Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Le Président sierra-léonais, Maada Bio, sur la mortalité maternelle et infantile

Get monthly
e-newsletter

Le Président sierra-léonais, Maada Bio, sur la mortalité maternelle et infantile

« La grossesse ne doit pas être une condamnation à mort »
Kingsley Ighobor
Afrique Renouveau: 
24 Décembre 2019
President Julius Maada Bio launches plans to make quality healthcare affordable and accessible in Sierra Leone.            Office of the President of Sierra Leone
Julius Maada Bio veut rendre accessible l’accès aux soins de santé de qualité.

Lorsque Julius Maada Bio, 55 ans, est arrivé au pouvoir en Sierra Leone en avril 2018, le pays était en train de se remettre de l’épidémie d’Ebola de 2014-2015.

La croissance annuelle du PIB s’élève à 4,8 % et devrait atteindre 5,4 % en 2020, soutenue par la production agricole et la reprise de la production et de l’exportation du minerai de fer, selon la Banque mondiale.

Néanmoins, l’indice de développement humain du PNUD, qui prend notamment en compte le revenu par habitant, l’espérance de vie, le niveau d’éducation et la qualité de vie,  place la Sierra Leone au 184ième rang sur 189 pays en 2019.

Stratégie de développement

M. Bio a déclaré, que les investissements dans l’éducation, la santé, l’agriculture, l’autonomisation des femmes et l’éradication des violences à caractère sexiste, étaient au cœur de sa stratégie de développement, elle-même alignée sur le Programme de développement durable de l’ONU pour 2030, ainsi que sur l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

« Mon gouvernement a alloué 21 % du budget national à l’éducation », a déclaré M. Bio. C’est l’une des allocations les plus importantes au monde dans ce domaine.

« L’enseignement de la maternelle au secondaire est maintenant gratuit, indépendamment du sexe, des capacités ou de l’appartenance ethnique. » Le gouvernement fournit également « aux élèves des manuels scolaires et d’autres supports de lecture, ainsi que des repas gratuits pour que les élèves n’abandonnent pas et bénéficient d’une alimentation équilibrée ».

Promotion de la femme

« Nous avons élargi les possibilités offertes aux filles en créant des lieux sûrs dans les écoles et en menant une campagne vigoureuse contre les mariages précoces et la violence sexuelle et sexiste. Les filles qui décident d’étudier des matières STIM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) reçoivent automatiquement des bourses à l’université », a déclaré le Président.

Il a en outre déploré que le taux actuel de mortalité maternelle soit « inacceptablement élevé » : 857 décès maternels pour 100 000 naissances et 140 décès infantiles pour 1 000 naissances, selon le Fonds des Nations Unies pour la population, soit l’un des taux de mortalité infantile et maternelle les plus élevés au monde.

Le gouvernement offre des soins de santé gratuits aux femmes enceintes.

« Nous travaillons sur différentes interventions ciblées » a déclaré M. Bio. « La grossesse ne doit pas être une condamnation à mort. »

M. Bio promet également une tolérance zéro à l’encontre des violences sexuelles, déclarées comme une urgence nationale en février 2019, suite à la publication des statistiques de la police montrant que les cas de viols avaient doublé en 2018.

« Nous venons d’adopter au Parlement une loi [la loi de 2019 sur les infractions sexuelles (amendement)] qui durcit considérablement les sanctions et prévoit jusqu’à 15 ans de prison, y compris pour les personnes qui utilisent des postes d’influence pour abuser sexuellement ou harceler des individus. »

Concernant l’agriculture, le gouvernement entend principalement développer l’élevage et diversifier la production de riz, l’aliment de base du pays cultivé par 85% des agriculteurs, vers ce qu’il appelle «les trois C » : café, noix de cajou et cacao.

Près de 50 % de la population africaine a moins de 19 ans. Le Président a soutenu que l’anxiété de la jeunesse face à l’augmentation de la pauvreté, à l’extrémisme et d’autres menaces, peut être résolue par des programmes d’inclusion sociale, des formations professionnelles et des initiatives agricoles.      

Autres articles