Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

L'Afrique a besoin de plus de fonds pour combattre la COVID-19

Get monthly
e-newsletter

L'Afrique a besoin de plus de fonds pour combattre la COVID-19

—Benedict Okey Oramah, président d'Afreximbank et président du conseil d'administration du Fonds d'intervention de l'UA pour la COVID-19.
Kingsley Ighobor
16 Août 2021
Benedict Okey Oramah, président d'Afreximbank et président du conseil d'administration du Fonds d'in
Afreximbank
Benedict Okey Oramah, président d'Afreximbank et président du conseil d'administration du Fonds d'intervention de l'UA pour la COVID-19.

Le président de la Commission de l'Union africaine (CUA), M. Moussa Faki Mahamat, a créé en mars 2020 le Fonds d'intervention de l'UA pour la COVID-19 pour renforcer la réponse continentale à la pandémie. Après avoir recueilli 44 millions de dollars en octobre 2020, une nouvelle collecte de fonds de 300 millions de dollars a été lancée ce même mois. Dans un entretien avec Kingsley Ighobor d'Afrique Renouveau, le professeur Benedict Oramah explique comment l'Afrique mobilise des fonds et pourquoi il est urgent de recueillir davantage de dons. 

En tant que Président du Conseil d'administration du Fonds d'intervention de l'UA pour la COVID-19, quelles sont vos trois principales réalisations à ce jour et quels sont les défis auxquels vous avez été confronté ? 

Le Fonds d'intervention de l'UA pour la COVID-19 a été créé par l'Union africaine en tant que réponse d'urgence à la pandémie. Il a été créé essentiellement pour que le continent ait une approche panafricaine de la pandémie. Nous avons 55 économies fragmentées. Et si vous vous remémorez le mois d'avril de l'année dernière, les principaux problèmes étaient les équipements de protection individuelle (EPI) et les kits de test, et les grandes économies les achetaient tous. Les fabricants n'allaient pas écouter les petites économies qui passaient des commandes de quelques millions ou milliers de dollars. Le fonds d'intervention a donc été créé pour nous aider à faire face à ces problèmes.

Dès notre création, nous avons mis en place les structures nous permettant de fonctionner de manière efficace. On nous a demandé d'intervenir dans deux domaines : aider à la mobilisation des fonds et aider à l'utilisation des fonds. Nous avons donc rapidement créé deux sous-comités clés à cet effet. Bien entendu, nous sommes essentiellement au service des centres africains de contrôle et de prévention des maladies (CDC). 

Nous avons lancé assez tôt un exercice de mobilisation des fonds avec le soutien de l'Union africaine, présidée à l'époque par le président sud-africain Cyril Ramaphosa, et avec l'aide du président de la Commission de l'UA, M. Moussa Faki Mahamat, du directeur des CDC africains, le Dr John Nkengasong, de la commissaire de l'UA aux affaires sociales, Mme Amira ElFadil, etc. Nous faisons pression pour que toutes les promesses soient honorées. L'argent provient en grande partie des États de l'UA et des partenaires de développement de l'UA - le gouvernement allemand, d'autres pays de l'Union européenne, le gouvernement britannique, etc. 

Disposez-vous de fonds suffisants au moment où nous parlons ? 

Nous n'avons pas de fonds suffisants parce que nous utilisons l'argent que nous recevons. Pour ce qui est de la mobilisation, je pense que nous avons une bonne réserve de promesses de dons que nous devrions collecter. Nous avons organisé un événement de collecte de fonds avec la participation du secteur privé. Et beaucoup d'entre eux ont fait des promesses de dons. Ce que nous faisons maintenant, c'est de nous assurer que nous convertissons les promesses en espèces - promesses des gouvernements, des partenaires du développement, du secteur privé. 

Nous voulons lever plus d'argent, et à cette fin, nous avons récemment engagé un consultant en mobilisation de fonds qui nous aidera à mobiliser des fonds et à convertir les promesses en espèces. 

Avons-nous assez d'argent ? Non, les besoins sont nombreux car nous finançons les intervenants rapides. Nous finançons les pays qui ont besoin d'obtenir des produits thérapeutiques. En ce moment même, nous soutenons le CDC Afrique pour le déploiement du vaccin. Nous avons donc besoin de fonds pour accomplir tout le travail qui doit être fait. C'est pourquoi nous prévoyons une initiative de collecte de fonds remaniée afin de nous assurer que nous complétons les autres fonds déjà mobilisés, notamment par l'intermédiaire du CDC Afrique. Nous faisons également savoir que les gens peuvent faire des dons au CDC Afrique. Si nous additionnons tous les fonds collectés jusqu'à présent, en dehors de ceux que l'Africa CDC collecte séparément, nous parlons de promesses de dons de plus de 100 millions de dollars. 

Est-il difficile d'obtenir des donateurs qu'ils remboursent leurs promesses de dons ? 

Eh bien, les choses sont difficiles aujourd'hui. Les entreprises se débattent, les pays se débattent. Dans cette mesure, oui, le remboursement des promesses de dons se fait à un rythme plus lent que prévu. 

Cependant, je dois féliciter de nombreux pays africains qui, malgré les difficultés, ont non seulement fait des promesses, mais ont aussi payé. Nous en encourageons quelques-uns à faire des promesses de dons. L'avantage de payer est de faciliter notre intervention dans toute l'Afrique. Je vous donne un exemple : nous avons soutenu l'achat de médicaments à base de dexaméthasone, l'un des médicaments utilisés pour traiter le COVID-19. Une partie du financement provenait de la Fondation Bill et Melinda Gates et nous avons complété ce financement. 

Parlons de la logistique. Si nous ne pouvons pas nous occuper de la logistique de la distribution, les économies insulaires paieront plus que les autres pays. Ainsi, lorsque nous passons des marchés, nous procédons à une distribution juste et équitable de certains de ces produits afin que les pays les obtiennent à peu près au même moment et sans coût supplémentaire. C'est pourquoi nous demandons aux pays africains qui ne se sont pas engagés de le faire et à ceux qui se sont engagés mais n'ont pas encore remboursé de le faire, tout en appelant les donateurs, y compris les entreprises africaines, à faire des dons. 

Parmi les dons reçus pour les vaccins figure celui de MTN [société de télécommunications mobiles]. Ce don est séparé de ceux qui proviennent de l'AVATT [Africa Vaccine Acquisition Task Team]. MTN a promis environ 25 millions de dollars, que nous avons utilisés pour l'approvisionnement en vaccins. 

Comment assurez-vous une coordination efficace avec le CDC Afrique et les autres institutions panafricaines impliquées dans la réponse ? 

Le fonds  est une création de l'UA. Nous avions l'habitude de nous réunir chaque semaine, mais maintenant nous nous réunissons une fois par mois. Les participants aux réunions comprennent le CDC Afrique, et les membres du conseil d'administration sont issus de toutes les régions d'Afrique - nord, est, ouest et sud. Nous avons des personnes du secteur privé. Grâce à ce mécanisme, nous touchons les pays. Lorsque nous devons traiter de questions spécifiques à certaines régions, les membres du conseil d'administration de cette région en assument la responsabilité. 

Afreximbank a-t-elle contribué au fonds ?

 

Bien sûr, Afreximbank a apporté son soutien, non seulement parce que je suis d'Afreximbank, mais aussi dans l'esprit de ce que fait la banque. Nous nous sommes engagés à faire un don que nous avons versé. Nous apportons également d'autres contributions que nous n'enregistrons pas comme des dons en termes de fourniture de ressources humaines. Comme je l'ai dit, nous avons engagé et payons le salaire d'un consultant en mobilisation de fonds.

Quel soutien, le cas échéant, Afreximbank apporte-t-elle aux pays pour contenir la pandémie ? 

Permettez-moi de commencer par dire que nous sommes très habitués à gérer les crises, car nous sommes une banque née d'une crise. Afreximbank a été conçue dans les années 1980, lorsque nous avons connu la crise de la dette. Depuis le début de nos opérations en 1994, il y a eu de nombreuses crises et la banque a réagi. C'est comme si nous avions une boîte à outils pour répondre à une crise. 

C'est pourquoi, dès mars 2020, nous avons lancé la Facilité d'atténuation de l'impact d'une pandémie commerciale, qui a été créée pour aider les pays à s'adapter, de manière ordonnée, à la crise. Grâce à cette facilité, nous avons jusqu'à présent déboursé environ 7 milliards de dollars, ce qui a aidé de nombreux pays à effectuer les paiements de la dette commerciale qui étaient dus. Nous savions que si nous ne soutenions pas les pays et qu'ils ne remboursaient pas leur dette commerciale, la reprise serait très difficile pour eux, car les marchés ont la mémoire longue mais la vue courte. Cela a vraiment profité au continent. 

Cette facilité comprend une facilité de 200 millions de dollars que nous avons lancée conjointement avec la Commission économique des Nations uUnies pour l'Afrique (CEA) pour soutenir la fabrication de matériaux COVID sur le continent - les EPI, les masques et tout le reste. Si vous vous souvenez bien, l'année dernière à la même époque, tout le monde se bousculait pour se procurer ces articles, et l'Afrique en a souffert. Nous avons donc fourni des fonds à des entreprises pour qu'elles réaffectent leurs usines à la production de masques simples et d'EPI.