Ebola au risque d’une crise alimentaire

Août - Novembre 2019

Get our app.

Download app from Android Download app from Apple

Ebola au risque d’une crise alimentaire

Les paysans désertent leurs champs; les prix des denrées sont en très forte hausse.
Franck Kuwonu
Afrique Renouveau: 
Women harvesting rice in Carysburg, Liberia.  Photo: Panos/Aubrey Wade
Récolte de riz à Carysburg, Libéria. Photo: Panos/Aubrey Wade

Alors que  la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone sont en proie à l’épidémie d’Ebola et que la communauté internationale essaie d’aider à la contenir, des informations en provenance de ces trois pays font état d’une hausse  des prix des denrées de base et de l’abandon des champs par les paysans. 

Le Fonds international de développement agricole (FIDA), un organisme des Nations Unies qui finance l’agriculture dans les pays pauvres, a prévenu que cela pourrait provoquer une crise alimentaire si des mesures adéquates ne sont pas prises rapidement   afin de protéger la production agricole.

Dès  septembre 2014, le gouvernement libérien indiquait qu’une grande partie des récoltes de riz ne pouvait se faire dans le  centre, le nord et l’ouest du pays à cause d’une pénurie de main d’œuvre. Pour autant, les communautés locales ne voulaient pas recruter des travailleurs en dehors de leurs propres communautés de peur qu’ils ne leur ramènent le virus.

« En Sierra Leone, nous avons appris que jusqu’à 40% des exploitations agricoles dans les zones les plus affectées avaient été abandonnées », a déclaré le Président du FIDA, Kanayo F. Nwanze à Afrique Renouveau. En Guinée, les mêmes entraves aux mouvements de population ont eu « un effet dévastateur sur la production agricole et les exportations alimentaires ». C’est ainsi que dans la région du Fouta-Djalon , les exportations de pommes de terre vers le Sénégal n’ont été que de 22 tonnes alors qu’elles étaient de 250 tonnes l’année précédente.

À cause de ces perturbations, notamment les entraves à la libre circulation dans les zones de production alimentaire, les prix ont considérablement baissé sur les marchés de gros tandis que les prix de détail ont grimpé en flèche sur les marchés locaux. « En août, le prix de gros d’un kilo de  pommes de terre était tombé  de 3500 à 200 francs guinéens », a expliqué M. Nwanze. Au Libéria, les prix de gros des denrées alimentaires avaient commencé à baisser  à la mi-septembre sur les principaux marchés de la capitale Monrovia parce que, selon le Ministère de l’agriculture, les paysans étaient inquiets des risques de pourriture que les multiples barrières routières sur la voie menant vers la ville faisaient courir aux produits frais.

Au même moment, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) révélait les résultats préliminaires d’évaluations rapides d’après lesquels les prix des produits de base, y compris la nourriture, avaient augmenté en moyenne de 30% à 75% en un peu plus d’un mois dans le comté de Lofa, comté rural le plus touché au Libéria.

En août 2014, un rapide relevé des prix à la consommation révélait également de fortes augmentations des prix des denrées de base et des matières premières telles que le manioc (150 %); l’huile de palme (53%), le gari (obtenu à partir de la racine de  manioc râpée) (100 %), le poivre (133 %) et les bananes plantains (66 %) sur une période de deux semaines au marché Red Light, l’un des plus grands marchés de Monrovia. 

Selon  M. Nwanze l’agriculture, et notamment  le fermage à petite échelle, contribue  au produit intérieur brut des pays touchés à hauteur de 20 %  à 40 %. Le président du FIDA recommande  que des mesures d’urgence soient prises, telles que la constitution de réserves alimentaires dans les pays touchés ou au niveau régional « afin de pouvoir fournir une aide alimentaire massive aux moments opportuns. » Et de rajouter que  les pays affectés devraient si possible intensifier la production alimentaire dans les  zones non affectées.

La FAO estime à trente millions de dollars environ, le montant nécessaire pour aider ceux qui sont dans le besoin, notamment en fournissant une aide alimentaire à environ 90.000 ménages dans les trois pays. Un programme d’intervention régional pour l’Afrique de l’Ouest, que la FAO devra mettre en œuvre  en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, visera à accroître les revenus et la production agricole. 

Topics: 

Magazine

  • Août - Novembre 2019

    Magazine actuel : Août - Novembre 2019

    Thème : Changement climatique

    Les effets des changements climatiques sont ressentis en Afrique ; en groupe ou à titre individuel, des actions sont en cour pour les contrer. Dans cette édition, nous vous présentons certaines des initiatives les plus remarquables portées par de jeunes Africains.

    Télécharger la version PDF : PDF icon AR_33_2_Francais.pdf