Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Le nouveau système de paiement panafricain apporte un grand répit aux commerçants africains

Get monthly
e-newsletter

Le nouveau système de paiement panafricain apporte un grand répit aux commerçants africains

Le lancement du PAPSS permettra d'économiser 5 milliards de dollars par an et de stimuler le commerce intra-africain
Kingsley Ighobor
2 Novembre 2021

Lorsque Fidelis Adele, le PDG de Solid Graphics, une société d'impression et de communication basée à Freetown, a eu besoin de commander du matériel d'impression au Nigeria en septembre, il a payé 165 dollars supplémentaires en plus d'un virement bancaire de 10 000 dollars au vendeur. Pourtant, il a fallu trois jours pour que l'argent transféré en Sierra Leone soit crédité sur le compte du bénéficiaire au Nigeria. 

"J'ai payé 30 dollars de frais de transfert, 35 dollars de frais SWIFT et 100 dollars de frais bancaires", a déclaré M. Adele à Afrique Renouveau. SWIFT est l'acronyme de Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication, un réseau mondial qui traite les paiements internationaux.
 
M. Adele n'a pas essayé d'utiliser des sociétés de services financiers telles que Western Union ou MoneyGram car "le taux de change pour ces sociétés est tout simplement mauvais". 
 
L'autre option aurait été de prendre l'avion pour Lagos, un voyage de trois heures, en emportant l'argent liquide avec lui. "Je l'ai fait quelques fois", a-t-il dit, "mais ce n'est pas rentable, à moins qu'il ne s'agisse d'un montant énorme, et c'est risqué."
 
Les commerçants de toute l'Afrique vivent une épreuve similaire en payant des biens ou des services à travers les frontières. Au cours de ce processus, ils perdent un temps et un argent précieux. 
 
Ce processus lourd et fastidieux "nous [les Africains] coûte environ 5 milliards de dollars en frais [de transfert d'argent] chaque année", selon Benedict Oramah, président de la Banque africaine d'import-export (Afreximbank), dans une interview accordée à Afrique Renouveau. "Nous sommes un continent pauvre. Nous ne devrions pas gaspiller de l'argent comme ça".
 
Lancement d'un système de paiement
 
Pour remédier à cette situation, Afreximbank s'est associée au secrétariat de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) pour lancer le Système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS), une plateforme qui facilite les paiements transfrontaliers instantanés en monnaie locale entre les pays.
 
Le PAPSS a été testé avec succès dans les six pays qui composent la zone monétaire de l'Afrique de l'Ouest (ZMAO) : le Nigeria, la Gambie, la Sierra Leone, le Liberia, le Ghana et la Guinée. En raison de sa composition multi-devises et bilingue, la ZMAO est considérée comme un microcosme du continent.
 
Concernant le choix de la ZMAO pour le projet pilote, le professeur Oramah déclare : "Les six pays de la ZMAO ont des monnaies différentes. L'un des pays est francophone et les autres sont anglophones. Il y a une grande économie comme le Nigeria et des économies plus petites. Donc tout ce qui peut mal tourner dans d'autres parties de l'Afrique aurait mal tourné dans la ZMAO, et nous aurons pu y remédier pendant la phase de pilotage."
 
Le déploiement opérationnel du PAPSS a été annoncé fin septembre, ce qui signifie que les banques centrales des pays, qui seront les agents de compensation, peuvent désormais se coordonner avec Afreximbank, qui est le principal agent de compensation et fournisseur de garanties de règlement et de facilités de découvert. 
Fidelis Adele, PDG Solid Graphics, Freetown, Sierra Leone
Afreximbank a débloqué 500 millions de dollars pour desservir l'Afrique de l'Ouest et a l'intention de fournir 3 milliards de dollars supplémentaires pour une opération PAPSS à l'échelle de l'Afrique.
 
Les analystes s'attendent à ce que les négociants africains, en particulier ceux d'Afrique de l'Ouest, commencent à tirer parti de la plateforme d'ici la fin 2021.
 
M. Oramah, qui est basé au Caire, en Égypte, explique les obstacles auxquels sont confrontés les commerçants africains en termes personnels : "Je veux transférer de l'argent au Nigeria depuis l'Égypte. Il passe par une banque correspondante dans un pays hors d'Afrique avant d'arriver au Nigeria. Je paie des frais avant que la personne au Nigeria ne le reçoive.
 
"Et cela prend du temps. Parfois, cela prend des semaines. Nous [Afreximbank] avons donc calculé combien cela coûte au continent - oubliez le temps - cela coûte 5 milliards de dollars par an aux Africains. 
 
"De plus, si je suis en Égypte et que je veux regarder mes films préférés de Nollywood, je dois probablement effectuer des versements en dollars américains. Mais le PAPSS change tout cela pour vous. Il vous suffit de payer le producteur nigérian en naira nigérian."
 
Le PDG de PAPSS, Mike Ogbalu, affirme que pendant la phase de pilotage en Afrique de l'Ouest, les comptes bancaires de différents pays ont été débités et crédités en 10 secondes.  Il a assuré de l'existence d'une technologie robuste capable de gérer des transactions importantes.
 
Comment fonctionne le PAPSS
 
Envoyer de l'argent en utilisant le PAPSS est un processus en cinq étapes :
 
  •  La première étape est celle où une personne donne une instruction de paiement à sa banque locale ou à son prestataire de services de paiement.
  • Deuxièmement, la banque ou le prestataire de services de paiement envoie les instructions au PAPSS.
  • Troisièmement, PAPSS valide l'instruction de paiement. 
  • Quatrièmement, en cas de validation réussie, PAPSS transmet l'instruction à la banque ou au prestataire de services de paiement du bénéficiaire.
  • Enfin, la banque ou le prestataire de services de paiement verse les fonds transférés, en monnaie locale, au bénéficiaire.
En annonçant le déploiement du PAPSS, Afreximbank déclare qu'en "simplifiant les transactions transfrontalières et en réduisant la dépendance vis-à-vis des devises fortes pour ces transactions, le PAPSS devrait stimuler le commerce intra-africain de manière significative". Le commerce intra-africain ne représente actuellement qu'un maigre 17 %.
 
Le PAPSS devrait également permettre d'augmenter la valeur ajoutée des produits, de créer des emplois et d'accroître les revenus des commerçants.
 
Wamkele Mene, le secrétaire général du secrétariat de la ZLECAf, a déclaré que le PAPSS conduira à des transactions commerciales transfrontalières efficaces et mettra l'Afrique sur une nouvelle trajectoire économique.
 
"Il existe 42 monnaies en Afrique. Nous voulons nous assurer qu'un commerçant au Ghana puisse transférer des cedi ghanéens à un homologue au Kenya qui recevra des shillings kenyans", a déclaré M. Mene à Afrique Renouveau dans une interview antérieure.
 
M. Adele convient que le PAPSS aidera son entreprise. "Si je peux apporter les leones à une banque ici [en Sierra Leone] et payer des produits d'impression au Nigeria, et que l'argent est instantanément déposé sur le compte du bénéficiaire au Nigeria, ce serait extraordinaire", dit-il.
 
Jusqu'à ce qu'Afrique Renouveau l'informe, M. Adele n'était pas au courant du PAPSS, ce qui souligne le défi de communication que représente la sensibilisation des commerçants intra-africains à la plateforme.
 
M. Oramah note cependant qu'une campagne est en cours pour commercialiser et promouvoir le PAPSS, en espérant que d'ici la fin de l'année, les commerçants africains seront suffisamment informés pour utiliser le système.