Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

En attendant la CdP27 : l'Afrique ne peut pas être complaisante en matière d'énergie et de changement climatique

Get monthly
e-newsletter

En attendant la CdP27 : l'Afrique ne peut pas être complaisante en matière d'énergie et de changement climatique

Bitsat Yohannes-Kassahun
Afrique Renouveau: 
31 Décembre 2021
Getty images/Nattrass
Deux hommes installent et câblent proprement des panneaux solaires sur le toit d'une maison près de l'océan.

Il y a un an, nous accueillions 2021 avec un optimisme prudent lorsque les vaccins nouvellement développés promettaient un changement dans la lutte contre la pandémie de la COVID-19. L'accent a été mis sur la nécessité de mieux reconstruire et de faire les choses différemment, alors que de nombreux pays commençaient à repenser et à reconstruire leurs économies. 

Bitsat Yohannes-Kassahun
Mme Bitsat Yohannes-Kassahun est responsable de la gestion des programmes au Bureau du Conseiller spécial pour l'Afrique des Nations Unies.

Pour les pays africains, cependant, la pandémie a mis en évidence les dures réalités de l'inégalité mondiale. Ces pays ont fait des pieds et des mains pour consolider leurs systèmes alimentaires en ruine ; ils n'avaient pas d'industries capables de réorienter la production vers des équipements de protection individuelle indispensables, alors même que de jeunes Africains étaient privés de cours en raison du manque d'accès à l'électricité et à l'internet, qui rendait presque impossible le passage à l'apprentissage virtuel.

La pandémie a révélé que l'Afrique, malgré tous ses efforts, n'était pas préparée à certaines des urgences de notre époque, qu'il s'agisse de la pandémie ou de la menace imminente du changement climatique.

Le Bureau du conseiller spécial pour l'Afrique des Nations Unies plaide pour que l'Afrique passe à l'année 2022 avec un sentiment d'urgence absolue pour renforcer la résilience du continent. Nous sommes convaincus que les fondements de cette résilience résident dans l'accès des Africains à une énergie fiable, abordable et durable.

Depuis plus d'une décennie, les Nations Unies présentent l'énergie comme "le fil d'or qui relie la croissance économique, l'équité sociale et la durabilité environnementale" pour réaliser le programme de développement durable de 2030. L'énergie est la clé pour débloquer l'avenir de l'Afrique tel qu'il est envisagé dans l'Agenda 2063 de l'Union africaine.

Qu'il s'agisse de transformer l'économie, d'assurer la sécurité alimentaire, de numériser l'éducation, de révolutionner les systèmes de santé, de renforcer les capacités de fabrication et d'industrialisation, ou de maintenir la paix en créant des emplois de qualité et en livrant des services, aucun pays au monde n'a réalisé ces ambitions sans un accès abondant et abordable à l'énergie.

L'accès à l'énergie sera déterminant dans les efforts déployés par le continent pour lutter contre les effets du changement climatique, notamment les phénomènes météorologiques défavorables, la pénurie d'eau et les menaces importantes pour les moyens de subsistance.

Cependant, dans la course mondiale à la lutte contre le changement climatique, les Africains ne sont pas les mieux lotis en matière d'énergie.

Premièrement, les financements promis pour investir dans des systèmes énergétiques fiables et dans l'adaptation ne parviennent que très lentement là où ils sont le plus nécessaires.

Deuxièmement, l'Afrique pourrait être handicapée si les politiques mondiales visant à limiter les émissions de gaz à effet de serre et les échéances proposées pour parvenir à des émissions nettes nulles ne tiennent pas compte des circonstances uniques et nuancées du continent.

En regardant ce que 2022 réserve à l'Afrique en matière d'accès équitable à l'énergie, il serait négligent de ne pas réfléchir à trois événements majeurs qui ont eu lieu en 2021, à savoir le Dialogue de haut niveau sur l'énergie (HLDE), le Sommet sur les systèmes alimentaires et la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP 26).

Parmi d'autres facteurs, l'énergie reste vitale pour la mise en œuvre complète des promesses faites lors de ces événements. Dans la feuille de route qui a suivi le HLDE, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a fixé l'échéance de 2025 pour que 500 millions de personnes supplémentaires aient accès à l'électricité et qu'un milliard de personnes supplémentaires aient accès à des solutions de cuisson propres.

Le Sommet sur les systèmes alimentaires a appelé à une transformation des systèmes alimentaires mondiaux "de manière à contribuer à la nutrition, à la santé et au bien-être des populations, à restaurer et à protéger la nature, à être neutre sur le plan climatique, à s'adapter aux circonstances locales et à fournir des emplois décents et des économies inclusives."

Le document final de la CdP26 appelle les pays à se fixer des objectifs audacieux et renforcés de réduction des émissions par le biais de contributions déterminées au niveau national (CDN) plus ambitieuses pour la CdP27.

Qu'est-ce que cela signifie pour les pays africains ? Ces propositions ambitieuses nécessitent des investissements massifs dans le renforcement des capacités, le développement des infrastructures et les réglementations. En effet, les montants nécessaires sont bien supérieurs à tout ce qui est actuellement sur la table.

Bien que des promesses financières importantes aient été faites lors de ces sommets, les pays africains se méfient, à juste titre, de leur réalisation. Les pays développés continuent de "progresser" pour livrer l'objectif de financement du climat de 100 milliards de dollars d'ici 2020 (une promesse non tenue) et espèrent maintenant l'atteindre d'ici 2023.

En plus de ces promesses non tenues, la confiance a encore été érodée par le rythme très variable et inégal de la reprise après la pandémie de COVID-19, comme en témoigne, par exemple, le décalage entre les promesses de distribution du vaccin COVID-19 et ce qui a été livré aux pays africains.  

De plus en plus d'appels sont lancés au secteur privé pour qu'il comble ces lacunes financières. Cependant, le secteur privé fonctionne intrinsèquement sur un modèle de profit qui diffère du modèle de bien public attendu du secteur public. Il faut des incitations adaptées, des technologies infaillibles pouvant garantir certaines marges bénéficiaires et des modèles de minimisation des risques pour que le secteur puisse intervenir à une échelle suffisamment grande. 

En outre, l'approche nuancée et les délais prolongés nécessaires pour que l'Afrique parvienne à un mix énergétique équilibré se perdent dans la confusion. Les pays africains ne devraient pas être confinés à des options limitées ou acculés à des voies intenables en matière d'accès à l'énergie, en particulier avec l'appel lancé aux institutions financières publiques pour qu'elles mettent fin au soutien international au secteur de l'énergie fossile en 2022.

Les enjeux sont élevés pour l'Afrique, d'où cet appel urgent à l'action en faveur de la construction des systèmes énergétiques du continent. L'énergie présente un effet multiplicateur irrésistible pour la renaissance de l'Afrique. Elle est la pierre angulaire de la sécurité alimentaire en améliorant l'efficacité de la production, du stockage et du transport des aliments, ainsi que la création d'emplois grâce à la valeur ajoutée.

La réduction des pertes après récolte, associée à des solutions de cuisson améliorées, aurait pour avantage supplémentaire de minimiser la déforestation. La révolution industrielle de l'Afrique et la réalisation du potentiel de la zone de libre-échange continentale africaine dépendent de l'accès à une énergie fiable, abordable et adéquate.

Enfin, l'accès à l'énergie fait partie des principaux éléments constitutifs permettant de livrer des services, de s'adapter aux risques climatiques et de fournir des moyens de subsistance durables, garantissant ainsi la paix, la sécurité et le développement du continent pour la prochaine génération.

Alors que nous nous préparons pour la COP 27, nous ne pouvons pas être complaisants. Nous devons plaider ensemble pour un avenir équitable de l'Afrique grâce à un bouquet énergétique équilibré et à des échéances réalistes. Nous devons à tous les Africains - passés, présents et futurs - d'aller au-delà de la négociation du strict minimum.

Thèmes: 
Bitsat Yohannes-Kassahun
More from this author