Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Annonce

Sierra Leone : Un projet novateur dans le domaine de l'eau va améliorer la vie des habitants de Freetown

Get monthly
e-newsletter

Sierra Leone : Un projet novateur dans le domaine de l'eau va améliorer la vie des habitants de Freetown

Le maire de Freetown, M. Aki-Sawyerr, déclare que le nouveau projet d'approvisionnement en eau de Freetown-Blue Peace va considérablement améliorer les conditions de vie des citadins et la situation socio-économique des femmes du marché en particulier.
Kingsley Ighobor
Afrique Renouveau: 
2 Février 2021
Image des participants au lancement de l'Initiative bleue pour la paix.
Conseil municipal de Freetown
Yvonne Aki-Sawyer, maire du conseil municipal de Freetown (troisième) et Alfred Akibo-Betts (premier), responsable des investissements, Freetown/Blue Peace Project.

En décembre 2020, le Fonds d'équipement des Nations unies (FENU), le conseil municipal de Freetown (FCC) et la Direction suisse du développement et de la coopération (DDC) ont lancé conjointement le projet Freetown-Blue Peace, une initiative qui permettra d'obtenir des financements innovants pour mettre en œuvre un projet d'eau durable dans la capitale de la Sierra Leone. Première du genre en termes de partenariat et de financement, la maire Yvonne Aki-Sawyerr, première femme élue au poste de maire de Freetown, s'est entretenue avec Kingsley Ighobor d'Afrique Renouveau au sujet de l'impact potentiel du projet sur les habitants de la ville, et des leçons à en tirer pour les autres villes, entre autres.

An image of Mayor Aki-Sawyerr of Freetown
Yvonne Aki-Sawyerr, la première femme élue maire de Freetown

En quoi consiste le projet Freetown-Blue Peace ?

L'eau peut être une source de conflit, mais elle peut aussi favoriser la coopération. Le projet Freetown-Blue Peace considère l'eau comme un point d'entrée pour les interventions qui construisent la paix et favorisent le développement, car les conflits sont plus susceptibles de se produire là où il n'y a pas de développement.

Notre programme 'Transform Freetown', qui est un engagement à améliorer la vie des Freetoniens, comporte quatre groupes, 11 secteurs prioritaires et 19 interventions. L'initiative Freetown-Blue Peace est l'une de ces interventions. Nous commençons par l'eau, mais nous passons très rapidement à l'assainissement, qui ne peut se faire sans eau adéquate.

Nous passerons ensuite aux marchés, qui sont une source de revenus - plus de 60 % de notre population travaille dans l'économie informelle. Vous ne pensez pas souvent à l'eau lorsque vous pensez aux marchés, et cela constitue en soi un défi : le besoin d'eau pour l'assainissement sur les marchés, pour les entrepôts frigorifiques, etc. Et le dernier élément est le drainage de l'eau. Il ne s'agit donc pas seulement de faire couler l'eau des robinets.

Il est important de noter que Freetown-Blue Peace est une question de durabilité, et cela comporte trois éléments : le premier est un véritable élément d'eau, qui consiste à fournir des kiosques d'eau. Cela vise les quartiers informels, et 35 % de notre population vit dans des quartiers informels ; deuxièmement, l'assainissement, du point de vue des toilettes publiques.

A propos de l'initiative de paix Freetown-Blue :
  • A été lancé le 1er décembre 2020
  • Construction de 40 kiosques à eau et de 25 toilettes publiques
  • Assurer la collecte, la gestion et l'élimination en toute sécurité de 60 % des déchets solides et liquides.
  • Contribuer au SDG 6 : sur l'accès à l'eau potable pour 75% des résidents,
  • Générera des emplois pour les jeunes

Nous allons construire 40 kiosques à eau et 25 toilettes publiques ; et enfin, il y a l'élément de collecte des déchets solides et liquides. Nous allons acquérir des camions aspirateurs pour une meilleure collecte des déchets solides et liquides. Seuls six pour cent des déchets liquides étaient collectés à Freetown lorsque je suis devenu maire en 2018. Nous avons pour objectif de porter ce chiffre à au moins 60 % d'ici 2022.

La plupart des habitants de Freetown n'ont actuellement pas accès à l'eau courante. Pensez-vous que tous les habitants de la ville auront accès à l'eau lorsque le projet sera terminé ?

Pas seulement avec ce projet. La GUMA Valley Water Company [gérée par le gouvernement central] fournit l'eau, tandis que nous [FCC] sommes responsables de l'assainissement. Le projet Freetown-Blue Peace vient compléter d'autres projets tels que le projet Freetown Wash et le projet Aquatic Environment Revamping, qui soutiennent les réseaux d'eau et de canalisations. Le FCDO (UK - Foreign, Commonwealth and Development Office) apporte également son aide.

Néanmoins, le projet Freetown-Blue Peace aura un impact significatif sur les personnes qui vivent dans des quartiers informels et n'ont pas accès à l'eau. Nous fournirons de nombreux points d'eau dans 17 quartiers informels. Nous ciblons les personnes qui ont le plus de difficultés à obtenir de l'eau. Nous avons déjà identifié entre 60 et 70 points d'eau potentiels.

Il semble que le programme Transform Freetown soit intégré dans l'initiative de paix Freetown-Blue.

Tout ce que nous faisons en tant que Conseil est lié à l'Agenda Transform Freetown. Sinon, nous ne le faisons pas correctement.

Pensez-vous que l'initiative Freetown-Blue Peace va catalyser le développement social, économique et environnemental, qui est au cœur du Transform Freetown Agenda ?

Comme je l'ai mentionné, chaque intervention doit être durable. L'initiative Freetown-Blue Peace va être génératrice de revenus. Il ne s'agit pas de venir et de donner de l'aide, ou de faire une subvention, ou de construire quelque chose et de s'en aller ensuite. Il s'agit de construire un système avec les communautés pour la gestion de ces actifs et pour l'optimisation des revenus de ces actifs. Donc, par définition, il y a une dimension socio-économique dans le projet.

Il y aura un comité de gestion de la communauté, les gens paieront, collecteront et investiront l'argent. Ils paieront des salaires à ceux qui travaillent dans le projet. Les camions de vidange seront remis à des opérateurs privés et gérés comme une entreprise. Il y a donc de nombreux éléments de notre modèle d'assainissement, y compris le centre de traitement des eaux usées, où les boues fécales, que les camions aspirateurs collecteront, seront recyclées en fumier et potentiellement vendues.

En outre, de nombreuses femmes de marché sont très limitées dans la manière dont elles gèrent leur entreprise car elles ne disposent pas d'un entrepôt frigorifique. Si elles en disposaient, elles seraient plus créatives et pourraient stocker des denrées périssables au lieu d'être obligées de vendre tout ce qu'elles ont le même jour.

Dans quelle mesure cela sera-t-il abordable pour la population de base ?

Aucune des interventions ne sera gérée par la FCC. Elles sont destinées aux communautés. Si ce n'est pas abordable, cela ne fonctionnera pas. Cela n'aurait même pas de sens. Il ne s'agit pas pour nous de venir et de mettre un prix que nous avons arraché à l'air. Nous travaillons en étroite collaboration avec les bénéficiaires et avec toutes les parties prenantes concernées pour leur garantir les meilleurs résultats possibles.

Dans quelle mesure le gouvernement central a-t-il soutenu vos efforts ?

Il ne l'a pas bloqué. Nous avons rencontré le ministre des finances [Jacob Jusu Saffa] au sujet du concept de l'obligation, et sa position était que tant qu'il n'y a pas de responsabilité envers le gouvernement, il est d'accord avec cela. Il m'a demandé l'autre jour comment cela se passait, et je l'ai informé.

Y a-t-il des leçons que d'autres villes peuvent tirer de ce projet ?

Oui. Je pense qu'au niveau de la durabilité, des toilettes à eau par exemple, il est important de bien faire les choses. Bien que cela ne soit pas nouveau pour aucun d'entre nous car il y a des toilettes publiques partout, elles sont souvent mal gérées. Notre défi sera de trouver le bon équilibre entre la propriété communautaire et celle du secteur privé.

Les gens de la communauté sont des opérateurs privés, dans une certaine mesure. Nous voulons nous assurer que vous ne vous retrouvez pas dans une situation où les gens s'approprient ces biens communautaires, en perçoivent les revenus et n'investissent pas dans ces biens. Et puis le projet s'effondre.

Quelle est l'efficacité de votre partenariat avec le FENU ?

Nous avons une très bonne relation avec le FENU. Ils sont très créatifs et réactifs ; ils sont très originaux et savent remettre en question les idées reçues. Il en va de même pour la DDC. C'est un partenariat fantastique.

Quel est votre message aux jeunes femmes qui aspirent à réussir ?

Je dirais : jeunes femmes, croyez en votre potentiel. Il est important que les jeunes femmes sachent qu'elles ont la capacité de réussir autant que n'importe qui d'autre. Elles doivent persévérer face aux défis qu'elles sont appelées à relever.