Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

La COP26 dont l'Afrique a besoin

Get monthly
e-newsletter

La COP26 dont l'Afrique a besoin

Afrique Renouveau: 
11 Novembre 2021
UN Climate Change
Participants à l'occasion de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Glasgow.

Alors que les dirigeants mondiaux se rendent à Glasgow pour la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques(COP26), l'Afrique a besoin d'une action collective décisive plutôt que de mots plus encourageants.

ABIDJAN – Près de deux ans après le début de la pandémie de COVID-19, la nature inégale de la réponse mondiale à la crise est flagrante. Alors que très peu de pays africains ont réussi à dépenser l'équivalent de 1 % de leur PIB pour lutter contre cette urgence sanitaire pratiquement sans précédent, les économies occidentales ont rassemblé plus de 10 000 milliards de dollars, soit 30 % de leur PIB combiné, pour y faire face. L'Europe et les États-Unis ont entièrement vacciné 75 % et 70 % de leurs populations adultes contre la COVID-19, respectivement. Pendant ce temps, en Afrique, moins de 6 % des adultes ont été vaccinés. De plus, tandis que certains pays occidentaux administrent déjà des rappels, l'Afrique ne parvient pas à obtenir les premières doses.

Cette iniquité systémique est également évidente dans les efforts déployés pour faire face à la crise climatique. Les catastrophes climatiques, comme les virus, ne connaissent pas de frontières. Pourtant, alors que les gouvernements des pays du Nord réagissent à de tels événements en empruntant sur les marchés des capitaux à un coût négligeable afin de financer des plans de relance et d'investissement, les pays africains doivent compter soit sur des retombées de liquidités liées à des initiatives de suspension de dette, soit sur des promesses d'aide, soit sur un financement sur le marché des capitaux à un coût exorbitant. Aucune de ces options ne fournit actuellement à ces économies l'investissement initial en capital dont elles ont besoin pour améliorer leurs perspectives à long terme.

Notre plan repose sur quatre piliers. Premièrement, les économies développées doivent tenir la promesse qu'elles ont faite dans l'accord de Paris sur le climat de 2015 de fournir 100 milliards de dollars par an pour aider à couvrir les coûts d'adaptation et de transition des pays en développement. Après tout, les engagements que les pays en développement ont pris à Paris étaient conditionnés à cet engagement. Le non-respect de cet engagement tardif maintenant, avec la moitié des 100 milliards de dollars réservés aux coûts d'adaptation, sapera le principe même de l'action multilatérale. C'est une disposition d'un accord international et elle doit être respectée.

Le fait que le monde développé ait mobilisé 10 000 milliards de dollars pour lutter contre la pandémie rien qu'en 2020 montre à quel point un montant de 100 milliards de dollars par an est vraiment minime. Pourtant, au cours de la même période, l'aide publique au développement n'a augmenté que de 3,5 %en termes réels.

Le deuxième pilier consiste à aligner les marchés financiers sur les objectifs de l'accord de Paris. Il est essentiel d'intégrer l'impact du changement climatique dans les décisions d'investissement, et le déploiement judicieux de capitaux privés dans les secteurs verts transformera les pays africains et les économies en développement en général. À cette fin, la Glasgow Financial Alliance for Net Zero, présidée par l'ancien gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney, a réuni des entreprises totalisant 90 000 milliards de dollars d'actifs.

Il doit maintenant y avoir un effort urgent et déterminé pour canaliser ce financement privé vers des secteurs en croissance respectueux du climat en Afrique et dans d'autres pays en développement. Dans cet esprit, la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique a proposé plus tôt cette année une facilité de liquidité et de durabilité qui vise à réduire les coûts d'emprunt liés aux investissements verts en développant un marché de rachat (« repo ») pour le continent. L'initiative, qui sera idéalement financée par un financement d'amorçage de 3 milliards de dollars en droits de tirage spéciaux (l'actif de réserve du Fonds monétaire international), vise à réduire le risque des investissements privés en Afrique et à aider la région à augmenter sa part – actuellement moins de 1% – du marché mondial des obligations vertes.

La République d'Afrique du Sud a récemment émis des obligations vertes pour 3 milliards de rands (196 millions de dollars) pour refinancer son secteur énergétique. De telles émissions sont un exemple du type d'investissement qui est possible en débloquant les marchés obligataires pour l'Afrique. Nous devons faire de ces investissements la règle plutôt que l'exception.

En outre, le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a proposé la création d'un mécanisme africain de stabilité financière. Un tel programme permettra d'éviter que de futurs chocs financiers en Afrique – le seul continent sans Accord de financement régional – n'aient des effets d'entraînement transfrontaliers.

Le troisième pilier est de fournir les ressources importantes dont l'Afrique a besoin pour permettre à ses économies de s'adapter au réchauffement climatique. Le changement climatique coûte au continent 7 à 15 milliards de dollars par an et menace à la fois la sécurité alimentaire et l'utilisation de l'hydroélectricité. Mais l'Afrique subsaharienne, qui représente moins de 4 % des émissions mondiales de GES, ne reçoit que 5 % du financement climatique total en dehors de l'OCDE.

Au lieu d'attendre simplement qu'un tel financement se matérialise, l'Afrique s'attaque de front à l'adaptation au climat avec des solutions locales. La BAD consacre actuellement 63 % de son financement climatique à l'adaptation, la part la plus élevée de toutes les institutions financières multilatérales, et s'est engagée à doubler ce financement à 25 milliards de dollars d'ici 2025. La BAD et le Centre mondial pour l’adaptation ont également créé l'Accélération de l'adaptation en Afrique (AAAP) pour aider à augmenter les investissements d'adaptation rentables dans la région. La mobilisation de 25 milliards de dollars via l'AAAP sera un premier pas vers l'investissement dans une relance verte pour l'Afrique.

Enfin, toute solution au changement climatique doit aborder le commerce, élément vital de l'économie mondiale. La clé pour mettre fin à notre malaise économique actuel est de garantir une ouverture et une prévisibilité constantes, notamment en s'engageant à respecter des règles commerciales mondiales alignées sur les objectifs de l'accord de Paris.

Des blocs régionaux tels que la nouvelle Zone de libre-échange continentale africaine peuvent donner une impulsion pour ancrer notre engagement en faveur d'un développement sobre en carbone. Nous devons reconnaître les besoins spécifiques de l'Afrique, reconnaître la vulnérabilité du continent au changement climatique et identifier les régions et les communautés où ses conséquences ont causé le plus de dommages.

Le sommet des Nations Unies sur le climat de l'année prochaine, la COP27, aura lieu en Afrique, et nous sommes impatients d'accueillir le monde. Mais les pays développés doivent tenir leurs promesses climatiques de longue date envers la région bien avant cela – en commençant à Glasgow.


Akinwumi A. Adesina est président de la Banque africaine de développement.

Ngozi Okonjo-Iweala, directrice générale de l'Organisation mondiale du commerce, a été directrice générale de la Banque mondiale, ministre des finances du Nigeria, présidente du conseil d'administration de Gavi, l'Alliance du vaccin, et envoyée spéciale de l'Union africaine pour le COVID-19. Elle est membre distingué de la Brookings Institution et leader public mondial à la John F. Kennedy School of Government de l'université Harvard.

Vera Songwe est Secrétaire générale adjointe des Nations Unies et Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique.

Ibrahim Assane Mayaki, ancien Premier ministre du Niger, est directeur général de l'Agence de développement de l'Union africaine.

* Cet article a été publié pour la première fois dans Project Syndicate

Thèmes: 
More from this author