Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Nous devons prendre des décisions concrètes et applicables en matière de climat pour que la CdP27 soit couronnée de succès

Get monthly
e-newsletter

Nous devons prendre des décisions concrètes et applicables en matière de climat pour que la CdP27 soit couronnée de succès

- Le chef du groupe des négociateurs africains pour le climat.
Franck Kuwonu
Afrique Renouveau: 
10 Juin 2022
M. Ephraim Mwepya Shitima de la Zambie, au centre, entre deux autres participants à la réunion.
M. Ephraim Mwepya Shitima de la Zambie (au centre), président du groupe des négociateurs africains sur le changement climatique, lors d'une récente réunion sur le changement climatique à Bonn, en Allemagne.

La 27ème Conférence des Parties des Nations Unies sur le changement climatique ( CdP27) se tiendra en Egypte du 7 au 18 novembre 2022. Dans un contexte d'engagements climatiques non respectés, de perturbations persistantes dues à la COVID-19 et de défis financiers, énergétiques et alimentaires créés par la guerre en Ukraine, Franck Kuwonu  s'est entretenu avec le président en exercice du Groupe des négociateurs africains (AGN) sur le changement climatique, M. Ephraim Mwepya Shitima de la Zambie, au sujet des priorités de l'Afrique et de ce que serait une COP27 réussie pour le continent. En voici des extraits :

Quelles sont les priorités de l'Afrique à la veille de la CdP27 à Sharm El-Sheikh, en Égypte ?
 
Pour le Groupe africain, la CdP27 devrait avoir pour objectif de faire progresser la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN), y compris les efforts d'adaptation et d'atténuation et la mise à disposition de financements pour renforcer la mise en œuvre.
 
La CdP26 a conclu les orientations restantes sur la mise en œuvre de l'Accord de Paris sur le changement climatique, nous devons donc faire avancer la mise en œuvre de nos actions climatiques.
 
Par exemple, nous aimerions que la conférence parvienne à une décision concrète sur l'objectif mondial d'adaptation. Le dernier rapport du groupe de travail du GIEC sur les impacts, l'adaptation et la vulnérabilité, a mis en évidence le coût annuel de l'adaptation dans les pays en développement de 140 à 300 milliards de dollars d'ici 2030. Nous demandons que le financement de l'adaptation soit à la hauteur de ces chiffres.
Portrait of Mr. Ephraim Mwepya Shitima of Zambia.
M. Ephraim Mwepya Shitima de la Zambie, président du groupe des négociateurs africains sur le changement climatique.
L'Afrique élabore-t-elle une nouvelle position commune sur les questions clés ou s'en tient-elle à celle utilisée pour la CdP26 ?
 
Après chaque CdP, nous préparons et mettons à jour la position du groupe africain conformément aux décisions du comité des chefs d'État et de gouvernement africains sur le changement climatique (CAHOSCC). Il convient de noter que certains points de l'ordre du jour sur lesquels nous avons travaillé au fil des ans peuvent nécessiter la réitération des points de vue africains. Par exemple, nous continuerons à demander que l'objectif mondial d'adaptation soit mis en œuvre et guide les efforts d'adaptation des pays. Nous réitérerons également l'importance d'atteindre l'objectif de 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 qui n'a pas été atteint par les pays développés.
 
Quel est l'impact de la crise en Ukraine sur les priorités de l'Afrique ?
 
Le conflit entre la Russie et l'Ukraine contribue directement à l'exacerbation de la crise des prix alimentaires, ce qui met en évidence la nécessité de renforcer la résilience des chaînes d'approvisionnement alimentaire. La flambée des prix des denrées alimentaires, combinée aux effets des sécheresses provoquées par le climat, pourrait créer des perspectives encore plus sombres pour la sécurité alimentaire dans les années à venir.
 
Outre la crise alimentaire, les efforts déployés par de nombreux pays pour trouver des sources d'énergie alternatives à celles qu'ils obtenaient de la Russie semblent constituer un revers pour l'agenda climatique, car de nouveaux investissements sont réalisés dans les combustibles fossiles et de nouvelles voies d'approvisionnement sont créées.
 
Le détournement de l'attention des obligations climatiques en termes de financement du climat est un autre sujet de préoccupation. Mais en reprenant les négociations, nous espérons que cela ne devrait pas affecter le résultat, car le processus multilatéral est guidé par ses règles et ses directives, indépendamment de la situation géopolitique, et ne devrait pas nous faire baisser nos attentes.
Cela rendra-t-il les négociations plus faciles ou plus difficiles cette fois-ci ?
 
La situation actuelle est difficile. Cependant, les négociations dans le cadre de la CCNUCC sont guidées par les obligations de l'Accord de Paris, et nous sommes déterminés à améliorer et à faire progresser collectivement notre travail dans le cadre de la CCNUCC. Tous les rapports du GIEC appellent à une action climatique urgente, et le Groupe africain continuera à appeler à une action climatique urgente, en conséquence.
 
Quels sont les enseignements, s'il y en a, que l'Afrique a tirés de la CdP 26 à Glasgow et qui seront utiles à la CdP27 ?
 
Les CdP sont des processus multilatéraux qui sont guidés par la CCNUCC. L'Afrique a souligné et continuera de souligner l'importance du processus multilatéral, et la CdP27 renforcera les efforts multilatéraux guidés par la CCNUCC.
 
De nombreuses promesses ont été faites lors de la COP26, notamment celle de combler le déficit de financement de 100 milliards de dollars par les pays développés. Comment cela se passe-t-il ?
 
Suite à l'appel des pays en développement, la CdP26 a noté avec regret que les pays développés parties n'ont pas atteint l'objectif de 100 milliards de dollars par an. La CdP a également convenu d'un "Plan de mise en œuvre du financement climatique : Atteindre l'objectif de 100 milliards de dollars US" d'ici 2025.
 
Le groupe africain continuera d'appeler les pays développés parties à respecter leurs obligations et à travailler avec les autres parties pour assurer la mise en œuvre rapide du plan de financement du climat.
 
L'un des problèmes est que nous devons convenir que les 100 milliards de dollars constituent un financement climatique.  Le danger est que nos partenaires souhaitent que l'aide accordée à l'Afrique et à d'autres pays en développement soit considérée comme un financement climatique, même si elle n'est pas liée au climat.
 
Nous souhaitons donc établir une distinction très claire entre l'aide publique au développement (APD) et le financement climatique.
D'une manière générale, pourquoi les Africains devraient-ils se préoccuper du changement climatique ? Comment l'expliquer au commun des mortels ?
 
La réalité du changement climatique s'est imposée à nous depuis quelques années déjà. En particulier pour nos communautés rurales qui dépendent des ressources naturelles pour leur subsistance.
 
Il est probable qu'un habitant des centres urbains tels que Lagos, Johannesburg ou Le Caire veuille avoir une opinion académique sur le sujet, car la seule chose qu'il voit est le caractère erratique des pluies, sans conséquence directe sur sa vie quotidienne, car après tout, il puise son eau au robinet. Mais pour les communautés rurales du continent qui doivent tirer toutes leurs ressources de mère nature, la réalité est très dure.
 
Par exemple, les ruisseaux ou les rivières qui constituaient leur source de vie s'assèchent et ne peuvent plus les alimenter. En conséquence, la productivité agricole diminue. Ces personnes peuvent à peine récolter suffisamment de produits pour la saison suivante.
 
Ce sont des choses que ces personnes peuvent voir. La seule chose que l'on puisse faire est de leur expliquer que leurs mécanismes d'adaptation traditionnels ne sont peut-être plus adaptés et qu'ils ont donc besoin d'un soutien sous forme d'outils supplémentaires.
 
Mais même pour ceux qui veulent être académiques, les citadins par exemple, et pour ceux qui ne prêtent peut-être pas beaucoup d'attention aux événements météorologiques, vous pouvez leur montrer que dans la plupart de leurs pays, les délestages sont fréquents parce qu'il n'y a pas assez d'électricité produite en raison de la baisse du niveau des eaux. Peu importe où l'on se trouve, le changement climatique touche tout le monde.
 
Nous devrions donc tous nous sentir concernés, car le changement climatique a un impact sur l'économie de l'Afrique ainsi que sur sa trajectoire de développement, et ses effets néfastes coûtent des vies. Les récentes inondations en Afrique du Sud et leur impact sur la vie des gens et l'économie en sont un autre exemple.
 
Les défenseurs du climat soulignent que l'Afrique ne contribue qu'à hauteur de 4 % aux émissions mondiales de gaz à effet de serre, mais qu'elle est fortement menacée par la crise climatique. Cet argument trouve-t-il un écho dans le monde développé ?
 
Il l'est toujours et nous continuerons à le faire valoir. Le groupe africain soutient la nécessité de prendre en compte cette contribution négligeable et l'impact négatif auquel le continent est confronté. Il est important que les militants mettent en lumière les intérêts africains et soutiennent notre programme de développement durable.
L'Afrique ne peut pas continuer sur la même trajectoire traditionnelle, qui sera tout simplement intenable et coûteuse.
Toutefois, ce qui est également vrai, c'est que l'Afrique ne peut pas continuer sur la même trajectoire traditionnelle, qui sera tout simplement intenable et coûteuse. Par exemple, dans le secteur de l'énergie, nous ne pouvons plus continuer à utiliser les combustibles fossiles à long terme alors que le monde entier est en train de changer. Nous devons nous adapter et changer. En ce qui concerne notre trajectoire de développement, il doit s'agir d'un développement à faible émission de carbone et d'un développement durable.
 
Comment la pandémie de COVID-19 a-t-elle affecté les efforts pour faire face à la crise climatique en Afrique ?
 
La pandémie a eu un impact sévère sur la santé et l'économie de l'Afrique en contractant le PIB du continent jusqu'à 3,4%, avec une perte estimée entre 173,1 et 236,7 milliards de dollars pour les années 2020-2021.
 
Cette situation a exacerbé les effets néfastes du changement climatique et réduit la capacité des pays africains à s'adapter au changement climatique.
En ce qui concerne notre trajectoire de développement, il doit s'agir d'un développement à faible émission de carbone et d'un développement durable.
D'autre part, en raison des perturbations et de l'impossibilité de se rencontrer en personne, la plupart des pays n'ont pas été en mesure de mettre à jour leurs CDN à temps.
 
Dans l'ensemble, cependant, la COVID-19 nous a prouvé la valeur de la collaboration entre les pays pour relever les défis. Si nous pouvons appliquer le même modèle de coopération pour faire en sorte que la réponse au changement climatique soit à cette échelle et que les ressources soient rapidement mobilisées et mises à la disposition des pays, ce serait probablement l'un des héritages durables de COVID-19.
 
Quelle serait votre idée du succès de l'Afrique à la CdP27 ?
 
Nous avons quelques attentes pour la CdP27, mais des décisions claires sur la mise en œuvre de l'action climatique constitueront le succès de la CdP27. Nous devons obtenir de nombreux résultats concrets et applicables. Nous devons avoir des décisions que les gens peuvent montrer du doigt et dire : ceci est mis en œuvre.