Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Information

L'ONU approuve le NEPAD

Get monthly
e-newsletter

L'ONU approuve le NEPAD

Au terme de négociations, l'organisation mondiale a décidé de soutenir l'initiative africaine
Africa Renewal
Afrique Renouveau: 
Présentation du programme africain à l'ONU, le 16 septembre : le Président sud-africain, Thabo Mbeki (à gauche) et le Président sénégalais Abdoulaye Wade. Photo : ©ONU
ONU
Présentation du programme africain à l'ONU, le 16 septembre : le Président sud-africain, Thabo Mbeki (à gauche) et le Président sénégalais Abdoulaye Wade. Photo : ©ONU

La décision prise par l'Assemblée générale des Nations Unies le 4 novembre dernier de soutenir officiellement le Nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD) marque "un nouveau début des relations de la communauté internationale avec l'Afrique", a déclaré l'Ambassadeur sud-africain Dumisani Kumalo en présentant la résolution. Cela signifie également que "l'Afrique a de nouveau signalé à la communauté internationale sa volonté de prendre en charge son propre avenir".


Présentation du programme africain à l'ONU, le 16 septembre : le Président sud-africain, Thabo Mbeki (à gauche) et le Président sénégalais Abdoulaye Wade.

 

Photo : ©ONU


 

La résolution (A/RES/57/7) est le fruit de huit jours de négociations "difficiles", a expliqué M. Kumalo deux semaines plus tôt, alors que le texte avait finalement été approuvé au cours d'une séance de nuit. Les négociations qui devaient à l'origine se tenir du 7 au 11 octobre avaient été prolongées jusqu'au 17 octobre, les délégués des pays en développement et des pays industrialisés ne parvenant pas à se mettre d'accord sur l'énoncé exact de la résolution.

En fin de compte, le Groupe des 77 (G-77), composé de pays en développement, qui avait présenté le projet de résolution initial, a atteint ses principaux objectifs : faire en sorte que le NEPAD soit officiellement accepté comme "le cadre de référence, autour duquel la communauté internationale, y compris le système des Nations Unies, devrait axer ses efforts en matière de développement". Le Nouveau Partenariat avait déjà été officiellement approuvé par les gouvernements africains en 2001 et avait été plébiscité en juin 2002 lors du sommet du Groupe des huit pays industrialisés. Mais l'appui important apporté au NEPAD par l'Assemblée générale des Nations Unies témoigne d'une volonté plus globale d'en assurer le succès.

Tout en jugeant que "ce premier effort semble quelque peu hésitant", M. Kumalo a néanmoins déclaré que l'Afrique apprécie que la résolution reconnaisse les besoins particuliers du continent en matière de développement. Il s'est déclaré convaincu qu'il serait possible de continuer sur cette lancée lors de "futures délibérations".

Des efforts de part et d'autre

Il reste beaucoup de travail à accomplir, a également fait observer M. Ihab Gamaleldin, délégué égyptien et président du Groupe Afrique, au terme des négociations portant sur la résolution. Pour former un véritable partenariat entre l'Afrique et la communauté internationale, a-t-il dit, "il faudra que les parties en présence fassent toutes deux des efforts".

Puisque le NEPAD avait déjà fait l'objet de négociations de la part des gouvernements africains, il n'était pas nécessaire que l'Assemblée générale en examine en détail les objectifs. La résolution approuve donc simplement les priorités du Nouveau Partenariat et encourage les gouvernements africains à les intégrer à leurs programmes nationaux. La résolution porte principalement sur les mesures de soutien de la communauté internationale. Reprenant très fidèlement les engagements précédemment pris par la communauté internationale, ses principaux points visent à :

  • inciter les pays industrialisés à "faire des efforts concrets" afin d'allouer 0,7 % de leur produit national brut à l'aide publique au développement (APD), et d'accorder "une part importante de cette aide aux pays africains"
  • souligner la nécessité de trouver une "solution durable" aux problèmes de la dette externe des pays pauvres très endettés de l'Afrique, "notamment au moyen de l'annulation de la dette et d'autres arrangements"
  • préconiser que les exportations africaines bénéficient d'un meilleur accès aux marchés et que les pays industrialisés encouragent les entreprises de leurs secteurs privés à investir en Afrique
  • demander aux pays industrialisés d'allouer des ressources aux priorités du Nouveau Partenariat, en particulier dans les domaines du développement de l'infrastructure, des services de santé, de l'éducation, de l'eau et de l'agriculture
  • encourager les pays en développement à renforcer la coopération Sud-Sud en Afrique.

L'Afrique ne considère pas ces différentes mesures comme une série de mesures disparates, a indiqué le Président algérien Abdelaziz Bouteflika, l'un des principaux artisans du NEPAD, le 16 septembre, pendant que l'Assemblée générale débattait du programme. Les partenaires de l'Afrique, a-t-il dit, "devraient contribuer à la mise en oeuvre d'une approche intégrée, comprenant les échanges commerciaux, l'APD et les investissements". Par exemple, a indiqué M. Bouteflika, l'amélioration de l'aide et la suppression des obstacles auxquels se heurtent les exportations africaines permettraient d'attirer davantage d'investissements en Afrique.

Les objectifs du Millénaire

La résolution souligne l'importance du soutien de l'ONU à la mise en oeuvre du Nouveau Partenariat. Elle prie le système des Nations Unies "de faire correspondre ses activités en Afrique avec les priorités du NEPAD", de renforcer la coordination de l'ensemble de son action en Afrique et de collaborer davantage avec l'Union africaine et d'autres institutions africaines. Certaines initiatives sont déjà en cours de réalisation. D'autres dépendent de décisions précises que doit prendre le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, concernant par exemple l'établissement à New York d'une structure chargée d'examiner le soutien que l'ONU et la communauté internationale apporteront au NEPAD et d'en rendre compte.

Comme l'a indiqué M. Annan à l'Assemblée générale le 16 septembre, les priorités du Nouveau Partenariat correspondent parfaitement aux objectifs de développement adoptés en septembre 2000 lors du Sommet du Millénaire des Nations Unies. Ces objectifs ont, en fait, été explicitement intégrés au programme africain. "Il existe une relation de symbiose entre le NEPAD et les objectifs du Millénaire en matière de développement, a-t-il souligné. Le NEPAD n'aboutira pas si l'Afrique n'atteint pas ces objectifs et le monde entier ne pourra réaliser ces objectifs que s'ils sont réalisés en Afrique."

Thèmes: 
Annonce