Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Nouvelles initiatives de l'UA et de l'UNESCO en faveur de l'utilisation du kiswahili

Get monthly
e-newsletter

Nouvelles initiatives de l'UA et de l'UNESCO en faveur de l'utilisation du kiswahili

Quelle importance pour l'Afrique et le monde ?
Afrique Renouveau: 
6 Avril 2022
Un groupe de dirigeants africains à l'Assemblée de l'Union africaine en février 2022.
Commission de l'Union africaine
L'ouverture de la 35e session ordinaire de l'Assemblée de l'Union africaine le 5 février 2022 à Addis-Abeba, en Éthiopie. Lors de cette session, qui s'est tenue du 5 au 6 février 2022, la Conférence de l'Union a approuvé l'introduction du kiswahili comme langue de travail de l'Union africaine et langue de communication au sens large en Afrique.

La reprise des efforts pour que le kiswahili devienne une lingua franca en Afrique promet d'être bénéfique pour le continent et le monde. Cet effort devrait réduire la dépendance de l'Afrique à l'égard des langues étrangères dans les communications officielles, conduire à la reconnaissance et à la diffusion du kiswahili et promouvoir le panafricanisme. La campagne est toutefois confrontée à plusieurs défis.

Aujourd'hui, sur les 54 pays du continent, l'anglais est la langue officielle de 27 pays et le français celle de 21 pays - toutes deux sont des langues d'anciens colonisateurs. Leur utilisation continue attire des financements et d'autres avantages de ces pays.

Selon les experts, les supplanter pourrait créer des défis diplomatiques. Le professeur Obuchi Moseti, linguiste spécialiste du kiswahili à l'université Moi, note que ces langues étrangères sont bien établies et occupent une place stratégique dans la communication, la diplomatie et le commerce internationaux et mondiaux. Il ne sera pas facile de les remplacer par une langue vernaculaire africaine. La réussite, souligne-t-il, dépend de la bonne volonté politique. 

Le professeur Chege Githora, du Kenya, ajoute que l'anglais et d'autres langues étrangères, comme le français et le portugais, sont considérées comme des "langues de pouvoir".  

Le professeur James Michira, chargé de cours de kiswahili à l'université d'études étrangères de Hankuk, déclare : "Le kiswahili doit définir sa voie de manière convaincante si l'on veut obtenir de véritables résultats en transformant ce qui ressemble à un rêve en réalité."

Les langues maternelles représentent un autre défi. En Afrique du Nord, l'arabe est la langue dominante, tandis qu'en Afrique de l'Ouest, des langues comme l'igbo, le haoussa et le yoruba jouissent du statut de lingua franca. Selon Ethnologue, la langue yoruba compterait environ 50 millions de locuteurs natifs et environ deux millions de locuteurs de langue seconde.

Pour que le kiswahili soit accepté et se développe dans ces régions, des ressources adéquates et une bonne volonté politique - y compris des apports financiers et économiques - sont impératives pour garantir qu'il servira les gens aussi bien, sinon mieux, que les langues qu'ils parlent aujourd'hui.

Le kiswahili s'est développé en Afrique et au-delà. On estime qu'il y a plus de 200 millions de locuteurs de kiswahili dans le monde. En fait, le kiswahili est classé parmi les dix langues les plus parlées au monde.

Cette reconnaissance confère potentiellement au continent des avantages substantiels sur le plan éducatif, diplomatique, commercial, touristique, culturel, philosophique et politique. Pour que ces avantages se concrétisent, il faut que le kiswahili soit largement utilisé et maîtrisé. Par exemple, le kiswahili ne sera pas une langue viable pour le tourisme si les touristes ne le comprennent pas.

Les pays ne signeront pas de protocole d'accord ni de documents diplomatiques si seule une seule partie à un accord comprend le kiswahili. Si seuls quelques pays acceptent d'apprendre et d'enseigner le kiswahili aux gens, l'entreprise échouera.

L'UA a adopté le kiswahili comme langue de travail officielle en février.  Pour que le kiswahili se développe au niveau mondial, un effort commun est nécessaire. La reconnaissance doit être obtenue. Des actions de lobbying doivent être menées.

Il est recommandé que l'UA constitue un comité ou un organe spécial chargé de sensibiliser tous les pays à l'importance de faire du kiswahili la langue de l'Afrique pour l'Afrique. Le comité pourrait faire pression sur les pays africains pour qu'ils soutiennent l'idée et s'adresser aux parties prenantes, au-delà de l'Afrique, pour obtenir de la bonne volonté et des fonds pour les programmes de promotion du kiswahili. Il devrait également mener des recherches et élaborer des stratégies pour promouvoir le kiswahili et accroître sa popularité.

Pour que le kiswahili devienne une langue pour tous les Africains sur le continent africain, les ressources sont essentielles. L'Afrique est un vaste continent, et peu de personnes peuvent le traverser pour propager le kiswahili. Un financement adéquat pourrait toutefois soutenir la formation des enseignants en kiswahili et les méthodologies d'apprentissage d'une seconde langue sur tout le continent.

L'argent de la recherche pourrait permettre aux universitaires de formuler des recommandations sur la meilleure façon de promouvoir les vertus du kiswahili en tant que langue commune. Le soutien aux infrastructures pourrait aider à construire des salles de classe pour l'enseignement du kiswahili. Avec un financement suffisant, les bibliothèques pourraient être dotées de textes en kiswahili et de matériel pédagogique dans toute l'Afrique.

La motivation et les sacrifices seront également nécessaires. Les personnes habituées à leur propre langue devront adopter une toute nouvelle langue vernaculaire. Heureusement, l'histoire fournit un précédent. Lors d'autres campagnes linguistiques dans le passé, des conférences ont été organisées dans toute l'Afrique pour enseigner et récompenser les étudiants qui avaient appris et atteint certains niveaux de compétence dans une langue.  Ce modèle éprouvé pourrait être mis en œuvre pour le kiswahili.

Des concours d'écriture avec des récompenses attrayantes pourraient être proposés aux gens pour les motiver à apprendre à la fois la linguistique et la littérature du kiswahili.

En outre, les politiques linguistiques de l'ensemble de l'Afrique doivent être actualisées et formulées de manière à prendre en compte le kiswahili, soit en tant que matière obligatoire à l'école, soit en tant que langue à apprendre dans l'enseignement formel.

D'autres réglementations de l'UA et des Nations Unies pourraient renforcer l'effort global. Par exemple, les personnes entrant en Afrique pour un investissement à long terme ou à des fins éducatives pourraient être tenues d'étudier et de maîtriser le kiswahili dans un délai déterminé.

Il pourrait également être exigé que toute personne s'adressant aux réunions de l'UA ait une connaissance pratique du kiswahili, même si elle ne le maîtrise pas à 100%.

Certains pays devraient suivre le mouvement, comme le Kenya et la Tanzanie, pays d'Afrique de l'Est. Ils ont élaboré des politiques déclarant le kiswahili langue nationale, ce qui l'a rendu populaire auprès de sa population et a renforcé son importance.

Les partisans doivent rester conscients et sensibles aux autres langues africaines. L'Afrique est multiculturelle et la plupart des Africains sont nés potentiellement multilingues. Une insistance excessive sur les règles pourrait être contre-productive. Une certaine souplesse est conseillée.  Il faut permettre aux terminologies et aux mots des langues locales de s'infiltrer, donnant ainsi aux habitants un sentiment d'appartenance et de propriété de la langue.

De cette manière, beaucoup utiliseront le kiswahili sans qu'on leur rappelle ou qu'on les soupçonne d'être "colonisés". C'est un sentiment exprimé une fois par les Ougandais, qui ont dit qu'ils avaient l'impression d'être "colonisés à nouveau" par les Kényans chaque fois qu'ils parlaient le kiswahili.

Ce mouvement en faveur d'une langue panafricaine n'est pas nouveau. Julius Nyerere, premier président de la Tanzanie, a souligné la nécessité d'avoir le kiswahili comme langue panafricaine. Cette langue a permis d'unifier les Tanzaniens selon la philosophie de l'Ujamaa.

L'effort actuel pour faire du kiswahili la langue commune du continent a un potentiel important pour faire le bien. Son succès dépend de la capacité de ses promoteurs à être parfaitement conscients de la myriade de défis à relever, à rester sensibles aux divers groupes d'intérêt et à exécuter leurs plans de manière efficace.

Comme le fait remarquer le Dr Amatsibi Misigo, président de la Commission nationale kenyane pour l'UNESCO, la reconnaissance du kiswahili par l'UA et l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) est un pas dans la bonne direction,

More from this author