Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Des outils innovants pour aider les femmes rurales à accéder à la terre

Get monthly
e-newsletter

Des outils innovants pour aider les femmes rurales à accéder à la terre

Les groupes de femmes, les coopératives, le lobbying et la cartographie aident à gérer les questions foncières.
Christabel Ligami
Afrique Renouveau: 
5 Décembre 2021
Shibuye Community Health Workers
Des femmes du comté de Homabay présentant leurs pratiques en matière de sécurité alimentaire et de commerce agricole.

Les femmes à la base ont conçu des outils pour les aider à lutter pour leurs droits fonciers et à avoir accès à la terre, ce qui leur a longtemps été refusé.

Ces outils aident également les femmes au niveau communautaire à créer une solidarité entre elles pour leur permettre de négocier avec leurs gouvernements respectifs, de sensibiliser et d'amplifier leur voix sur les questions relatives à la terre, telles que la déshérence, l'accaparement des biens, l'expulsion des terres.

Lors d'une session sur l'engagement des femmes de la base dans les structures coutumières pour une gouvernance foncière juste et équitable au niveau local, au cours de la quatrième Conférence sur la politique foncière (CLPA) à Kigali, au Rwanda, au début du mois, divers groupes de femmes ont présenté les outils qu'ils utilisent pour accéder à la terre et sensibiliser aux droits fonciers. Ces groupes font partie de la Commission internationale Huairou, un réseau international dirigé par des femmes qui renforce les capacités des organisations de femmes à la base.

De leurs présentations, il est ressorti clairement que des solutions locales à des questions sensibles telles que les droits fonciers peuvent être trouvées si les autorités locales, les femmes, le gouvernement et les organisations non gouvernementales se donnent la main. 

Par exemple, Mme Violet Shivutse, leader de Shibuye Community Grassroots, a déclaré que les groupes de femmes dans les zones rurales de l'ouest du Kenya se sont organisés en groupes appelés Collective Women Farmers, qu'ils utilisent comme un outil pour lutter pour l'accès à la terre pour la production alimentaire.

"Lorsque les femmes travaillent à titre individuel, il devient très difficile d'accéder aux agents de vulgarisation agricole en raison de la pénurie de ces agents. C'est un défi dans les pays d'Afrique de l'Est. Toutefois, dans le cadre du groupe collectif, les agricultrices sont en mesure d'identifier un centre de démonstration et d'obtenir qu'un agent de vulgarisation agricole s'occupe d'elles régulièrement", a déclaré Mme Shivutse.

"Le groupe de femmes et l'agent agricole élaborent ensuite un plan de travail et utilisent une partie de leurs terres comme centre de formation et de démonstration où d'autres agricultrices viennent voir et apprendre, puis reproduire les mêmes pratiques", a-t-elle ajouté.

Un autre outil utilisé par les femmes est la cartographie pour sécuriser et accéder aux terres. La cartographie est utilisée pour résoudre les problèmes liés au changement climatique, aux expulsions et aux problèmes de succession.

Pour utiliser la cartographie comme outil, Mme Shivutse explique que les femmes doivent d'abord constituer une équipe de base composée de leaders et d'un porte-parole pour diriger le processus, puis impliquer les autres membres pour s'assurer que la communauté se rallie à elles. Elles identifient ensuite ce qu'elles veulent cartographier. Elles utilisent des dessins, des vidéos, des photos et des témoignages personnels, à travers lesquels elles identifient les défis tels que l'expulsion des terres et la déshérence.

Dans le processus, ils documentent d'autres problèmes indirectement liés à la propriété et à l'accès à la terre, comme le nombre d'enfants non scolarisés en raison de l'expulsion ou l'insécurité alimentaire.

"Nous faisons cela pour qu'il ne s'agisse pas de politiser les questions de la terre et des femmes. Parce que la terre est une question de pouvoir, les gens pensent que les femmes ne cherchent que la richesse", a-t-elle déclaré.

"Le processus de cartographie révèle d'autres problèmes qui nuisent au développement. Lorsque vous reliez les questions foncières à l'éducation, à laquelle tout le monde accorde de l'importance dans la communauté, la solidarité se manifeste même de la part des chefs de la communauté. Lorsque vous le reliez à la sécurité alimentaire, tout le monde se rallie à la question pour faire en sorte que la faim n'existe pas."

Mme Shivutse a fait remarquer que la cartographie est devenue la base de référence de la manière dont les femmes de la base peuvent engager l'ensemble de la communauté sur les questions liées à la terre.

Le lobbying et le dialogue communautaire, a-t-elle dit, vont de pair avec la cartographie. À partir des résultats des outils de cartographie, les femmes sont en mesure d'engager les dirigeants de la communauté dans des plans d'action qui incluent la relocalisation des personnes expulsées, la manière de communiquer l'expulsion, la manière de s'assurer que la sécurité et l'intimité des femmes et de leurs enfants sont prises en compte pendant l'expulsion, ou la rémunération.

Les rapports de cartographie permettent également d'influencer les discussions politiques et de fixer des priorités concernant les femmes et les questions foncières.

Selon Mme Shivutse, l'utilisation du modèle de domaine foncier social comme outil mis en œuvre dans des pays tels que la Zambie et l'Ouganda commence par la cartographie. Les femmes font ensuite participer tous les autres membres de la communauté, y compris les jeunes, au système traditionnel de gestion des terres, y compris lorsqu'il n'existe pas de titres fonciers. Cela a conduit à l'établissement de titres de propriété conjoints, où les maris, les femmes et leurs enfants sont reconnus comme ayant un intérêt dans la terre familiale. C'est important car lorsqu'une personne décède, son conjoint reste en sécurité sur ses terres.

Les groupes de femmes ont également adopté la location de terres, par un individu ou un groupe. Grâce à la location collective, les membres obtiennent une superficie suffisante pour créer des parcelles de démonstration sur lesquelles ils peuvent pratiquer l'agriculture de conservation. 

Cependant, le problème est que les questions de location de terres n'ont pas été rationalisées dans certains pays africains. Pour relever ce défi, le groupe de femmes de Shibuye a rédigé en 2017 des lignes directrices sur la location de terres afin de garantir l'accès des femmes à la terre, et a formulé les principaux problèmes qu'elles ont rencontrés lors de la location de terres, qui ont servi de termes de référence pour les lignes directrices.

En outre, elles ont désigné des représentants de la communauté pour rédiger les lignes directrices. Cela a conduit à l'adoption de directives sur la location de terres.

Madagascar

Lilia Ravoniarisoa, dirigeante de la Fédération des agricultrices de Madagascar, a déclaré que dans son pays, jusqu'à un tiers de la population rurale n'a pas de terre, car la plupart des terres appartiennent au gouvernement ou à la communauté. En outre, jusqu'à 70 % des tâches familiales sont effectuées par les femmes, mais celles-ci n'héritent pas de la terre en raison des coutumes locales et des niveaux élevés d'analphabétisme qui entravent leur accès à la terre.

Mme Ravoniarisoa groupes de femmes ont cartographié les terres dans chaque région du pays - y compris les terres communautaires qu'elles protègent en replantant des arbres de mangrove.

Elles vendent ensuite les produits dérivés de la mangrove pour se procurer un revenu. Le bois est utilisé pour la construction de maisons côtières, tandis que les racines et les feuilles sont utilisées à des fins médicinales.

"Plus de 90 hectares ont été obtenus des autorités locales et nous avons demandé 300 hectares pour replanter les arbres. L'objectif est de réduire la vulnérabilité des femmes en augmentant leurs revenus et leur sécurité alimentaire", a déclaré Mme Ravoniarisoa.

"Les groupes de femmes utilisent les terres communautaires louées aux autorités pour faire face à l'insécurité alimentaire et au manque de ressources grâce à l'agriculture. Les baux sont à long terme mais sont renouvelés chaque année. Cela a permis d'augmenter les revenus des femmes ainsi que leur pouvoir de décision au sein de leur foyer", a déclaré Mme Ravoniarisoa.

Mme Ravoniarisoa note que les femmes prévoient de former des coopératives au niveau de la base pour leur permettre d'avoir plus de pouvoir dans les discussions sur les questions foncières. Pour ce faire, elles mettent en commun leurs ressources, ce qui leur permet de négocier d'une seule voix la propriété et l'utilisation des terres.

Dans la région du Sud-Ouest, le groupe a convaincu les autorités locales de leur donner gratuitement une partie des terres communautaires pour la reforestation.

Dans d'autres régions, ils disposent de terres où les femmes plantent des algues et pratiquent l'élevage de poissons et de crabes.

"Nous avons accès au marché parce que nous produisons des produits biologiques", a-t-elle déclaré, ajoutant que grâce aux dialogues, les femmes sont responsabilisées et sont plus conscientes de leurs droits fonciers.

Thèmes: 

Autres articles