Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Rejeter les négationnistes et les criminels de guerre

Get monthly
e-newsletter

Rejeter les négationnistes et les criminels de guerre

La prévention du génocide et des autres atrocités doit être une affaire communautaire.
Africa Renewal
Afrique Renouveau: 
7 Avril 2022
Mme Alice Wairimu Nderitu
Mme Alice Wairimu Nderitu, conseillère spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la prévention du génocide.

Mme Alice Wairimu Nderitu a été nommée conseillère spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la prévention des génocides il y a environ un an. Depuis lors, elle a parcouru plusieurs continents dans ses efforts pour aider à prévenir les génocides. Alors que le monde commémore les 28 ans du génocide contre les Tutsis au Rwanda, Zipporah Musau d'Afrique Renouveau a rencontré Mme Nderitu pour une interview. En voici des extraits :

Quel est exactement le rôle du conseiller spécial pour la prévention du génocide ?

Tout d'abord, je vous remercie de m'avoir invité à cette interview, d'autant plus qu'avril est un mois très spécial pour mon Bureau. Le 7 avril, nous commémorons Kwibuka - pour nous souvenir du génocide de 1994 contre les Tutsis au Rwanda.

C'est également un jour spécial pour nous car mon bureau a été créé le 7 avril 2004, date du 10e anniversaire du génocide rwandais contre les Tutsis.

Ce bureau a été créé avec pour mandat de faire progresser la prévention du génocide. Mon rôle spécifique est d'agir comme un mécanisme d'alerte précoce. J'analyse les informations et j'évalue les risques, en me basant sur le Cadre d'analyse des crimes d'atrocité, un outil de prévention de mon bureau. J'évalue les risques de génocide, à partir de l'examen des violations graves des droits de l'homme et du droit international humanitaire, d'origine ethnique et raciale qui, si elles ne sont pas empêchées ou stoppées, pourraient conduire à un génocide. Dans des circonstances spécifiques où les informations sont limitées ou non disponibles, j'entreprends des missions sur le terrain pour consolider l'analyse dans la compréhension de situations spécifiques préoccupantes. Je fais ensuite des recommandations au Secrétaire général des Nations Unies et, par son intermédiaire, au Conseil de sécurité des Nations Unies, sur toute situation susceptible de déboucher sur un génocide.

Portrait of Ms. Alice Wairimu Nderitu
Mme Alice Wairimu Nderitu, conseillère spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la prévention du génocide.

Parallèlement, j'assure également la liaison au sein du système des Nations Unies en ce qui concerne les initiatives de prévention et le renforcement des capacités, le cas échéant, et je fournis une assistance technique aux États membres et aux organisations régionales en matière d'initiatives de prévention du génocide.

En d'autres termes, je fais tout ce que je peux, lorsque je dispose de l'information, pour empêcher le génocide de se produire.

Discours de haine

La stratégie et le plan d'action des Nations Unies sur le discours de haine représentent l'engagement des Nations unies à aborder et à contrer le discours de haine à l'échelle mondiale.  Elle introduit une définition de travail du discours de haine comme "tout type de communication par la parole, l'écrit ou le comportement, qui attaque ou utilise un langage péjoratif ou discriminatoire à l'égard d'une personne ou d'un groupe en raison de ce qu'ils sont, sur la base de leur religion, de leur appartenance ethnique, de leur nationalité, de leur race, de leur couleur, de leur ascendance, de leur sexe ou d'autres formes".  Il ne s'agit pas d'une définition juridique, mais elle vise à faciliter la politique et la programmation au sein et en dehors des Nations unies.

La stratégie et le plan d'action de l'ONU sur le discours de haine comprennent 13 engagements spécifiques pour que l'ONU aborde et combatte le discours de haine de manière holistique (notamment en s'attaquant aux causes profondes - qui peuvent inclure l'intolérance et la haine fondée sur l'identité ; en empêchant le discours de haine de dégénérer, en ligne et hors ligne, en incitation à la discrimination, à l'hostilité et à la violence ; en protégeant les victimes ; et en renforçant le partenariat avec les acteurs concernés) et conformément aux normes internationales en matière de droits de l'homme, en particulier la liberté d'opinion et d'expression.

En tant que point focal pour la mise en œuvre de la stratégie, mon bureau fournit un soutien aux entités des Nations Unies et aux États membres pour développer des stratégies de lutte contre les discours de haine adaptées au contexte. Il est reconnu que le discours de haine a toujours été un précurseur du génocide - du Rwanda à la Bosnie-Herzégovine, en passant par l'Holocauste. Au Rwanda, c'était la déshumanisation des Tutsis comme des cafards, pendant l'Holocauste, c'était la déshumanisation des Juifs comme un cancer qu'il fallait éliminer. C'est pourquoi il est si important de rappeler aux gens les conséquences des discours de haine.

La stratégie de l'ONU aborde ces conditions de discours de haine, par le biais d'une analyse de la situation, notamment des développements politiques et sociaux, et décrit les cadres juridiques pertinents.

Comment certifiez-vous qu'une situation est un génocide ?

On me demande souvent si je peux certifier une situation comme étant un génocide. Je réponds que je n'enquête pas, que je ne surveille pas les droits de l'homme et que je ne qualifie pas juridiquement des situations actuelles ou passées de génocide, de crimes de guerre ou de crimes contre l'humanité.

Ce que je fais, c'est évaluer s'il y a un risque de génocide dans une situation particulière, dans le but de prévenir ou d'arrêter ces crimes s'ils sont soupçonnés d'être déjà en cours.

Alors, qu'est-ce qui constitue un génocide dans le monde d'aujourd'hui ?

Le terme génocide est tiré de la formulation de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide de 1948. Le mot "génocide" a été inventé par Raphael Lemkin, un avocat polonais qui a fait pression pour que cette convention soit mise en place. La Convention a été adoptée en 1948. Et à l'heure actuelle, plus de 150 pays sont parties à cette convention.

La Convention définit ce qui constitue un génocide et confirme que le génocide, qu'il soit commis en temps de paix ou en temps de guerre, est un crime au regard du droit international.

Dans la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide de 1948, le génocide s'entend de l'un quelconque des actes suivants commis dans l'intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel : 

  • Le meurtre de membres du groupe. 
  • Atteinte grave à l'intégrité physique ou mentale de membres du groupe.
  • En infligeant délibérément au groupe des conditions de vie calculées pour entraîner sa destruction physique totale ou partielle. 
  • Imposer des mesures destinées à empêcher les naissances au sein du groupe.
  • Transférer de force des enfants du groupe dans un autre groupe.
  • Quels sont les facteurs de risque possibles ?

En termes de causes possibles, les facteurs de risque dont j'ai parlé précédemment et que nous analysons comprennent des comportements, des circonstances ou des éléments qui créent un environnement propice à la commission d'un génocide. Par exemple, les facteurs de risque de génocide comprennent les tensions entre groupes, les schémas de discrimination à l'encontre de certains groupes ou les signes d'une intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe protégé. Il peut s'agir de pratiques de discrimination, de ségrégation ou d'exclusion à l'égard d'un groupe ethnique, national, racial ou religieux, voire d'une législation contre ce groupe.

Les facteurs de risque comprennent également, par exemple, le déni de l'existence de tout groupe. Des antécédents de crimes atroces, c'est-à-dire de génocide, de crimes de guerre, de crimes contre l'humanité, de nettoyage ethnique, commis en toute impunité contre certains groupes constituent également un facteur de risque.

Parmi les autres facteurs de risque, citons les tensions en termes d'accès aux ressources de l'État, les disparités socio-économiques, la participation aux processus décisionnels, ou lorsque l'on constate qu'il existe des tensions autour de certains types de groupes, notamment politiques, sociaux ou culturels, qui pourraient ensuite se développer sur des bases nationales, ethniques, raciales ou religieuses.  L'absence de mécanismes ou d'initiatives nationales pour traiter les conflits identitaires peut signifier que votre société présente des facteurs de risque de génocide.

Les signaux d'alarme pour un génocide seraient des attaques ou le profilage de certaines personnes pour des raisons ethniques, nationales, raciales ou religieuses, car cela constitue vraiment une trajectoire dangereuse qui augmente le risque de génocide. Et lorsque vous constatez que les populations ne sont pas protégées de manière égale, c'est un signal d'alarme.  Lorsque vous constatez des violations des droits de l'homme, l'effondrement des systèmes juridiques ou la violation du droit humanitaire international, ou lorsque vous voyez un ciblage spécifique des groupes, alors vous savez que ce sont des signaux d'alarme.

Y a-t-il des exemples de ce genre de situation actuellement ?

Je dirais qu'il y a plusieurs situations préoccupantes concernant les minorités, les populations autochtones et les personnes d'origine africaine qui sont ciblées dans certains contextes.

Nous avons des affrontements ethniques très spécifiques. Et bien sûr, nous parlons fréquemment aux États membres, nous engageons les mécanismes de l'ONU et nous travaillons dans ce contexte pour créer des tampons et améliorer la prévention.

De quels chiffres parlons-nous pour que cela soit qualifié de génocide ?  

Cela n'a pas d'importance. Ce n'est vraiment pas une question de chiffres. Quand on parle de chiffres, on commence à compliquer les choses, car par exemple, en Bosnie-Herzégovine, plus de 8 000 personnes ont été tuées. Au Rwanda, un million de personnes ont été tuées en trois mois, et dans l'Holocauste, six millions de personnes ont perdu la vie. Si vous allez au Mémorial du génocide de Kigali, en sortant, il y a une plaque à la porte avec une inscription : "Souvent, les gens pensent au génocide en termes de chiffres". Les gens attendent d'entendre qu'un million de personnes sont mortes. Ce qu'ils ne réalisent pas, c'est que six personnes sont mortes ici, trois là, 20 autres demain, cinq autres après-demain et ainsi de suite. Tous ces chiffres s'additionnent, de sorte qu'un jour, vous aurez sur les bras le million de personnes que vous recherchez. Tant que ces conditions, qui peuvent mener au génocide, existent, nous devons être très prudents. Ces trois ou douze morts initiaux pourraient n'être que le début d'un génocide.

Cela fait 76 ans que l'ONU existe, pourquoi n'avons-nous pas vu la fin de ces atrocités et de ce génocide ? Quels sont les défis à relever pour lutter contre ce vice ?

Nous oublions souvent que les efforts déployés pour prévenir les génocides remontent à la création de l'ONU, lorsque le mot "génocide" a été créé et est devenu une loi dans le cadre de la convention de 1948. Après la Seconde Guerre mondiale et les ravages de l'Holocauste, le monde s'est réuni autour d'une volonté commune de protéger les générations futures contre le risque de génocide et a élaboré cette convention.

Ce que nous oublions souvent, c'est que l'intérêt pour la prévention des génocides n'a pas toujours existé. Les guerres étaient courantes - la Première et la Seconde Guerre mondiale, la guerre de cent ans en Europe, les guerres en Asie et en Afrique - il y a eu des guerres depuis des temps immémoriaux, les communautés essayant de se décimer mutuellement. Ce n'est qu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale que le monde a dit : "Assez ! Nous allons nous efforcer de mettre fin à cela.

C'est donc un défi d'arrêter en 76 ans quelque chose qui dure depuis des siècles - depuis le début du monde.

Quels sont les défis ?

Le défi est que nous n'avons toujours pas une masse critique de personnes prêtes à construire des ponts, à établir des relations, prêtes à dire que nous ne ferons plus la guerre.

En outre, nous ne disposons que de méthodes très médiocres pour garantir que le commerce d'armes entre acheteurs et vendeurs volontaires soit géré ou stoppé.  

Comment pouvons-nous nous sortir de ces difficultés ?

Nous devons nous engager davantage, et non moins. Cela signifie travailler avec les organisations communautaires, la société civile, les États membres, les organisations régionales et les organisations internationales.

Y a-t-il actuellement des points chauds ?

De nombreuses années de médiation de conflits armés, parfois dans des endroits très dangereux avant de rejoindre les Nations unies, m'ont appris que les points chauds sont des problèmes et non des espaces géographiques. Je dirais que si vous connaissez un espace géographique caractérisé par la violence ethnique, les violations des droits de l'homme, les exécutions extrajudiciaires, les violences sexuelles, le pillage des biens, les exécutions de masse, les arrestations arbitraires, les meurtres, les viols, les déplacements de populations, la destruction de biens, les discours de haine, la stigmatisation, le profilage ethnique et l'absence d'État de droit, alors il s'agit d'un point chaud.

Cette année marque les 28 ans du génocide contre les Tutsis au Rwanda, où près d'un million de personnes ont été tuées en moins de trois mois. Quelles leçons les pays peuvent-ils tirer de cette expérience ? Et que peut-on faire pour éviter que cela ne se reproduise à l'avenir ?

Nous devons avoir une culture d'enquêtes indépendantes et impartiales sur les allégations de violations et d'abus des droits de l'homme. Nous devons faire mieux pour garantir la responsabilité des violations graves commises afin de ne pas perpétuer cet environnement qui expose les populations civiles à un risque plus élevé de crimes d'atrocité.

Lorsque le discours de haine commence, les gens peuvent d'abord le considérer comme inoffensif, mais ce n'est pas toujours le cas. Nous devons comprendre que le discours de haine est le fondement du génocide.

Il ne devrait pas y avoir de tolérance pour les discours de haine et les stéréotypes ethniques. Lorsque le discours de haine commence, les gens peuvent d'abord le considérer comme inoffensif, mais ce n'est pas toujours le cas. Nous devons comprendre que le discours de haine est le fondement du génocide. Pour perpétuer le génocide au Rwanda contre les Tutsis, il fallait les profiler comme des insectes, comme des cafards qu'il fallait tuer. Et quand on pense à la fréquence à laquelle nous entendons ce genre de stéréotypes dans le monde entier, des gens qualifiés de mauvaises herbes qu'il faut déraciner, de cancers qu'il faut éliminer, il y a des leçons à tirer.

Il y a aussi des leçons à tirer, à savoir que les médias sociaux ont été créés pour permettre aux gens de s'engager les uns envers les autres et de socialiser, mais qu'en même temps, les discours haineux peuvent être amplifiés par les médias sociaux.

Nous devrions nous inquiéter de l'amplification des discours haineux par la radio, et par tous ces médias communs, qui amplifient vraiment les voix.

Donc spécifiquement pour le Rwanda. J'y ai passé du temps l'année dernière. Je venais d'être nommé à ce poste de conseiller du Secrétaire général des Nations unies pour la prévention du génocide, il était extrêmement important pour moi de me rendre au Rwanda pour rendre hommage aux victimes et aux survivants.

Quelles leçons pouvons-nous tirer du Rwanda ?

La leçon que nous pouvons tirer du Rwanda est qu'il est extrêmement important de reconnaître le passé pour comprendre la souffrance des uns et des autres.

Je suis allé au Rwanda et en Bosnie-Herzégovine pour rendre hommage aux victimes et aux survivants. Mais en même temps, je voulais m'élever avec force contre le déni de génocide.  Je suis heureux que la dénonciation du déni de génocide ait gagné du terrain. Aujourd'hui, les gens sont assez courageux pour affronter ces négationnistes et je m'en réjouis, car nous devons contrer les négationnistes de l'Holocauste ainsi que ceux qui nient les génocides de Srebrenica et du Rwanda.

Nous devons nous opposer fermement à la glorification des génocidaires et des criminels de guerre. Nous ne devons pas célébrer les personnes qui ont perpétré des génocides. Parfois, l'attraction de la communauté ethnique est si forte que les gens ont le sentiment que "c'est un génocidaire, mais c'est notre génocidaire". Nous devons vraiment arrêter de glorifier les génocidaires. Ce sont des criminels. Nous devrions vraiment nous interroger sur le fait qu'une personne puisse organiser le meurtre de millions de personnes et que la tendance ethnique, raciale, religieuse ou nationale de sa communauté soit de la soutenir.

L'autre leçon que nous devons tirer est d'éviter l'attribution d'une culpabilité collective et de comprendre que dans toute société, il existe des différences politiques sur la manière dont la société devrait être organisée. Cependant, la polarisation qui se nourrit de la haine, de l'incitation et de la négation des crimes passés, en particulier de la négation du génocide, n'est pas acceptable et doit être contrée, nous sommes ici pour la contrer.

L'une des raisons pour lesquelles je parle si fermement de la négation des génocides, c'est que nous savons que la négation des génocides constitue en fait une préparation à un autre génocide. Nous avons également appris qu'aucune société n'est exempte de risques et qu'aucun pays n'est à l'abri d'un génocide, surtout lorsque ces crimes ont eu lieu dans le passé.

Nous avons appris que nous devons être vigilants car le risque de récurrence d'un génocide est toujours présent. L'une des raisons pour lesquelles je parle si fermement de la négation des génocides, c'est que nous savons que la négation des génocides constitue en fait une préparation à un autre génocide.

Nous avons également appris qu'aucune société n'est exempte de risques et qu'aucun pays n'est à l'abri d'un génocide, surtout lorsque ces crimes ont eu lieu dans le passé.

En fin de compte, je dirais que la plus grande leçon à retenir est qu'il y a beaucoup de travail à faire pour parvenir à un consensus entre une masse critique de personnes partageant le même objectif, à savoir travailler à l'avènement d'un monde exempt de haine et de division, où les génocides n'auront plus lieu.

Nous devons souvent expliquer aux gens ce que les discours de haine peuvent faire, en termes de génocide, et je crains que le monde n'ait pas appris ses leçons et que le monde n'ait pas appris que les communautés peuvent vivre ensemble dans la paix et la dignité, parce que c'est vraiment le droit inhérent avec lequel nous sommes nés.

Vous avez parlé d'une "nouvelle approche pour prévenir les génocides", qui consiste à impliquer directement les communautés à la base. Comment cette méthode fonctionne-t-elle ?

Je considère qu'il est prioritaire de traduire, dans une perspective intergénérationnelle, le concept de prévention du génocide en tant que norme internationale, régionale et nationale en une réalité pratique mise en œuvre au niveau communautaire. De nombreuses recherches montrent que les génocides se produisent au sein des communautés locales et que les civils en sont la cible principale.

La prévention du génocide est encore largement comprise comme une approche qui devrait être adoptée dans une perspective nationale, régionale et internationale. Cependant, la prévention du génocide et des crimes d'atrocité doit devenir une réalité au niveau communautaire.

Nous avons commencé à le faire au niveau communautaire en ce qui concerne l'analyse des crimes d'atrocité - les communautés doivent être équipées pour comprendre ce qui leur arrive et pour réagir. Renforcer l'analyse et la réponse au niveau communautaire nous permet d'être adaptés au contexte et d'écouter davantage. Il est important que nous adaptions notre méthodologie d'analyse aux besoins des contextes spécifiques.

Les communautés vivant dans des situations où des facteurs de risque de génocide existent doivent être davantage écoutées, car elles savent parfois quelles actions de réponse peuvent être plus efficaces. Nous devons être en mesure de tenir compte de leurs connaissances et de soutenir les efforts sans perdre l'élan actuel de prévention du génocide aux niveaux national, régional et international.

C'est pourquoi nous développons dans le monde entier des initiatives locales de prévention des génocides en renforçant les capacités des organisations communautaires, par exemple en identifiant les processus politiques et de plaidoyer dans le domaine de la prévention des génocides et des autres crimes d'atrocité susceptibles d'avoir le plus d'impact au niveau communautaire, en créant un mouvement mondial de relations entre les praticiens locaux et les universitaires locaux pour lancer des recherches, en partageant les meilleures pratiques en matière de prévention des crimes d'atrocité et en soutenant l'utilisation des médias sociaux pour prévenir les crimes d'atrocité.

L'autre mandat de votre bureau concerne les discours de haine. Que décririez-vous comme un discours de haine et comment pouvons-nous le contrer ?

Il n'existe pas de définition commune du discours de haine, mais nous disposons de la définition des Nations unies contenue dans notre plan d'action contre le discours de haine. En général, nous recommandons aux gens d'adopter notre définition des Nations Unies et nous avons convaincu les entreprises de médias sociaux de l'adopter.

Nous disposons de normes juridiques internationales pour les formes de discours de haine qui constituent une incitation à la discrimination, à l'hostilité et à la violence, mais nous n'avons pas de définition juridique internationale du discours de haine. La caractérisation de ce qui est haineux est controversée et contestée.

Souvent, les gens parlent du discours de haine dans un contexte, par exemple aux États-Unis, où la liberté d'expression est si forte, il y a toujours une résistance à l'utilisation du terme discours de haine, parce qu'ils disent qu'il y a une ligne très mince entre la liberté de parole et la liberté d'expression.

Selon l'ONU, le discours de haine est tout type de communication par la parole, l'écrit ou le comportement qui attaque ou utilise un langage péjoratif ou discriminatoire à l'égard d'une personne ou d'un groupe en raison de ce qu'ils sont, sur la base de leur religion, de leur appartenance ethnique, de leur nationalité, de leur race, de leur couleur, de leur ascendance, de leur sexe ou d'autres formes d'identité.

Selon l'ONU, le discours de haine est tout type de communication par la parole, l'écrit ou le comportement qui attaque ou utilise un langage péjoratif ou discriminatoire à l'égard d'une personne ou d'un groupe en raison de ce qu'ils sont, sur la base de leur religion, de leur appartenance ethnique, de leur nationalité, de leur race, de leur couleur, de leur ascendance, de leur sexe ou d'autres formes d'identité.  Elle fournit des orientations à l'ensemble du système des Nations unies sur la manière de s'attaquer au discours de haine de manière holistique et nous avons le plan d'action des Nations Unies.

La stratégie et le plan d'action des Nations Unies comportent 13 engagements qui constituent une sorte de plan d'action pour contenir et traiter les discours de haine conformément aux normes internationales en matière de droits de l'homme.

Comment cela fonctionnerait-il en Afrique ?

Les 13 engagements sont vastes et variés. Pour les États membres d'Afrique, l'un des engagements les plus importants est le renforcement des partenariats avec les acteurs extérieurs, y compris les autres États membres. Il souligne vraiment la nécessité pour les Nations unies d'agir de concert avec d'autres parties prenantes pour enrayer ce phénomène.

Les entreprises de technologie et de médias sociaux ont également un rôle à jouer dans la lutte contre les discours de haine. Nous avons passé beaucoup de temps à rencontrer ces entreprises. Mon Bureau a l'habitude d'organiser des tables rondes pour discuter de ces questions.

Quelles sont les entreprises de technologie et de médias sociaux que vous impliquez dans la stratégie de l'ONU contre les discours de haine ?

En octobre, j'ai informé le Conseil de sécurité des Nations Unies sur le thème des entreprises de technologie et de médias sociaux et des discours de haine. J'ai invité des entreprises à participer à cette réunion, notamment Facebook, Google, Twitter, Tik Tok, Apple et YouTube. Nous continuons à les rencontrer périodiquement et à discuter de ce que nous pouvons faire de mieux pour contenir les discours haineux.

Nous disons à ces entreprises que les discours haineux ont proliféré en ligne et qu'elles ont amplifié ce phénomène. C'est cette conversation que nous avons portée devant le Conseil de sécurité des Nations Unies, nous l'avons rendue publique. Nous avons parlé de l'augmentation des discours haineux, en particulier de leur portée et de leur vitesse de propagation.

Nous avons remarqué que les groupes minoritaires, ou ceux qui sont perçus comme différents, continuent d'être les cibles et les victimes de discours haineux. Ils continuent d'être les boucs émissaires des difficultés rencontrées par les communautés ou les pays. Et nous avons vu que pendant la pandémie de COVID-19, il y avait une telle crise en termes de discours de haine contre les minorités.

Par le passé, les discours de haine ont contribué aux conflits et à la violence, et bien sûr aux génocides, notamment le génocide de 1994 contre les Tutsis au Rwanda. Le génocide de Srebrenica, a été caractérisé par la déshumanisation et des propos désobligeants dans les discours des dirigeants politiques, entre autres.

En Irak, la campagne lancée par Da'esh/ISIL contre des groupes minoritaires comme les Yazidis s'est accompagnée en grande partie de discours haineux et indique la commission probable d'un génocide.

Au Myanmar, des discours de haine ont été utilisés pour décrire les Rohingyas comme des sous-hommes.

Quel est votre message alors que le monde commémore les 28 ans du génocide contre les Tutsis au Rwanda ?

Lors de ma visite au Rwanda l'année dernière, j'ai rappelé aux Rwandais que leur pays avait une grande importance historique pour l'existence de mon mandat. Je me suis rendu au Rwanda depuis la Bosnie-Herzégovine, où s'est produit le génocide de Srebrenica.

Pour le Rwanda, Martin Luther King a dit que l'arc de l'univers moral est long, mais qu'il se courbe vers la justice. La justice doit continuer à être rendue. Les personnes qui ont perpétré le génocide doivent être traduites en justice.

C'est une bonne chose ce qui se passe, et pas seulement au Rwanda. Nous avons vu en Allemagne, l'année dernière, un certain nombre de personnes, souvent nonagénaires, passer en jugement. Une femme de 96 ans, secrétaire du commandant du camp de concentration d'Auschwitz, a été jugée pour complicité de meurtres dans le camp. Il y a même un homme de 100 ans qui aurait servi de gardien dans un camp de concentration nazi, et il a été jugé. Il est de notoriété publique que de nombreuses personnes inculpées sont toujours en liberté, et que certaines d'entre elles mènent une vie normale dans des États membres des Nations unies sans craindre d'être traduites en justice. Cette impunité porte atteinte à ce que mon Bureau représente.

En tant que Secrétaire général adjoint et Conseiller spécial pour la prévention du génocide auprès du Secrétaire général, il incombe à mon Bureau de se joindre à tous ceux qui cherchent à faire rendre des comptes aux auteurs de génocide et de crimes connexes, et de contribuer à dissuader fortement les auteurs potentiels de génocide.