Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

L'utilisation généralisée du DDT pour lutter contre le paludisme inquiète les écologistes

Get monthly
e-newsletter

L'utilisation généralisée du DDT pour lutter contre le paludisme inquiète les écologistes

Un chercheur du Botswana affirme qu'il est nuisible à la santé maternelle et infantile.
Afrique Renouveau: 
5 Janvier 2022
Nourrisson entouré d'une moustiquaire protectrice contre le paludisme au Ghana.
Banque mondiale/Arne Hoel
Nourrisson entouré d'une moustiquaire protectrice contre le paludisme au Ghana.

L'appel à une interdiction totale du DDT (dichloro-diphényl-trichloroéthane), un insecticide de synthèse utilisé dans les pays où le paludisme est endémique et qui cause des dommages à l'environnement et au corps humain, a suscité un débat. 

Certains vantent ses avantages en matière de lutte contre le paludisme, tandis que d'autres évoquent ses effets néfastes sur l'environnement et la santé humaine. Il est interdit dans certains pays alors même que de nombreux autres l'utilisent pour lutter contre les moustiques responsables du paludisme. 

Aujourd'hui, le professeur Bontle Mbongwe, universitaire botswanaise et professeur associée de santé environnementale et de toxicologie à l'université du Botswana, a rejoint le débat.

Toute décision d'interdire le DDT doit s'appuyer sur des preuves issues d'une évaluation de ses risques pour la santé humaine et l'environnement, déclare le professeur Mbongwe dans une interview accordée à Afrique Renouveau.

Des preuves cumulées suggèrent que le DDT et d'autres pyréthroïdes (pesticides fabriqués par l'homme) pourraient avoir des effets négatifs sur la grossesse, prévient-elle, ajoutant que "les pyréthroïdes ont également été liés à une augmentation des cas de mortalité et à un effet négatif sur le système cardiovasculaire."

Elle suggère une étude approfondie des niveaux de DDT dans le lait maternel. 

En outre, elle déplore que "les effets sur la santé de l'exposition à des polluants organiques persistants tels que le DDT sont plus marqués dans les pays en développement, notamment sur la santé des femmes et des enfants.

"Comme le DDT ne se dégrade pas, il reste intact dans l'environnement pendant de nombreuses années ; les êtres humains et l'environnement sont donc exposés à ses effets toxiques, dont certains peuvent affecter le développement des enfants.

"Plus inquiétant encore, le DDT est transporté dans l'environnement et au-delà des frontières par le sol, l'eau et surtout l'air", dit-elle. 

En général, la décision d'utiliser ou d'interdire le DDT dépend de facteurs tels que le rapport coût-efficacité des solutions de remplacement, leurs propriétés dangereuses et leur impact sur la santé humaine et l'environnement.

L'écologiste fait partie des membres les plus récents du groupe d'experts sur le DDT créé dans le cadre de la convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants, un traité international sur l'environnement signé en mai 2004 qui vise à éliminer et à limiter la production et l'utilisation des polluants organiques persistants.

Le DDT est l'un des polluants organiques figurant sur la liste de la convention. 

Le groupe d'experts s'occupe de l'évaluation des informations scientifiques, techniques, environnementales et économiques sur la production et l'utilisation du DDT et d'autres alternatives pour le contrôle des vecteurs de maladies. 

"Mon rôle en tant que membre du groupe d'experts est de veiller à ce que le gouvernement du Botswana et les autres gouvernements qui utilisent encore le DDT soient conseillés de manière appropriée sur la base de données scientifiques", explique-t-elle.

Le professeur Mbongwe vient d'une région où sévit le paludisme ; elle semble préférer une utilisation limitée du DDT, actuellement autorisé uniquement dans le cadre de la Convention de Stockholm, pour lutter contre les vecteurs de la maladie, conformément aux recommandations et aux directives de l'Organisation mondiale de la santé, et lorsque des alternatives sûres et abordables ne sont pas disponibles localement. 

Cette autorisation limitée pourrait constituer un premier pas vers la limitation de l'utilisation généralisée du DDT, étant donné la difficulté d'éliminer immédiatement son utilisation.

La bonne nouvelle est que l'utilisation mondiale du DDT pour la lutte contre les vecteurs pathogènes a diminué, passant de 10 pays l'utilisant pour la pulvérisation résiduelle intérieure (IRS) en 2010 à cinq pays en 2019.  

Le Pr Mbongwe a entrepris une étude complète du DDT au Botswana en 2000, mesurant ses concentrations et ses métabolites dans l'eau, les plantes, les invertébrés et les fish de lagunes sélectionnées dans le grand delta de l'Okavango, où le DDT est utilisé depuis environ 50 ans pour lutter contre le paludisme et traiter la maladie du sommeil africaine.

Auparavant, en 2009, elle a collaboré avec d'autres chercheurs pour analyser le DDT et d'autres pesticides dans l'eau où de faibles niveaux de métabolites de DDT ont été détectés. 

En ce qui concerne la transition vers des stratégies alternatives de lutte contre le paludisme, elle affirme que des formations, un soutien financier et des capacités de recherche sont nécessaires, mais elle note que certaines organisations fournissent déjà cette assistance. 

"Par exemple, en termes de formation, l'OMS continue de fournir des directives pour la lutte contre les vecteurs du paludisme qui couvrent les interventions de base et supplémentaires, la protection personnelle et d'autres mesures. L'OMS apporte également son soutien en élaborant des directives techniques et opérationnelles", précise-t-elle.

Pourtant, les pays ont souvent des capacités limitées en matière de surveillance entomologique, de surveillance de la résistance aux insecticides et de lutte antivectorielle, qui sont essentielles pour les programmes reposant sur les pulvérisations intradomiciliaires d'insecticide ou les moustiquaires imprégnées d'insecticide à faible mode d'action. 

Des organisations internationales telles que le Programme des Nations Unies pour l'environnement, l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel, le Fonds pour l'environnement mondial et la Fondation Bill et Melinda Gates apportent un soutien financier supplémentaire aux pays. 

En termes de technologie et de recherche, les efforts pour développer de nouveaux outils de lutte contre les vecteurs du paludisme sont encouragés par la collaboration entre les chercheurs et le personnel des programmes opérationnels.

En ce qui concerne les méthodes alternatives, le professeur Mbongwe note que les moustiquaires imprégnées d'insecticide pour le contrôle et l'élimination du paludisme ont augmenté ces dernières années, réduisant ainsi efficacement la dépendance au DDT. 

Les pays d'Afrique subsaharienne passent du DDT et des pyréthroïdes aux néonicotinoïdes, des produits chimiques plus organophosphorés. 

Les capacités accrues de certains pays en matière de surveillance de la résistance aux insecticides ont permis d'améliorer la détection de la résistance au DDT, ce qui, à son tour, a encouragé d'autres pays à envisager l'utilisation d'insecticides autres que le DDT pour les IRS, soutient le professeur Mbongwe.

"On observe également une évolution vers l'élaboration de stratégies nationales de gestion de la résistance aux insecticides pour les vecteurs de maladies. Enfin, les pays prennent des mesures pour développer et mettre en œuvre la gestion intégrée des vecteurs, ce qui peut potentiellement réduire la dépendance à l'égard du DDT et d'autres insecticides chimiques pour la lutte contre les vecteurs pathogènes", explique-t-elle encore. 

Le professeur Mbongwe fera partie du groupe d'experts sur le DDT pendant cinq ans. Pendant son mandat, elle espère plaider pour l'amélioration de l'éducation du public et de la recherche sur la sécurité des produits chimiques, qui est limitée au Botswana et dans d'autres pays en développement. 

"Je travaillerai avec d'autres chercheurs et des responsables gouvernementaux pour surveiller les résidus de pesticides dans les aliments, en mettant l'accent sur le DDT", assure-t-elle.

Elle prévoit également de travailler avec les ministères de l'environnement, de l'agriculture et de la santé des pays pour sensibiliser le public à l'utilisation du DDT et d'autres pesticides. 

Une telle intervention pourrait être opportune pour les pays, dont le Botswana, qui encouragent l'agriculture et fournissent des pesticides aux agriculteurs.