Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

AfCFTA : le secteur des transports en Afrique va bénéficier du libre-échange

Get monthly
e-newsletter

AfCFTA : le secteur des transports en Afrique va bénéficier du libre-échange

Les échanges routiers, ferroviaires, aériens et maritimes vont augmenter de 50 %.
Afrique Renouveau: 
11 Février 2022
Franck Kuwonu/AR
Le réseau routier africain est insuffisant, mais la mise en œuvre des projets prévus permettra d'en augmenter sensiblement la taille.

La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) devrait faire progresser de près de 50 % le commerce intra-africain des services de transport, selon les dernières estimations de la Commission économique pour l'Afrique (CEA). 

Les estimations de 'l'impact de la Zone de libre-échange continentale africaine sur la demande de transports, d'infrastructures et de services', publiées par la CEA lors du cinquième Forum africain des affaires le 7 février, indiquent que’avec la ZLECAf en termes absolus, plus de 25 % des gains commerciaux intra-africains dans le domaine des services iraient exclusivement  aux transports, et que près de 40 % de l'augmentation de la production de services en Afrique concernerait les transports.

La recherche menée par des experts de la Section de l'énergie, de l'infrastructure et des services de la CEA examine les possibilités d'investissement dans le secteur des transports dans le cadre de la ZLECAf.

Vera Songwe, sous-secrétaire générale des Nations Unies et secrétaire exécutive de la CEA, a déclaré que la ZLECAf "devrait augmenter de manière significative les flux de trafic sur tous les modes de transport : route, rail, mer et air", mais que ces gains ne seront optimisés que si la ZLECAf s'accompagne de la mise en œuvre de projets d'infrastructure régionaux.

Robert Lisinge, chef de la Section de l'énergie, des infrastructures et des services à la CEA, a déclaré que "les routes transportent actuellement la part du lion du fret en Afrique". Il a souligné que la "ZLECAf offre une opportunité de construire le réseau ferroviaire africain. Il augmenterait la demande de fret intra-africain de 28 % ; c'est la demande de fret maritime qui augmentera le plus."

Selon les résultats de la recherche, la ZLECAf nécessite 1 844 000 camions pour les marchandises en vrac et 248 000 camions pour les marchandises en conteneurs d'ici 2030. Ces chiffres passent respectivement à 1 945 000 et 268 000 camions si les projets d'infrastructure prévus sont également mis en œuvre.

La demande la plus importante de camions pour soutenir la ZLECAf se situe en Afrique de l'Ouest (39 %) ; la demande de l'Afrique de l'Ouest vers l'Afrique australe est de 19,8 % et de l'Afrique australe vers l'Afrique de l'Ouest de 9,9 %.

Les questions clés envisagées pour la recherche étaient les suivantes : comment la mise en œuvre de la ZLECAf affectera-t-elle la demande d'infrastructures et de services de transport ? Quelle serait la demande pour les différents modes de transport, et quelles sont les implications pour les investissements dans le développement des infrastructures ? 

Les besoins en infrastructures et en équipements pour les différents modes de transport ?

M. Lisinge a noté que la ZLECAf et les programmes d'infrastructure de transport de l'Afrique sont intrinsèquement liés et devraient être mis en œuvre simultanément. Il a déclaré que les autoroutes transafricaines (TAH) & le programme de développement des infrastructures (PIDA) et le marché unique du transport aérien africain (SAATM) devraient être mis au même niveau de priorité que l'AfCFTA.

Transport routier

"Le réseau routier de l'Afrique est inadéquat, mais la mise en œuvre des projets prévus permettra d'en augmenter sensiblement la taille. L'Afrique doit moderniser certaines sections de ses routes pour faire face à l'augmentation du fret généré par la ZLECAf", a déclaré M. Lisinge.

"La croissance du trafic de marchandises devrait être plus élevée dans certaines sections du réseau routier africain que la croissance moyenne à l'échelle du continent. La mise en œuvre de la ZLECAf doublera le fret routier, qui passera de 201 à 403 millions de tonnes."

La mise en œuvre des projets TAH et PIDA, a-t-il ajouté, accroît la capacité des réseaux de transport à répondre à la croissance du fret. Pour tirer parti des avantages considérables de la ZLECAf pour le secteur des transports, il faut mettre en œuvre des programmes régionaux d'infrastructures et de services.

Transport ferroviaire

En ce qui concerne le transport ferroviaire, les estimations de la CEA montrent que le réseau ferroviaire africain est inadéquat, mais la mise en œuvre du PIDA et d'autres projets planifiés augmentera considérablement sa taille. La mise en œuvre des projets planifiés augmentera le réseau de près de 26 500 km.

La ZLECAf nécessite 97 614 wagons pour les marchandises en vrac et 20 668 wagons pour les conteneurs d'ici 2030. Ces chiffres passent respectivement à 132 857 et 36 482 wagons si les projets d'infrastructure prévus sont également mis en œuvre.

Maritime

La mise en œuvre de la ZLECAf doublerait le fret maritime, qui passerait de 58 à 131,5 millions de tonnes. Le réseau maritime africain comprend 142 liaisons reliant 65 ports et représente 22,1 % du transport de fret intra-africain. Cette part augmentera de 0,6 % pour atteindre 22,7 % si la ZLECAf et les projets d'infrastructure prévus sont mis en œuvre.

La ZLECAf requiert 126 navires pour les marchandises en vrac et 15 navires pour les conteneurs d'ici 2030. Ces chiffres se réduisent à 121 et 14 navires respectivement si les projets d'infrastructure prévus sont également mis en œuvre.

Le transport aérien

Le réseau de transport aérien du continent comprend un total de 14 762 routes aériennes (reliant chaque aéroport aux 121 autres aéroports).

La mise en œuvre de la ZLECAf permettrait de doubler le nombre de tonnes transportées par voie aérienne, qui passerait de 2,3 à 4,5 millions.

En 2019, l'avion ne représentait que 0,9 % du transport de fret intra-africain La mise en œuvre de la ZLECAf doublerait le nombre de tonnes transportées par avion, qui passerait de 2,3 à 4,5 millions. Le trafic aérien devrait donc doubler en 2030 par rapport à 2019.


À propos de la ZLECAf

L'accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) est entré en vigueur en 2019. La mise en œuvre a commencé en 2021.

Negotiations are still ongoing on investment, intellectual property rights, competition policy and e-commerce. AfCFTA’s objective is to create single continental market for goods & services, with free movement of people and investments, enhancing competitiveness and supporting economic transformation.

Thèmes: