Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

La zone de libre-échange africaine ( ZLECAf ) va stimuler l'industrie créative et créer des emplois pour les jeunes

Get monthly
e-newsletter

La zone de libre-échange africaine ( ZLECAf ) va stimuler l'industrie créative et créer des emplois pour les jeunes

Il s'agit notamment des arts visuels et du spectacle, de l'artisanat, des festivals culturels, de la photographie, de la musique, de la danse, du cinéma, de la mode, des jeux vidéo, de l'animation numérique, de l'édition, de l'architecture, etc.
Raphael Obonyo
Afrique Renouveau: 
3 Décembre 2021
Sharonang/pixabay.com
La zone de libre-échange de l'Afrique (ZLECAf) devrait être une aubaine pour le secteur de la création et générer des emplois pour les jeunes.

Le 1er janvier 2021, les échanges commerciaux dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) ont débuté.

Le pacte commercial, qui vise à créer un marché unique des biens et des services et à promouvoir la circulation transfrontalière des capitaux et des personnes, devrait stimuler le commerce intra-africain - qui ne représente actuellement que 18 % - et l'intégration régionale. 
 
Il devrait également être une aubaine pour le secteur de la création. Les principaux acteurs de l'industrie créative l'ont dit lorsqu'ils se sont rencontrés à Kigali, au Rwanda, en 2019, avant même le lancement de la zone commerciale.  
 
"Nous voulions déconstruire le ZLECAf", a déclaré Josh Nyapimbi, directeur exécutif de Nhimbe Trust, une organisation panafricaine de la société civile créative basée au Zimbabwe, ajoutant que les industries créatives et culturelles peuvent "tirer parti de l'accord pour faire progresser nos économies." 
 
De même, Wamkele Mene, le secrétaire général du secrétariat de la ZLECAf, a souligné la nécessité d'impliquer les jeunes dans le commerce transfrontalier par le biais de l'industrie créative et de la technologie. Selon lui, la participation active des jeunes à la zone de libre-échange pourrait stimuler la création d'emplois et catalyser le développement économique. 
 
Selon la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), le secteur de la création en Afrique est diversifié et comprend les arts visuels et du spectacle, l'artisanat, les festivals culturels, les peintures, les sculptures, la photographie, l'édition, la musique, la danse, le cinéma, la radio, le design, la mode, les jeux vidéo, l'animation numérique, l'architecture et la publicité. 
 
L'organisation note que le secteur contribue à alimenter la croissance économique de l'Afrique.
 
"L'économie créative et ses industries sont des secteurs stratégiques qui, s'ils sont entretenus, peuvent stimuler la compétitivité, la productivité, la croissance durable, l'emploi et le potentiel d'exportation", déclare Pamela Coke-Hamilton, directrice exécutive de la CNUCED.
 
Un rapport du Centre du commerce international (CCI) indique que l'accord ZLECAf peut créer davantage d'emplois et de possibilités d'entrepreneuriat pour les jeunes Africains, recommandant que des moyens soient mis en place pour que les jeunes puissent bénéficier d'un marché unique. 
 
L'Afrique est le continent le plus jeune, avec un âge médian de 19,8 ans, tandis que 65 % de sa population a moins de 25 ans. Un tiers des jeunes du monde entier devraient vivre en Afrique d'ici 2050. Pourtant, entre 7 et 10 millions de jeunes Africains cherchent un emploi chaque jour.
 
Ahunna Eziakonwa, directrice du Bureau régional pour l'Afrique du Programme des Nations Unies pour le développement, a déclaré à Afrique Renouveau, plus tôt cette année, que la ZLECAf "est le meilleur accélérateur de développement de l'Afrique à ce jour". 
 
En mars 2021, Mme Eziakonwa et M. Mene ont signé un partenariat stratégique au nom du PNUD et du Secrétariat de la ZLECAf pour promouvoir le commerce en Afrique. Les deux organismes ont à nouveau publié un rapport en novembre soulignant que le libre-échange en Afrique pourrait stimuler une dizaine de nouvelles chaînes de valeur, dont beaucoup soutiendront le secteur créatif.
 
Il s'agit notamment des services financiers mobiles et des services culturels, de divertissement et de tourisme. 
 
La créativité est la nouvelle monnaie, et il est temps pour l'Afrique d'en récolter les fruits, corrobore Carlos Lopes, économiste et ancien secrétaire exécutif de la Commission économique pour l'Afrique. 
 
M. Lopes note : "S'il est clair que le continent ne manque pas de talents, l'Afrique a été relativement pauvre pour tirer profit de [ses talents]... La présence de l'Afrique sur les marchés mondiaux des biens et services créatifs a stagné en raison de sa capacité d'offre limitée, du manque de connaissances en matière de propriété intellectuelle, de politiques et de réglementations obsolètes, ainsi que du sous-investissement dans le secteur, notamment dans les infrastructures." 
 
Pour remédier à cette situation, trois solutions s'imposent, selon Mme Eziakonwa. Il s'agit de connaître l'opportunité, d'investir dans des cadres politiques favorables et de supprimer les obstacles à la mobilité.
 
L'Afrique doit d'abord reconnaître la valeur économique des créateurs et de l'industrie culturelle, affirme-t-elle. Pour atteindre l'objectif d'un marché africain unique, il faut mettre en place un système d'incitations ciblées qui soutienne l'apprentissage, le développement des talents et la promotion en Afrique, et assouplir les régimes de visa pour permettre aux Africains, y compris ceux du secteur de la création, de franchir les frontières sans entrave, recommande-t-elle.
 
L'industrie cinématographique nigériane, par exemple, contribue à hauteur de 1,42 % (soit 7,2 milliards de dollars) au PIB du pays, employant directement 300 000 personnes et indirectement un million d'autres. 
 
En Afrique du Sud, l'industrie créative représente 3,6 % des emplois du pays. 
 
À l'approche du premier anniversaire de la ZLECAf, les principaux acteurs du secteur espèrent que le pacte commercial permettra de surmonter plusieurs obstacles.
 
Jacob Maaga est un artiste de spectacle et un expert financier basé au Kenya qui s'efforce de promouvoir le commerce en Afrique.  Selon lui, "un cadre réglementaire favorable accompagné d'une protection juridique est essentiel pour que les jeunes puissent profiter des avantages de la ZLECAf". 
 
En Afrique du Sud, l'entrepreneuse primée Hannah Lavery dit espérer que la ZLECAf "ouvrira la communication entre les entreprises de toute l'Afrique afin que nous puissions commencer à nous approvisionner, à fabriquer et à vendre au-delà des frontières."
 
Ces questions et d'autres ont été abordées le mois dernier lors de la foire commerciale intra-africaine de Durban, en Afrique du Sud, où a été lancé le sommet Creative Africa Nexus (CANEX), soutenu par la Banque africaine d'import-export (Afreximbank).
 
CANEX vise à soutenir les industries créatives et culturelles de l'Afrique, et Afreximbank a mis en place une facilité de 500 millions de dollars comme capital de départ pour cette initiative.
 
Selon le président d'Afreximbank, le professeur Benedict Oramah, soutenir le secteur de la création est un bon pari.
 
"À Afreximbank, nous comprenons parfaitement le pouvoir de l'industrie créative de catalyser le commerce intra-africain, de créer des millions d'emplois pour la jeune population du continent et de favoriser l'émergence de chaînes de valeur nationales et régionales", explique M. Oramah. "Nous connaissons également le pouvoir des créatifs pour catalyser le développement industriel, car il s'agit d'une industrie bancable."