Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

COVID-19 : Les personnes handicapées face à des temps difficiles

Get monthly
e-newsletter

COVID-19 : Les personnes handicapées face à des temps difficiles

L'ONU demande que les personnes handicapées soient au centre de la réponse
Kingsley Ighobor
Afrique Renouveau: 
8 Mai 2020
Ms. Wafula-Strike is founder of the Olympia-Wafula Foundation...
Ms. Anne Wafula-Strike
Mme Wafula-Strike est la fondatrice de la Fondation Olympia-Wafula qui défend les droits des personnes handicapées.

Bankole Labody Oyou, étudiant en communication de masse de 24 ans à Freetown, la capitale de la Sierra Leone, est né aveugle. 

Il compte toujours sur un membre de sa famille ou un ami pour se déplacer dans la ville et pour aller en classe au Fourah Bay College, qui est perché sur le Mont Aureol dans le centre de Freetown. Il dit que COVID-19 a compliqué la vie des personnes handicapées.

"Nous souffrons", a-t-il dit à Afrique Renouveau. "Certaines [personnes handicapées] n'ont aucun membre de leur famille pour s'occuper d'elles. On nous dit de rester à l'intérieur, mais nous n'avons pas de nourriture à manger. Inconsciemment, le gouvernement et la communauté oublient que nous existons. Je n'ai entendu personne parler de notre situation à la radio".  

Selon l'ONU, les personnes handicapées sont parmi les plus durement touchées par COVID-19. Même dans des circonstances normales, le milliard de personnes handicapées dans le monde ont moins de chances d'accéder aux soins de santé, à l'éducation et à l'emploi et sont plus susceptibles de vivre dans la pauvreté et de subir des violences. 

COVID-19 aggrave encore cette situation, en particulier pour les personnes handicapées dans des contextes fragiles et des contextes humanitaires. Elles n’ont généralement pas un accès adéquat aux informations de santé publique, et sont confrontées à de grands obstacles dans la mise en œuvre des mesures d'hygiène de base et l’accès physique à des installations sanitaires.

L'athlète paralympique kenyane Anne Wafula-Strike partage cet avis. "Les personnes handicapées sont reléguées au second plan. La pandémie n'a fait qu'aggraver une situation déjà mauvaise". 

Mme Wafula-Strike est la fondatrice de la Fondation Olympia-Wafula qui défend les droits des personnes handicapées. 

Dans une interview accordée à Africa Renewal, elle a énuméré plusieurs obstacles auxquels sont actuellement confrontées les personnes handicapées. "Elles ne sont pas consultées avant la conceptualisation des messages COVID-19, et les canaux de diffusion ne leur sont pas accessibles", dit-elle. "Beaucoup ne possèdent pas de poste de radio ou de télévision ; certains d'entre eux sont malvoyants et ne savent ni lire ni écrire".

Elle est également mécontente de l'application uniforme des mesures de transmission COVID-19, sans tenir compte des personnes handicapées. "La police traite les personnes vivant avec un handicap comme tout le monde. Les personnes qui les aident, par exemple, à se déplacer en fauteuil roulant et à effectuer d'autres activités, sont désormais censées pratiquer la distanciation sociale. Comment survivent-ils [les personnes handicapées] ? demande-t-elle.

Mme Wafula-Strike est également préoccupée par l'augmentation des cas de violence sexuelle, en particulier contre les femmes handicapées "qui ont été forcées de rester à l'intérieur".

Au 2 mai, environ 39 749 cas de COVID-19 et 1 660 décès avaient été signalés en Afrique. Si le nombre de cas augmente soudainement, Mme Wafula-Strike craint que les hôpitaux ne soient débordés, ce qui rendrait difficile l'accès aux soins de santé pour les personnes handicapées. "Ils pourraient mourir isolés." 

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) se fait l'écho des préoccupations de Mme Wafula-Strike, ajoutant que les mesures d'hygiène de base telles que "le lavage des mains, les éviers ou les pompes à eau peuvent être physiquement inaccessibles" aux personnes handicapées.

L'organisation a publié une liste de mesures de protection qui peuvent être adoptées par les personnes handicapées, les gouvernements, les communautés et les travailleurs de la santé. 

Les personnes handicapées devraient, si possible, éviter les environnements surpeuplés et travailler à domicile, conseille l'OMS.

Elle recommande que les documents d'information COVID-19 comprennent "le sous-titrage et la langue des signes... la conversion des documents publics en "Easy Read" pour les personnes souffrant de troubles cognitifs". 

En outre, il devrait y avoir une compensation financière pour les familles et les soignants, y compris "le paiement, pour une période limitée, des membres de la famille pour le soutien fourni pendant les heures normales". 

Les travailleurs de la santé pourraient adopter la télésanté, par exemple en offrant des consultations téléphoniques, des messages textuels et des vidéoconférences pour la prestation de soins de santé et le soutien psychosocial aux personnes handicapées.

Il est également essentiel de veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte dans le processus de rétablissement de COVID-19.

"J'invite instamment les gouvernements à placer les personnes handicapées au centre de la réponse à COVID-19 et des efforts de rétablissement, et à consulter et à faire participer les personnes handicapées", a déclaré hier le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, lors du lancement d'un rapport des Nations unies qui recommande une réponse et un rétablissement pour tous, incluant les personnes handicapées.

Parmi les recommandations du rapport figure la nécessité pour les gouvernements, les donateurs, les agences des Nations unies et les autres acteurs de mettre en place des mécanismes de responsabilisation pour contrôler les investissements et garantir l'inclusion du handicap dans la réponse COVID-19, notamment par la collecte et la ventilation des données par handicap. 

En outre, les nouveaux investissements ne doivent pas créer de nouveaux obstacles pour les personnes handicapées - si l'on en tient compte dès la conception, garantir l'accessibilité peut coûter aussi peu que 1 % de plus.

Certains gouvernements et organisations non gouvernementales prennent déjà des mesures pour atténuer les effets de la pandémie sur les personnes handicapées. Par exemple, le gouvernement sierra-léonais a fourni 25 dollars et demi par sac de riz pour chaque personne handicapée. 

Mais M. Oyou dit que c'est trop peu. "Nous ne pouvons pas vivre avec 25 dollars pendant des mois." 

L'Éthiopie traduit les messages COVID-19 dans les langues locales et le pays prévoit de rendre le matériel de communication accessible aux personnes ayant des difficultés d'audition, de vision et d'apprentissage, ainsi qu'aux personnes souffrant de maladies mentales.

L'Afrique du Sud a réservé 10,6 millions de dollars pour aider les petites, moyennes et micro-entreprises dans le secteur de l'hospitalité et du tourisme, en donnant la priorité aux personnes handicapées et aux femmes.

Au Nigeria, la Christian Blind Mission, une organisation chrétienne internationale de développement basée en Allemagne, aide à l'interprétation en langue des signes des messages COVID-19.

 

L'International Disability Alliance, une coalition de plus de 1 000 organisations travaillant sur les questions de handicap, a lancé le COVID-19 "Disability Rights Monitor" pour suivre les mesures prises par les pays concernant les "droits fondamentaux des personnes handicapées, notamment le droit à la vie, l'accès à la santé et aux services essentiels".

Ces mesures peuvent avoir un impact, dit Mme Wafula-Strike, mais elle est très préoccupée par l'augmentation spectaculaire du nombre de cas COVID-19 en Afrique. "Il faut faire quelque chose de toute urgence pour se préparer à une telle situation. Un pays est jugé par la façon dont il traite ses populations vulnérables", a-t-elle déclaré.

Autres articles