Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

La jeunesse africaine renouvelle son engagement envers les ODD

Get monthly
e-newsletter

La jeunesse africaine renouvelle son engagement envers les ODD

La jeunesse africaine dans la Décennie d'action : Acteurs ou spectateurs, le centre virtuel mobilise les jeunes en faveur des objectifs mondiaux.
Afrique Renouveau: 
23 Décembre 2021
Par: 
African Youth SDGs Summit
La jeunesse africaine renouvelle son engagement envers les ODD.

Les jeunes d'Afrique se sont engagés à travailler davantage et à faire en sorte que le continent atteigne ses objectifs de développement durable (ODD) d'ici 2030.

Lors d'une rencontre virtuelle organisée par la Commission économique pour l'Afrique (CEA) sur le thème "La jeunesse africaine dans la Décennie d'action : Acteurs ou spectateurs" le 20 décembre, des jeunes de tout le continent ont convenu qu'ils avaient un rôle à jouer pour que l'Afrique atteigne les ODD. 

Elizabeth Wathuti, militante pour le climat et l'environnement, a félicité ses pairs qui, partout en Afrique, ne négligent aucun effort pour faire en sorte que les ODD soient atteints d'ici 2030.

"En tant que militante pour le climat, je ne suis pas restée les bras croisés et je ne me suis pas sentie impuissante... J'ai commencé à faire pousser des arbres à l'âge de sept ans", a-t-elle déclaré.

Mme Wathuti a toutefois fait remarquer que la jeunesse africaine devait être prise plus au sérieux et que ses voix et ses intérêts devaient faire partie intégrante des processus décisionnels.

"L'engagement des jeunes ne consiste pas à les inviter à des panels. Un engagement sérieux signifie qu'il faut intérioriser le fait que les jeunes et les générations futures ont le plus grand intérêt dans les décisions prises aujourd'hui", a déclaré Mme Wathuti.

L'envoyée du Secrétaire général des Nations Unies pour la jeunesse, Mme Jayathma Wickramanayake, a déclaré que l'Afrique avait la chance d'avoir la population la plus jeune du monde, avec un âge moyen de 19,7 ans seulement.  Elle s'est dite confiante dans la capacité des jeunes à orienter la trajectoire du continent au 21e siècle, tout en soulignant que "leur succès ou leur échec sera aussi celui du continent dans son ensemble".

Mme Vera Songwe, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies et Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA), a déclaré que malgré les effets négatifs, le COVID-19 a présenté d'énormes opportunités dans les domaines de l'innovation et du tourisme, montrant que l'Afrique a le potentiel de se développer et de créer des emplois pour ses jeunes.

Elle a exhorté les jeunes à profiter de ces opportunités pour "créer leurs propres emplois et devenir les employeurs et les entrepreneurs d'une Afrique prospère d'ici 2030."

Mme Songwe a cité un programme pour la jeunesse de la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (CEA), "African Girls Can Code", qui rassemble des filles de toute l'Afrique et leur permet de s'initier à l'internet des objets, à l'intelligence artificielle et aux jeux vidéo, comme une initiative qui crée également des emplois pour les jeunes filles en Afrique. 

Mme Songwe a déclaré qu'avec la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), l'Afrique peut commencer à fabriquer sur le continent et à créer de la valeur ajoutée dans les différents secteurs de notre économie. 

Elle a souligné que les jeunes seraient les plus touchés par les ODD, déclarant qu'"ils ont le plus à gagner d'une éducation de haute qualité, d'un travail décent, de l'égalité des sexes et d'une planète saine - ou à perdre le plus si le monde ne parvient pas à atteindre ces objectifs. Leur énergie, leurs idéaux et leurs initiatives sont essentiels pour atteindre les objectifs."

Mme Emma Theofelus, vice-ministre namibienne de l'information, des communications et des technologies, a déclaré que le fait de rendre les données accessibles aux jeunes contribuera grandement à renforcer la croissance de l'Afrique, ajoutant : "Nous avons besoin de jeunes aux postes de décision. Ils devraient être présents aux tables où l'avenir de l'Afrique est discuté." 

Adji Bousso Dieng, fondateur de The Africa I Know, a noté que ce qui manque, ce sont les investissements dans les sciences, les technologies, l'ingénierie et les mathématiques (STEM). "Nous n'avons pas les compétences et les infrastructures en place qui peuvent transformer la matière première en produits finis pour l'exportation. Cela prive les jeunes de possibilités d'emploi sur le continent."

La nécessité d'une collaboration accrue pour renforcer la croissance en Afrique a été soulignée par Thobo Khathola, le directeur général de Lion Tutoring, qui a exprimé l'espoir que "le ZLECAf nous permette de collaborer encore davantage."   

 La question du chômage, de la pauvreté et du manque d'éducation a été soulevée par Achalake Christian Leke, le directeur exécutif de LOYOC Cameroun, qui a noté que "c'est un gros problème pour l'Afrique" et qu'il faut s'y attaquer immédiatement. "Il faut s'en occuper si nous voulons voir des progrès sur le continent".

 L'événement a servi de plateforme aux jeunes pour s'engager avec les dirigeants, pour renouveler leur engagement envers l'Agenda 2030 et pour plaider en faveur de l'urgence, de l'ambition et de l'action pour réaliser les ODD ; fournir à la jeunesse africaine un hub virtuel pour se mobiliser, réfléchir à leurs besoins et aspirations, et établir des coalitions pour un changement positif à travers la réalisation des objectifs.

C'était également l'occasion pour les jeunes leaders de partager leurs meilleures pratiques, leurs expériences et les défis qu'ils rencontrent dans leur travail en faveur des objectifs, et de réfléchir à des idées et des actions concrètes que les jeunes femmes et les jeunes hommes peuvent entreprendre dans leurs communautés, pays et régions respectifs pour faire en sorte que l'Afrique atteigne les objectifs d'ici 2030.