Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Voter ou reporter ? Les élections en Afrique à l'ère de la COVID-19

Recevez l'e-newsletter mensuelle

Voter ou reporter ? Les élections en Afrique à l'ère de la COVID-19

Jaxson Cooper
Afrique Renouveau: 
13 Juillet 2020
Un homme malien dépose son bulletin de vote dans un bureau de vote à Kidal, dans le nord du Mali.
Un homme malien dépose son bulletin de vote dans un bureau de vote à Kidal, dans le nord du Mali.

Plus de 20 pays africains devaient organiser des élections cette année. Alors que les pays s'attaquent à la pandémie de COVID-19, des enseignements précieux ont été tirés des élections importantes qui se sont tenues lors des précédentes épidémies d'Ebola.

En ce qui concerne les élections, 2020 était censé être une année chargée pour l'Afrique. Les électeurs de tout le continent devaient participer à des élections présidentielles, parlementaires ou municipales dans au moins 22 pays d'Afrique, en commençant par les Comores en janvier et en terminant par des élections présidentielles et parlementaires au Ghana en décembre. La COVID-19 a cependant mis un frein à cette participation.

Le premier cas de COVID-19 en Afrique a été signalé en Égypte le 14 février. Alors que d'autres pays africains ont commencé à annoncer leurs premiers cas, le Togo a tenu ses élections présidentielles le 22 février. La Guinée et le Mali ont suivi en mars et avril respectivement. Une semaine avant les élections en Guinée, un seul cas confirmé de COVID-19 a été signalé et seulement deux cas confirmés le jour des élections (22 mars).

Le Mali a connu une situation similaire : aucun cas confirmé une semaine avant et 18 cas le jour des élections (29 mars), bien qu'il y ait eu plus de 200 cas confirmés lors du second tour des élections (19 avril). Les élections générales au Burundi ont eu lieu le 20 mai, et les élections présidentielles au Malawi ont eu lieu le 23 juin.

Avec plus de 489 000 cas confirmés de COVID-19 et 11 500 décès sur le continent au 6 juillet, et des cas qui continuent d'augmenter, les pays qui devaient organiser des élections au cours du second semestre de cette année devront décider s'il faut aller de l'avant ou reporter à une date ultérieure.

En raison de la nature de la COVID-19, la surpopulation des bureaux de vote, le contact de nombreuses personnes avec des surfaces infectées et les risques accrus pour la santé des personnes âgées et des personnes au système immunitaire affaibli ne représentent que quelques-uns des principaux obstacles à la sécurité des élections.

En juin, certains pays avaient déjà choisi de reporter une forme quelconque d'élection prévue. Il s'agit notamment des scrutins des conseils d'État parlementaires et régionaux en Éthiopie et des élections législatives au Tchad, pour n'en citer que quelques-uns.

Aller de l'avant avec les élections

Les pays qui choisissent d'organiser des élections importantes doivent trouver un équilibre entre la gestion du virus et le déploiement des ressources et du matériel nécessaires pour mener des élections crédibles en toute sécurité.

Selon les Nations Unies et d'autres experts électoraux, la mise en place de stations sanitaires et l'élaboration de directives claires pour maintenir la distanciation sociale, ainsi que l'exigence ou la fourniture d'équipements de protection individuelle, font partie des nombreux efforts qui pourraient contribuer à rendre le vote en personne aussi sûr que possible. Suivre les conseils des responsables de la santé est une priorité.

En outre, l'inclusion des femmes et d'autres groupes potentiellement marginalisés et le dialogue avec eux, ainsi que la transparence dans l'information du public sur les changements électoraux et les ajustements liés à la COVID-19 seraient essentiels.  

Les enseignements d'Ebola

Ce n'est pas la première fois que des pays africains doivent organiser des élections en cas de crise de santé publique.

En 2018, l'élection présidentielle en République Démocratique du Congo (RDC) a eu lieu, y compris dans certaines zones touchées par le virus Ebola, suite à la mise en place de mesures de précaution dans les bureaux de vote, notamment le contrôle de la température et la désinfection des mains. De même, des élections législatives cruciales ont eu lieu au Libéria en 2014, les électeurs ayant été soumis à une prise de température, il leur a été conseillé de se tenir à distance les uns des autres et de se laver ou de se désinfecter les mains avant et après le vote.

Anthony Banbury est l'ancien chef de la Mission des Nations Unies pour l'intervention d'urgence contre le virus Ebola (UNMEER) qui a été mise en place en 2014 pour intensifier la réponse à l'épidémie d'Ebola en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone. Il est actuellement président et directeur général de la Fondation Internationale pour les Systèmes Électoraux (IFES). Écrivant pour son organisation sur les élections et la COVID-19, il affirme que l'expérience du Libéria a permis de tirer des enseignements précieux.

"La planification des élections doit commencer le plus tôt possible ; les administrateurs électoraux doivent travailler en étroite collaboration avec les autorités de santé publique, les services de sécurité et les autres acteurs clés de l'État ; et le public doit être tenu bien informé tout au long du processus de planification afin qu'il comprenne la raison d'être de tout changement apporté aux processus de vote", déclare M. Banbury.

Les pays africains inscrits au calendrier électoral 2020 pour le second semestre de l'année sont notamment la Côte d'Ivoire - présidentielle (octobre 2020), la Tanzanie - présidentielle et parlementaire (octobre 2020), les Seychelles - présidentielle (octobre-décembre 2020), le Burkina Faso - présidentielle, parlementaire (novembre 2020), la Namibie - conseils régionaux et gouvernements locaux (novembre 2020) et Maurice - municipale.

Si chaque pays prendra finalement la décision en fonction de ses besoins et de son cadre législatif, pour l'instant, de nombreux gouvernements s'attachent à sauver des vies en renforçant leur réponse à la COVID-19 et en gérant l'impact socio-économique de la pandémie sur la vie des populations.

Autres articles