Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

La population mondiale atteindra 8 milliards le 15 novembre 2022

Get monthly
e-newsletter

La population mondiale atteindra 8 milliards le 15 novembre 2022

Dans un contexte de baisse des taux de croissance, la population mondiale devrait culminer à environ 10,4 milliards dans les années 2080
Afrique Renouveau: 
11 Juillet 2022
Écoliers au Soudan du Sud.
UN Photo/Amanda Voisard
Des écoliers assistent à la cérémonie d'ouverture de l'école maternelle et primaire Queen's située à l'intérieur de la zone exempte d'armes à l'est du complexe de la "Maison de l'ONU" de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) à Juba, en 2018.
La population mondiale devrait atteindre 8 milliards le 15 novembre 2022, et l'Inde devrait dépasser la Chine en tant que pays le plus peuplé du monde en 2023, selon World Population Prospects 2022, publié aujourd'hui à l'occasion de la Journée mondiale de la population.

"Cette année, la Journée mondiale de la population tombe au cours d'une année charnière, alors que nous anticipons la naissance du huit milliardième habitant de la Terre. C'est l'occasion de célébrer notre diversité, de reconnaître notre humanité commune et de célébrer les progrès en termes de santé qui ont prolongé la durée de vie et réduit considérablement les taux de mortalité maternelle et infantile », a déclaré le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres. "En même temps, c'est un rappel de notre responsabilité partagée de prendre soin de notre planète et une occasion de nous rappeler que nous ne respectons toujours pas nos engagements les uns envers les autres", a-t-il ajouté. 

Plus de la moitié de l'augmentation prévue de la population mondiale d’ici 2050 sera concentrée dans huit pays: la République démocratique du Congo, l'Égypte, l'Éthiopie, l'Inde, le Nigéria, le Pakistan, les Philippines et la République-Unie de Tanzanie. Les pays d'Afrique sub-saharienne devraient contribuer à plus de la moitié de l'augmentation prévue jusqu'en 2050.

La population mondiale croît à son rythme le plus lent depuis 1950, après être tombée à moins de 1 % en 2020. Les dernières projections des Nations Unies suggèrent que la population mondiale pourrait atteindre environ 8,5 milliards en 2030 et 9,7 milliards en 2050. Il est prévu qu’elle atteigne un pic d'environ 10,4 milliards de personnes au cours des années 2080 et reste à ce niveau jusqu'en 2100. 

World Population Prospects 2022 indique également que la fécondité a nettement chuté au cours des dernières décennies pour de nombreux pays. Aujourd'hui, les deux tiers de la population mondiale vivent dans un pays ou une région où la fécondité au cours de la vie est inférieure à 2,1 naissances par femme, soit à peu près le niveau requis pour une croissance nulle à long terme pour une population à faible mortalité. Selon les perspectives démographiques, la population de 61 pays ou régions devrait diminuer de 1 % ou plus entre 2022 et 2050, en raison de niveaux de fécondité durablement bas et, dans certains cas, de taux d'émigration élevés. 

Plus de la moitié de l'augmentation prévue de la population mondiale d’ici 2050 sera concentrée dans huit pays: la République démocratique du Congo, l'Égypte, l'Éthiopie, l'Inde, le Nigéria, le Pakistan, les Philippines et la République-Unie de Tanzanie. Les pays d'Afrique sub-saharienne devraient contribuer à plus de la moitié de l'augmentation prévue jusqu'en 2050. 

Dans la plupart des pays d'Afrique subsaharienne, ainsi que dans certaines régions d'Asie, d'Amérique latine et des Caraïbes, la part de la population en âge de travailler (entre 25 et 64 ans) a augmenté grâce aux récentes baisses de la fécondité. Ce changement dans la répartition par âge offre une opportunité limitée dans le temps d'accélérer la croissance économique par habitant, connue sous le nom de « dividende démographique »

« La relation entre la croissance démographique et le développement durable est complexe et multidimensionnelle », a déclaré Liu Zhenmin, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires économiques et sociales. « La croissance rapide de la population rend plus difficile l'éradication de la pauvreté, la lutte contre la faim et la malnutrition et l'augmentation de la couverture des systèmes de santé et d'éducation. A l'inverse, atteindre les Objectifs du Développement Durable, notamment ceux liés à la santé, l'éducation et l'égalité des sexes, contribuera à réduire les niveaux de fécondité et à ralentir la croissance démographique mondiale. 

Dans la plupart des pays d'Afrique subsaharienne, ainsi que dans certaines régions d'Asie, d'Amérique latine et des Caraïbes, la part de la population en âge de travailler (entre 25 et 64 ans) a augmenté grâce aux récentes baisses de la fécondité. Ce changement dans la répartition par âge offre une opportunité limitée dans le temps d'accélérer la croissance économique par habitant, connue sous le nom de « dividende démographique ». Pour maximiser les avantages potentiels d'une répartition par âge favorable, les pays devraient investir dans le développement ultérieur de leur capital humain en garantissant l'accès aux soins de santé et à une éducation de qualité à tous les âges et en favorisant les possibilités d'emploi productif et de travail décent.

Pour maximiser les avantages potentiels d'une répartition par âge favorable, les pays devraient investir dans le développement ultérieur de leur capital humain en garantissant l'accès aux soins de santé et à une éducation de qualité à tous les âges et en favorisant les possibilités d'emploi productif et de travail décent.

La part de la population mondiale âgée de 65 ans et plus devrait passer de 10 % en 2022 à 16 % en 2050. À ce stade, on s'attend à ce que le nombre de personnes âgées de 65 ans ou plus dans le monde soit plus du double du nombre d'enfants de moins de 5 ans et à peu près le même que le nombre de moins de 12 ans. Les pays dont la population vieillit devraient prendre des mesures pour adapter les politiques publiques au nombre croissant de personnes âgées, notamment en établissant des systèmes universels de soins de santé et de soins de longue durée et en améliorant la viabilité des systèmes de sécurité sociale et de retraite.

L'espérance de vie mondiale à la naissance a atteint 72,8 ans en 2019, soit une amélioration de près de 9 ans depuis 1990. De nouvelles réductions de la mortalité devraient se traduire par une longévité moyenne mondiale d'environ 77,2 ans en 2050. Pourtant, en 2021, l'espérance de vie des pays les moins avancés accusent un retard de 7 ans par rapport à la moyenne mondiale. 

La pandémie de COVID-19 a affecté les trois composantes de l'évolution démographique. L'espérance de vie mondiale à la naissance est tombée à 71,0 ans en 2021. Dans certains pays, les vagues successives de la pandémie peuvent avoir produit des réductions à court terme du nombre de grossesses et de naissances, tandis que pour de nombreux autres pays, il existe peu de preuves d'un impact sur les niveaux ou tendances de la fécondité. La pandémie a sévèrement restreint toutes les formes de mobilité humaine, y compris la migration internationale. 

"De nouvelles actions des gouvernements visant à réduire la fécondité auraient peu d'impact sur le rythme de la croissance démographique d'ici le milieu du siècle, en raison de la structure par âge jeune de la population mondiale actuelle. Néanmoins, l'effet cumulé d'une baisse de la fécondité, si elle se maintient sur plusieurs décennies, pourrait déboucher sur une décélération plus importante de la croissance démographique mondiale dans la seconde moitié du siècle », a ajouté John Wilmoth, directeur de la Division de la population du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies.