Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

COVID-19 : Nous avons un plan de vaccination

Get monthly
e-newsletter

COVID-19 : Nous avons un plan de vaccination

- Dr. John Nkengasong, Directeur, Africa CDC
Kingsley Ighobor
Afrique Renouveau: 
5 Février 2021
Dr. John Nkengasong, Directeur, Africa CDC.
AfricaCDC
Dr. John Nkengasong, Directeur, Africa CDC.

Depuis février 2020, date à laquelle le premier cas de la COVID-19 a été signalée en Afrique, le Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies (Africa CDC) a coordonné une réponse à l'échelle du continent. Un an après l'apparition de l'épidémie, son directeur, John Nkengasong, s'entretient avec Kingsley Ighobor, d'Afrique Renouveau, au sujet des succès et des défis, notamment les efforts concertés des dirigeants africains pour mettre en œuvre une campagne de vaccination ciblant 60 % des Africains. En voici des extraits : 

La COVID-19 a été signalée pour la première fois en Afrique il y a environ un an. Qu'est-ce que l'Afrique a fait de bien ? Et quels ont été les principaux défis de l'année écoulée ?
 
Tout d'abord, à l'heure où nous parlons, nous avons maintenant environ 3,5 millions de cas de COVID-19, avec près de 90 000 décès. Cela donne à réfléchir. Lorsque nous avons parlé l'année dernière (mars 2020), les décès se comptaient encore par centaines. Deuxièmement, nous assistons à une deuxième vague agressive de la pandémie. La mortalité est en augmentation. Il ne nous faut que 25 jours environ pour enregistrer 20 000 décès. L'année dernière, lors de la première vague, il nous a fallu plusieurs mois pour enregistrer ce nombre.
 
Alors, qu'avons-nous appris jusqu'à présent ?
 
Je pense que le pouvoir de la coordination, le pouvoir de la collaboration et le pouvoir du leadership à travers le continent ont été très précieux. Nous sommes confrontés à une pandémie très perturbatrice, contrairement au VIH et au sida qui n'empêche pas les gens de voyager et ne se propage pas aussi vite. Au niveau mondial, nous avons enregistré environ 100 millions de cas de COVID-19. Il nous a fallu 40 ans pour enregistrer 80 millions d'infections par le VIH.
 
Quelle est la stratégie pour faire face à la nouvelle vague ?
 
Deux choses : premièrement, nos mesures de prévention, qui consistent notamment à porter un masque en permanence et à éviter de se rassembler en grand nombre. Comme dans d'autres régions du monde, la lassitude à l'égard de la prévention règne en Afrique, et les gens sont impatients de vivre une vie normale. Mais une fois que vous avez fait cela, vous facilitez la propagation du virus.
 
Je dois ajouter que nous sommes préoccupés par l'impact potentiel de la nouvelle variante sur l'efficacité du vaccin.
 
De nombreux cas se produisent de manière disproportionnée dans quelques pays. Par exemple, l'Afrique du Sud représente environ 40 % des cas en Afrique. Pourquoi ?
 
Eh bien, COVID-19 se transmet de personne à personne. Ce n'est pas comme s'il y avait quelque chose d'unique en Afrique du Sud ; c'est juste que si les gens sont mobiles et qu'ils se rassemblent, ils sont exposés au virus. Nous devons donc encore examiner les facteurs démographiques dans un pays comme l'Afrique du Sud. Les endroits où les gens vivent en groupes sont-ils plus touchés ? Je ne sais pas. Seule la science nous le dira. Un concept de base de l'épidémiologie est de savoir qui est infecté, où l'infection a eu lieu et comment elle s'est produite.
 
L'année dernière, vous avez dit que le CDC Afrique fournissait des équipements de diagnostic aux pays, ainsi que la formation de techniciens de laboratoire. Quel a été l'impact de ces mesures dans les pays ?
 
Un impact énorme. Lorsque je vous ai parlé l'année dernière, nous avons augmenté les équipements de diagnostic sur tout le continent et formé des personnes. Grâce à l'initiative PACT (Partnership to Accelerate COVID-19 Testing), nous avons distribué plus de 10 millions de tests à travers le continent - à la fois les tests moléculaires et les tests d'antigènes. Tous nos États membres peuvent désormais effectuer leurs propres tests. Des progrès remarquables ont donc été réalisés, mais il reste encore des défis remarquables à relever.
 
Quand les Africains vont-ils être vaccinés ?
 
Le Maroc, l'Égypte et les Seychelles ont commencé à vacciner et les vaccins sont arrivés hier [au 1er février] en Afrique du Sud. Le président Cyril Ramaphosa, en sa qualité de président de l'Union africaine, a contribué à l'obtention de 270 millions de doses de vaccins. Nous travaillons dur par le biais de la Plateforme africaine de fournitures médicales pour distribuer les vaccins. Nous espérons que dans les deux prochaines semaines environ, nous commencerons à vacciner nos travailleurs de la santé, soit environ trois millions d'entre eux.
 
Nous aurions espéré vacciner en même temps qu'à New York, Londres ou Paris, mais ce n'est pas le cas. Il faut de la logistique pour mettre les choses en place.
 
Il existe donc une stratégie continentale pour la vaccination ; les pays ne s'engagent pas individuellement dans des accords bilatéraux. Est-ce exact ?
 
Une stratégie continentale est ce que nous appelons l'approche pour l'ensemble de l'Afrique, où nous avons trois piliers : Le premier est la coordination des essais de vaccins sur le continent. Le deuxième est l'acquisition de vaccins, qui a permis d'obtenir 270 millions de doses. Et le troisième est l'Alliance pour la fourniture de vaccins que nous venons d'établir. L'équipe spéciale pour l'acquisition de vaccins en Afrique (AVATT) achète les vaccins qui compléteront le mécanisme COVAX (une initiative de l'OMS et de la Gavi Vaccine Alliance axée sur l'accès juste et équitable aux vaccins COVID-19).
 
N'oubliez pas que notre objectif est de vacciner jusqu'à 60 % de notre population. Le mécanisme COVAX fournira environ 27 % des vaccins, nous avons donc là une lacune que le mécanisme AVATT tentera de combler.
 
Nous sommes en train d'élaborer des lignes directrices sur la manière de déployer les vaccinations et les pays les contextualiseront en fonction de leurs besoins.
 
L'année dernière, l'Organisation internationale de police criminelle (Interpol) a alerté les pays au sujet des faux vaccins. Cela vous inquiète-t-il ?
 
Nous devons anticiper tout ce que le comportement humain peut apporter en cas de crise et trouver un moyen d'éviter cela. Dans cette optique, nous avons créé le Groupe de travail sur la réglementation en Afrique afin d'accélérer le processus d'autorisation pour l'utilisation d'urgence des vaccins COVID-19 en Afrique. Il s'agit d'un comité d'experts.
 
Nous disons aux pays que, si vous avez des vaccins COVID-19 ou si quelqu'un vous approche avec un vaccin, envoyez-les. Nous y jetterons un coup d'œil et nous nous prononcerons sur la question.
 
Comment saurons-nous que la COVID-19 est terminée ? Y a-t-il un seuil à respecter ?
 
Nous avons ce que nous appelons le taux de positivité. Si vous testez un nombre X de personnes, combien sont positives ? Par exemple, si je teste 20 personnes et que cinq sont positives, cela vous indique déjà que nous avons toujours un taux de positivité élevé. Nous cherchons donc à ramener le taux de positivité en dessous de 5 %. Pour y parvenir, il faut combiner distanciation sociale, mesures de masquage et vaccins.
 
En Israël, par exemple, à mesure qu'ils augmentent le nombre de vaccinations, moins de gens se rendent à l'hôpital. Une fois que vous aurez refusé au virus la possibilité de se transmettre, tout sera fini. Je ne pense pas que nous atteindrons ce niveau cette année ; nous atteindrons probablement le milieu de l'année 2022 jusqu'à la fin de cette année, où la vaccination devra avoir été pratiquée à grande échelle.
 
Quelle est votre position concernant le nationalisme vaccinal ?
 
Nous devons travailler en coopération et en solidarité. Si certaines parties du monde ont été vaccinées et d'autres non, je ne pense pas que ce soit dans l'intérêt de qui que ce soit. Maintenant que nous savons quels vaccins sont efficaces, les vaccins que certains pays développés ont acquis, parfois au-delà de leurs besoins, devraient être ramenés pour que d'autres puissent être vaccinés dans l'intérêt commun.
 
Nous vivons tous sur la même planète. Il n'est dans l'intérêt de personne que les gens se comportent d'une manière qui retarderait l'élimination du virus dans le monde.
 
Y a-t-il des problèmes d'accessibilité financière, en particulier pour les pays pauvres ?
 
N'oubliez pas que les vaccins du mécanisme COVAX sont gratuits. Ils ont été subventionnés par des donateurs. Les vaccins proposés par l'AVATT seront soutenus par la Banque africaine d'import-export [Afrexim] et les pays devront obtenir des prêts ou des billets à ordre pour les payer. L'accès à ces vaccins ne dépendra pas de la disponibilité des fonds.
 
Nous devons également garder à l'esprit que la vaccination n'est pas seulement une question de santé, c'est aussi une question économique. Si un pays n'emprunte pas d'argent pour se faire vacciner, son économie ne s'ouvrira pas.
 
Le CDC Afrique vient de fêter son quatrième anniversaire. Quelles sont, selon vous, vos trois principales réalisations jusqu'à présent ?
 
Je pense que les trois principales réalisations sont les suivantes : la reconnaissance par les Etats membres qu'ils ont leur propre agence de santé publique qui a le potentiel de changer la donne à l'avenir.
 
Deuxièmement, c'est le niveau de leadership du continent. Au cours de la crise COVID-19, les CDC africains ont montré aux dirigeants, au niveau des chefs d'État, qu'ils pouvaient être une voix de confiance. Africa CDC a eu la chance d'être appelé à 13 reprises pour informer les chefs d'État. La dernière en date a eu lieu ce week-end. Je pense qu'il est inhabituel de voir des dirigeants s'asseoir avec une agence de santé publique pour comprendre la science sur le continent et la pandémie, écouter attentivement l'épidémiologie et y croire.
 
Le troisième concerne les partenariats et les réseaux que le CDC Afrique met en place sur le continent, par le biais du mécanisme de réponse COVID-19. C'est extraordinaire. Nous savons maintenant où nous nous trouvons les uns les autres. Que vous soyez au Maroc, en Tunisie ou en Afrique du Sud, vous venez chez nous tous les mardis pour discuter de la pandémie, échanger des ressources, créer des réseaux et partager des informations. Nous sommes une institution très jeune mais très prometteuse.
 
Quels sont vos principaux défis ?
 
Les principaux défis sont ceux auxquels toute institution est confrontée : le renforcement des capacités. Le développement de la main-d'œuvre est un enjeu énorme. Au niveau national, nous devons nous positionner comme l'agence de santé publique qui peut travailler avec les États membres pour avoir des intervenants compétents.
 
Le renforcement de notre propre capacité à soutenir 55 membres est également un défi. N'oubliez pas que nous sommes uniques en ce sens que le CDC américain est un programme national, le CDC chinois est un programme national, le CDC européen soutient 28 pays, mais le CDC africain, avec des ressources et des capacités très limitées, soutient 55 États membres.
 
À quoi ressemble la réussite pour vous ?
 
Pour moi, le succès à l'avenir sera défini de trois façons. La première est que le CDC Afrique est habilité à être véritablement une organisation de santé publique de premier plan.
 
Deuxièmement, le CDC devrait être le moteur de l'agenda de chaque pays africain pour qu'il ait son propre institut national de santé publique, c'est-à-dire son propre mini-CDC. Ainsi, dans dix ans, nous pourrons avoir un CDC africain à Addis-Abeba, plus cinq centres régionaux, et chaque pays aura son propre mini-CDC, de sorte que lorsqu'une épidémie se déclare, nous puissions tous agir rapidement pour la combattre.
 
Enfin, nous devons disposer d'un développement de la main-d'œuvre qui puisse combler le fossé actuel dans les dix ans à venir. Nous avons besoin de 6 000 épidémiologistes, mais nous n'en avons actuellement que 1 900 sur le continent.
 
Quel message enverriez-vous aux Africains qui s'inquiètent de la durée de la pandémie ?
 
Nous devons faire preuve de résilience. Nos ancêtres - les Nelson Mandela, les Kenneth Kaunda, les Julius Nyerere, les Kwame Nkrumah - ne nous ont pas promis un continent sans problème. Ils se sont battus pour nous donner l'indépendance.
 
Nous devons démontrer notre capacité à nous rallier et à lutter contre la COVID-19. Il m'est difficile d'imaginer que nous devons vivre avec cette pandémie, en plus du VIH, de la tuberculose, du paludisme et d'une vague croissante de maladies non transmissibles.