrique alors que nous commémorons la Journée de l'Afrique ?

En tant que continent, les défis auxquels nous sommes confrontés en tant que peuple sont nombreux. Cependant, l'histoire a montré que nous sortons victorieux lorsque nous nous réunissons pour résoudre nos différences et travailler au profit de tous nos citoyens. La solidarité pour l'intégration régionale est la clé.

En tant qu'AUDA-NEPAD, nous sommes conscients de la nécessité de continuer à faire pression pour une intégration régionale accrue, grâce à laquelle les défis auxquels nous sommes confrontés sur le continent peuvent être relevés au mieux. Nous reconnaissons que les idéaux et les aspirations de "l'Afrique que nous voulons" ne se réaliseront que si nous croyons fermement que l'Afrique est capable de réaliser la vision d'un continent intégré, prospère et pacifique, dirigé par ses propres citoyens.  Nous appelons donc chaque Africain à jouer son rôle dans l'amélioration de notre continent.

En tant que toute première agence de développement de l'UA, nous avons pour objectif de réaliser les priorités de développement définies par les citoyens du continent par l'intermédiaire de l'Union africaine. Nous y parviendrons en exploitant les connaissances pour obtenir l'Afrique que nous voulons. Dans le cadre de notre nouveau mandat, nous sommes prêts à soutenir la transformation du continent.

Autres articles