Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

La guerre en Ukraine menace de déclencher une vague sans précédent de faim et de misère dans le monde - Guterres

Get monthly
e-newsletter

La guerre en Ukraine menace de déclencher une vague sans précédent de faim et de misère dans le monde - Guterres

UN News
Afrique Renouveau: 
8 Juin 2022
Par: 
Une famille au Yémen partageant un repas.
PAM/Saleh Hayyan
Une famille partage un repas au Yémen avec la nourriture fournie par le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies.

Plus de trois mois après le début de la guerre en Ukraine, les populations du monde entier sont confrontées à une crise du coût de la vie jamais vue depuis plus d'une génération, avec des chocs de prix croissants sur les marchés mondiaux de l'alimentation, de l'énergie et des engrais - dans un monde déjà aux prises avec la pandémie de Covid-19 et le changement climatique.

On estime que 1,6 milliard de personnes dans 94 pays sont exposées à au moins une dimension de la crise, et environ 1,2 milliard d'entre elles vivent dans des pays très vulnérables aux trois dimensions de la crise du coût de la vie - alimentation, énergie et finance -, selon les dernières conclusions du Groupe de réponse aux crises mondiales (GCRG) du Secrétaire général des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, énergétiques et financiers.

« Pour ceux qui sont sur le terrain, chaque jour apporte de nouvelles effusions de sang et de nouvelles souffrances. Et pour les peuples du monde entier, la guerre, ainsi que les autres crises, menacent de déclencher une vague sans précédent de faim et de misère, laissant derrière elle le chaos social et économique », a averti le Secrétaire général António Guterres lors de la présentation d’un nouveau rapport du GCRG.

« Les personnes vulnérables et les pays vulnérables sont déjà durement touchés, mais ne vous y trompez pas : aucun pays ou communauté ne sera épargné par cette crise du coût de la vie », a-t-il ajouté.

Un cercle vicieux

La capacité des pays à faire face à l'adversité face aux défis mondiaux croissants continue de s'éroder. Pour faire face à la crise, une volonté politique forte au sein de la communauté multilatérale et une approche globale sont avant tout nécessaires. Les cercles vicieux créés par la crise montrent qu'aucune dimension de la crise ne peut être résolue isolément.

« S'attaquer à un seul aspect ne résoudra pas la crise mondiale dans laquelle nous nous trouvons », ajoute Rebeca Grynspan, Secrétaire générale de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), qui était aux côtés d’António Guterres lors de la présentation du rapport.

« Les revenus sont réduits et les familles sont obligées de décider comment allouer les finances du ménage qui diminuent. Et donc avec cet esprit, un autre cercle vicieux commence - le cycle de troubles sociaux conduisant à l'instabilité politique en raison de la capacité affaiblie des pays et des familles à faire face à une énième crise mondiale, en plus de la Covid-19 et de la crise climatique », a-t-elle ajouté.

Drone footage of Kyiv Oblast, Ukraine.
Images de drone montrent l'ampleur de la destruction à Irpin, en Ukraine.
PNUD Ukraine/Oleksandr Simonenko

Une crise d'accès

Aujourd'hui, on estime qu'environ 60% de la main-d'œuvre mondiale a des revenus inférieurs à ceux d'avant la pandémie. Plus de la moitié des pays les plus pauvres du monde sont surendettés ou à haut risque.

Selon le rapport, l'augmentation de la faim depuis le début de la guerre pourrait être plus élevée et plus généralisée. Les estimations du Programme alimentaire mondial (PAM) montrent que le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire grave a doublé, passant de 135 millions avant la pandémie à 276 millions en seulement deux ans. Cependant, les effets d'entraînement de la guerre en Ukraine devraient faire grimper ce nombre à 323 millions en 2022.

Le dernier indice des prix des denrées alimentaires de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) avait déjà atteint un niveau record en février 2022 avant le début de la guerre, depuis lors, il a connu certaines des plus fortes augmentations sur un mois de son histoire, avec son record en mars 2022.

« La crise alimentaire de cette année est liée au manque d'accès. L'année prochaine pourrait être une question de manque de nourriture », a déclaré le Secrétaire général de l'ONU. « Nous devons apporter la stabilité aux marchés mondiaux de l'alimentation et de l'énergie pour briser le cercle vicieux de la hausse des prix et apporter un soulagement aux pays en développement. La production alimentaire de l'Ukraine, ainsi que la nourriture et les engrais produits par la Russie, doivent être ramenés sur les marchés mondiaux – malgré la guerre ».

António Guterres a annoncé qu'il avait demandé à Rebeca Grynspan et au chef humanitaire de l'ONU, Martin Griffiths, de coordonner deux groupes de travail pour permettre « une exportation sûre et sécurisée de produits alimentaires ukrainiens via la mer Noire » et pour assurer « un accès sans entrave aux marchés mondiaux pour la nourriture et les engrais russes ».

Implications régionales

Malgré l'impact généralisé de la crise, toutes les régions et sous-régions ne sont pas exposées de la même manière, indique le rapport, soulignant le fait que certains pays et communautés sont plus vulnérables que d'autres et ont un besoin urgent d'assistance.

Les pays d'Afrique subsaharienne, par exemple, restent très vulnérables, un Africain sur deux dans la région étant exposé aux trois dimensions de la crise. La région Amérique latine et Caraïbes est le deuxième plus grand groupe confronté à la crise du coût de la vie avec près de 20 pays profondément touchés.

L'extrême pauvreté pourrait menacer la vie et les moyens de subsistance de 2,8 millions de personnes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. En Asie du Sud, qui connaît actuellement des vagues de chaleur paralysantes, 500 millions de personnes sont gravement exposées à la crise alimentaire et financière. Les pays d'Europe de l'Est et d'Asie centrale sont fortement exposés aux dimensions énergétique et financière, compte tenu de l'importance des envois de fonds et des exportations d'énergie de la Russie.

Le rapport formule des recommandations politiques pour faire face à la crise du coût de la vie, soulignant l'action immédiate sur deux fronts critiques - le besoin urgent de stabilité sur les marchés mondiaux de l'alimentation et de l'énergie pour briser le cercle vicieux de la hausse des prix et l'impératif de venir en aide aux pays en développement, en appelant à ce que des ressources soient mises à disposition immédiatement pour aider les pays et les communautés les plus pauvres.

« Il n'y a pas de solution à cette crise mondiale sans une solution à la crise économique dans le monde en développement. Le système financier mondial doit dépasser ses lacunes et utiliser tous les instruments à sa disposition, avec souplesse et compréhension, pour apporter un soutien aux pays vulnérables et aux personnes vulnérables », a souligné António Guterres.

« Le message du rapport d'aujourd'hui est clair et insistant : nous devons agir maintenant pour sauver des vies et des moyens de subsistance au cours des mois et des années à venir. Il faudra une action mondiale pour résoudre cette crise mondiale », a-t-il conclu.