Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Portrait-jeune : Technicienne nigériane et défenseure des droits de la femme

Get monthly
e-newsletter

Portrait-jeune : Technicienne nigériane et défenseure des droits de la femme

Odunayo Eweniyi, 27 ans, sur la gestion des affaires et l'égalité des sexes.
Damilola Adewumi
Afrique Renouveau: 
28 Juin 2021
Odunayo Eweniyi
Odunayo Eweniyi
Odunayo Eweniyi

Odunayo Eweniyi, 27 ans, fait parler d'elle au Nigeria en tant que spécialiste des start-up technologiques. Elle est également connue pour son plaidoyer en faveur de l'autonomisation des filles et des femmes, ayant contribué à collecter environ 1,1 million de dollars pour soutenir le mouvement #EndSARS, un activisme mené par des jeunes contre la brutalité policière dans son pays. Elle a également lancé deux organisations à but non lucratif pour l'émancipation des femmes, Feminist Coalition et Wine & Whine Nigeria.

Mme Eweniyi est la cofondatrice de plusieurs start-ups technologiques, dont Piggyvest, FirstCheck Africa et PushCV. Pour cette raison, elle a été citée dans de grandes publications internationales, notamment dans les listes TIME100NEXT, The Bloomberg 50 et Vogue's 12 women leaders that changed the world in 2020.

Son enfance

Mme Eweniyi est née à Abeokuta, dans l'État d'Ogun, au sud-ouest du Nigeria.  Elle a obtenu une licence en ingénierie informatique à l'université Covenant, également dans l'État d'Ogun.   

Ses parents étant professeurs d'université, elle et ses trois jeunes frères et sœurs avaient accès aux livres. 

Elle se souvient avec tendresse de la façon dont ses parents traitaient leurs enfants : "Il y avait des mots d'affirmation et pas beaucoup de jugement. Nous avons donc grandi en étant confiants et créatifs."

Très tôt, personne, pas même ses parents ou ses frères et sœurs, ne pensait que Mme Eweniyi gagnerait sa vie dans les affaires. Elle avait une affection pour l'ordinateur et les livres, ce qui indiquait à l'époque que, comme ses parents, elle s'orienterait probablement vers le monde universitaire. Elle aimait les aspects techniques des choses.

Aujourd'hui, dit-elle, "je suis la directrice des opérations de toutes nos entreprises. J'ai maintenant presque abandonné les aspects techniques pour me tourner vers les affaires et la finance."

Sur son premier emploi

Le premier emploi de Mme Eweniyi était celui de responsable des médias sociaux pour Somto Ifezue, l'homme avec qui elle cofondera plus tard PushCV. L'entreprise a été leur première grande percée, après avoir levé suffisamment de fonds de capital-risque.

"L'idée derrière PushCV était qu'en 2009, il y avait au moins 380 personnes pour chaque emploi publié au Nigeria.  Cela signifiait qu'il fallait trier des centaines de CV. À l'époque, les employeurs devaient examiner les 10 ou 20 premières candidatures, mener des entretiens et passer à autre chose, laissant la plupart des candidatures sans réponse.  Chez PushCV, nous avons créé un système où les demandes d'emploi sont présélectionnées et où les 10 meilleurs candidats sont identifiés et envoyés aux employeurs pour des entretiens", explique-t-elle.

Mme Eweniyi avait acquis une expérience considérable en travaillant comme gestionnaire des médias sociaux chez SAJ Parolz Ent, comme rédactrice junior chez TechCabal, comme rédactrice en chef chez Tech Point et comme rédactrice fondatrice chez Zikoko ; ces expériences ont été au cœur de son succès chez PushCV.

Peu de temps après PushCV, elle a rejoint Joshua Chibueze pour cofonder PiggyVest, une plateforme d'épargne et d'investissement en ligne qui compte actuellement plus de deux millions de clients.

Comment faire des affaires au Nigeria

Mme Eweniyi trouve de l'enthousiasme dans ce qu'elle fait, malgré les difficultés à faire des affaires au Nigeria.  "Il faut beaucoup de travail pour lancer et développer une entreprise dans ce climat. Parmi les défis à relever figurent les réglementations et le manque d'infrastructures adéquates", dit-elle, tout en affirmant que "nous savons avec certitude qu'il y a du talent au Nigeria."

Elle propose des réglementations claires et que le gouvernement "s'écarte du chemin pour que nous puissions travailler. J'aime les règles et lorsqu'elles sont claires, vous savez ce qui est bien et ce qui est mal.  Le problème que nous avons, c'est que beaucoup de règles sont grises, et que l'innovation va plus vite que les réglementations."

Faire face au sexisme

Comme de nombreuses femmes dans le monde, Mme Eweniyi a mené sa part de batailles contre le sexisme et l'exclusion systémique des femmes des opportunités économiques.  Elle raconte : "Certaines personnes ne pensaient pas que les femmes pouvaient diriger des entreprises ; certains managers ne voulaient pas embaucher une femme parce qu'ils craignaient qu'elle tombe enceinte ou se marie et ne puisse pas se concentrer sur son travail.  Le résultat net est donc que les femmes sont laissées pour compte."

Elle reconnaît avoir été confrontée à "l'exclusion systémique : lorsque les gens ont des conversations sur le secteur dans lequel je devrais travailler et ont inclus tout le monde sauf moi, intentionnellement ou non".

Elle est toutefois soulagée : "Cela a changé aujourd'hui, mais c'était très fréquent au début. J'ai démantelé cela en prenant la parole, parce que bien souvent, le sexisme ne vous saute pas aux yeux, et vous commencez à vous demander ce qui se passe ? Est-ce parce que je suis une femme, est-ce du sexisme ou suis-je folle ?  Et ensuite, on se demande comment on va réagir à cela."

L'aide aux autres femmes

Mme Eweniyi se sent investie de la responsabilité d'aider d'autres femmes sur son chemin, ce qui l'a poussée à créer la Coalition féministe.  "Je ressens simplement un sentiment de devoir dans la mesure où je suis une femme qui a eu la vie relativement facile.  J'ai un système de soutien solide et je pense qu'il y a eu une bonne dose de chance pour que j'en arrive là aujourd'hui.  D'où nous sommes partis, où le voyage s'est déroulé - le bon endroit, le bon moment, et tout ça. 

"Mes cofondateurs sont probablement les meilleurs que j'aurais pu rencontrer, car ils ne me retiennent pas.  Ils me permettent d'être la pleine expression de qui je suis, tout comme mes parents, mes frères et sœurs.  J'ai donc traversé la vie entourée de personnes qui m'ont permis d'être qui je suis.  Ce n'est pas le cas pour toutes les femmes, mais ça devrait l'être.

"Pour moi, la mission est que toutes les femmes soient incluses, et je sens que j'ai la responsabilité de faire entrer plus de femmes.  En tant que femme, si vous avez réussi à garder la porte ouverte pour vous, à avancer et à obtenir toutes les choses que les femmes n'ont pas pu obtenir traditionnellement ou historiquement, vous avez en quelque sorte la responsabilité de garder cette porte ouverte pour la génération de femmes qui vous suit.

"Depuis le lancement de la Coalition féministe en octobre 2020, les efforts de diffamation n'ont pas manqué", dit-elle, ajoutant : "Mais cela ne signifie pas que les femmes qui réussissent vont arrêter de travailler.  Le voyage vers l'avenir peut être laborieux, mais il sera constant, et je pense que c'est ainsi que les femmes peuvent envisager le secteur dans lequel elles essaient de se lancer. Les femmes doivent rester stables, savoir qui elles sont et où elles vont."

Sur ses projets d'avenir

Mme Eweniyi est enthousiasmée par son avenir et n'a pas l'intention de ralentir de sitôt.  "Je pense qu'il faut garder la mentalité de continuer à réaliser.  Il y a encore beaucoup à faire.  Je dois faire tout ce que je peux dans cet espace pour le laisser dans un état un peu meilleur que celui dans lequel je l'ai trouvé. Mais je ne suis qu'une seule personne.  Nous sommes maintenant dans le domaine des finances.  J'espère que nous irons vers le marché de masse, puis vers l'éducation.  Il y a beaucoup de choses à faire dans ce domaine.  J'ai toujours faim. Le seul défi est de savoir combien d'heures il y a dans une journée.  J'espère simplement que nous aurons le temps."

Message aux jeunes

"Mon père a l'habitude de dire : "personne ne viendra vous sauver; vous allez devoir vous sauver vous-même !". C'est malheureux pour les jeunes Africains, mais c'est notre réalité.  C'est là où nous en sommes.  Cependant, chaque victoire que nous obtiendrons sera obtenue de haute lutte", dit-elle en ajoutant :  Alors, préparez-vous. Les résultats des prochaines années seront dus aux mesures que nous prenons ou ne prenons pas aujourd'hui.  Cela signifie simplement que nous devons essayer.  Alors, allez-y et faites de votre mieux."