Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Somalie : Une sécheresse " grave et sinistre " qui touche plus de 7 millions de personnes

Get monthly
e-newsletter

Somalie : Une sécheresse " grave et sinistre " qui touche plus de 7 millions de personnes

UN News
Afrique Renouveau: 
1 Juin 2022
Par: 
eux représentants des Nations Unies aux côtés des Somaliens.
UN Photo/Fardosa Hussein
Envoyés spéciaux des Nations Unies en Somalie, Abdelmoula, et l'Envoyé spécial de la Somalie pour la réponse à la sécheresse, Abdirahman Abdishakur, écoutent une mère qui a récemment été déplacée par la grave sécheresse à Baidoa, en Somalie.

Accompagnant l'envoyé pour la sécheresse nouvellement nommé en Somalie lors de sa première visite sur le terrain, le principal responsable humanitaire des Nations Unies pour le pays de la Corne de l'Afrique a mis en garde mardi contre les perspectives dévastatrices pour des millions de Somaliens touchés, dans un contexte de risques accrus de famine.

"La situation est extrêmement grave et désastreuse : 7,1 millions de personnes vont être touchées par cette situation de sécheresse avant la fin de l'année", a déclaré le Coordinateur humanitaire pour la Somalie, Adam Abdelmoula.
 
1,4 million d'enfants "confrontés à la malnutrition aiguë".
 
Il a déclaré qu'environ 1,4 million d'enfants étaient confrontés à la "malnutrition aiguë cette année, et 330 000 risquent de souffrir de malnutrition sévère".
 
En mai, selon un récent rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, OCHA, environ 6,1 millions de Somaliens ont été touchés par la sécheresse.
 
Sur ce nombre, 771 400 ont été déplacés de chez eux à la recherche d'eau, de nourriture et de pâturages ; la plupart sont des femmes et des enfants. Les perspectives se sont aggravées en raison de la perspective d'une cinquième saison des pluies ratée consécutive.
 
M. Abdelmoula s'exprimait au camp 'ADC' pour les personnes déplacées à l'intérieur du pays (IDP) dans le district de Baidoa, dans l'État du Sud-Ouest de la Somalie. Il accompagnait l'Envoyé spécial de la Somalie pour la réponse à la sécheresse, Abdirahman Abdishakur, qui a été nommé par le président somalien fin mai, lors de sa visite dans un camp de personnes déplacées.
A displacement camp in Somalia.
Une vue du camp de déplacés ADC qui accueille actuellement les nouveaux arrivants déplacés à Baidoa, en Somalie.
UN Photo/Fardosa Hussein

Pas assez de pluie

OCHA a déclaré qu'entre avril et la mi-mai de cette année, des pluies légères à modérées ont été enregistrées dans certaines parties du sud, du centre et du nord-ouest de la Somalie, et qu'il y a eu des orages localisés et des crues soudaines dans certaines régions.

Mais la quantité de pluie était inférieure à la moyenne, mal répartie et insuffisante pour atténuer les conditions de sécheresse actuelles.

En raison de ces faibles pluies, la Somalie est confrontée à une quatrième saison des pluies ratée consécutive et à un risque accru de famine localisée dans six régions, notamment dans l'État du Sud-Ouest, en particulier si les prix des denrées alimentaires continuent d'augmenter et si l'aide humanitaire n'est pas maintenue pour atteindre les personnes les plus vulnérables.

De plus, la prochaine saison des pluies devrait être inférieure à la moyenne, ce qui signifie que l'urgence de la sécheresse va s'aggraver. Comme le pays est confronté au risque de famine dans ces six régions, les entités humanitaires font passer l'essentiel de leurs activités de la réponse à la sécheresse à la prévention de la famine, en réorientant les réponses pour cibler les populations les plus vulnérables et en développant un plan de prévention de la famine.

Baidoa est l'une des régions les plus durement touchées

Le district de Baidoa, dans l'État du Sud-Ouest, est l'une des régions de Somalie les plus durement touchées par la sécheresse actuelle.

Depuis le début de l'année, 230 000 personnes ont été déplacées dans l'État du Sud-Ouest.

Sa région de Bay compte le plus grand nombre de personnes en situation d'insécurité alimentaire aiguë ; cela s'ajoute à des taux élevés de malnutrition, notamment dans les camps de déplacés de Baidoa. Depuis mars, les cas de diarhée aqueuse aiguë sont en augmentation, avec un total cumulé de 2 279 cas, dont 11 décès, signalés depuis janvier de cette année.

"Je suis ici pour mobiliser, autant que possible, les ressources et coordonner l'effort d'aide humanitaire. Baidoa est l'endroit où les personnes les plus touchées sont arrivées récemment - près de la moitié des personnes déplacées par la sécheresse sont ici à Baidoa," a déclaré M. Abdishakur au camp 'ADC'. "Nous demandons à la communauté internationale de doubler ses efforts et de soutenir le peuple somalien en cette période difficile."

M. Abdelmoula, qui est aussi Représentant spécial adjoint des Nations Unies pour la Somalie et Coordinateur résident des Nations Unies, a fait remarquer que l'organisme mondial et ses partenaires ne peuvent pas faire grand-chose sans davantage de ressources.

Fonds limités, besoins croissants

Le financement du Plan d'intervention humanitaire pour la Somalie de cette année, qui cherche environ 1,5 milliard de dollars pour aider 5,5 millions de Somaliens parmi les plus vulnérables, reste faible, à 15,7 % au 20 mai.

"Avec les ressources limitées dont nous disposons, nous n'avons pu, entre les mois de janvier et avril, atteindre que 2,4 millions de personnes sur l'ensemble de celles qui ont besoin d'une aide humanitaire", a déclaré le Coordinateur humanitaire.

L'Envoyé spécial et le Coordinateur humanitaire ont l'intention d'effectuer d'autres visites conjointes sur le terrain dans un avenir proche.