Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

La vice-présidente du Liberia salue le rôle des femmes dans l'atténuation de l'impact du changement climatique

Get monthly
e-newsletter

La vice-présidente du Liberia salue le rôle des femmes dans l'atténuation de l'impact du changement climatique

Selon le Dr Jewel Howard Taylor, les femmes sont indispensables à la réalisation d'une Afrique pacifique et durable, résiliente au changement climatique.
Afrique Renouveau: 
28 Mars 2022
Par: 
Jewel Taylor, vice-présidente du Liberia.
Jewel Howard Taylor
Le vice-président du Liberia, le Dr Jewel Howard Taylor.

La vice-présidente du Liberia, le Dr Jewel Howard Taylor, a appelé les dirigeants africains à reconnaître le rôle essentiel des femmes dans l'atténuation de l'impact du changement climatique et dans la construction d'une Afrique pacifique et durable, résiliente au changement climatique. 

"Tant que le monde ne parviendra pas à une véritable égalité entre les sexes, les femmes resteront les plus touchées à tous les niveaux... incapables d'utiliser leur force collective pour aider à résoudre des problèmes tels que le changement climatique et la paix dans le monde", a déclaré le Dr Taylor dans son discours liminaire. 
 
La vice-présidente s'exprimait lors d'un événement de haut niveau en marge de la 66e session de la Commission de la condition de la femme, qui s'est tenue à New York en mars 2022. Cet événement était organisé par le Réseau des femmes africaines dirigeantes (AWLN), en collaboration avec le Groupe des amis de l'AWLN New York, coprésidé par l'Allemagne et l'Afrique du Sud, ainsi que par ONU Femmes et l'Institut international de la paix (IIP). 
 
L'événement parallèle hybride s'est tenu au Nelson Mandela Hall de la Mission permanente d'observation de l'Union africaine (UA) auprès des Nations unies à New York.  
 
Il avait pour thème : Le leadership des femmes dans l'atténuation de l'impact du changement climatique et la construction d'une Afrique pacifique et durable, résiliente au climat, les discussions ont porté sur le lien entre le changement climatique, l'égalité et l'autonomisation des femmes. L'égalité des sexes et les moyens de subsistance des familles des femmes sont inextricablement liés à l'environnement et au changement climatique. 
 
Des progrès ont été réalisés sur le continent, puisque davantage de femmes occupent des postes de décision clés et dirigent des ministères stratégiques tels que la défense et l'agriculture. Cependant, de nombreux pays n'ont pas encore atteint l'engagement minimum de 30% (Conférence mondiale sur les femmes de Mexico, 1975) pour la représentation des femmes, comme l'a déclaré le Dr Taylor. 
 
S'il est essentiel de continuer à plaider en faveur d'une plus grande représentation, plusieurs intervenants ont souligné la nécessité pour les femmes dirigeantes de tirer parti de leur position pour l'adoption de politiques tenant compte de la dimension de genre.   
 
Les ministres de l'Angola, du Tchad, du Congo Brazzaville, de la Guinée, du Mali, du Maroc, du Niger, du Nigeria, du Sénégal, de la Tanzanie, du Togo, de l'Ouganda et de l'Afrique du Sud étaient présents et ont lancé l'appel à l'intégration de l'égalité des sexes pour atténuer l'impact du changement climatique en Afrique.
 
Les représentants permanents de l'Allemagne, de l'Afrique du Sud et de Nauru, ainsi que l'envoyée spéciale de l'UA pour les femmes, la paix et la sécurité, Mme Bineta Diop, les pionniers de l'AWLN, la société civile et les jeunes leaders ont également participé à l'événement. 
 
La directrice exécutive d'ONU Femmes, Mme Sima Bahous, a déclaré qu'il était nécessaire d'intégrer la perspective de genre dans les politiques et programmes climatiques et autres.
 
"Le développement durable et la paix sont indissociables", a déclaré Mme Bahous, ajoutant que les femmes africaines avaient un rôle essentiel à jouer pour porter le développement durable, le changement climatique et l'égalité des sexes sur la scène mondiale. 
 
Alors que l'Afrique dispose de suffisamment de ressources naturelles pour nourrir l'ensemble du continent, les effets du changement climatique et de la dégradation de l'environnement ont un impact sur la sécurité alimentaire. Les femmes, en particulier celles des zones rurales, sont particulièrement touchées par le changement climatique en raison de leur forte dépendance à l'égard de l'environnement pour leurs moyens de subsistance.   
 
Le leadership des femmes
 
Les femmes, comme la regrettée Prof. Wangari Maathai, et le nombre croissant de jeunes activistes, ont pris la tête des réponses au changement climatique en Afrique. Cependant, la directrice exécutive d'ONU Femmes a déclaré que les contributions des femmes étaient souvent "insuffisamment soutenues, insuffisamment financées, insuffisamment valorisées et insuffisamment reconnues".   
 
Mme Antonette Ncube, une jeune activiste climatique du Botswana, a réitéré la nécessité de repenser l'équilibre entre "consultation" et "activisme" afin d'accroître le soutien aux efforts des femmes.  
 
Le type et la nature du soutien doivent être clairement définis, et le leadership redéfini du point de vue des femmes rurales.  Ces mesures contribueront à éliminer les obstacles à l'accès des femmes aux services et aux ressources nécessaires à la production alimentaire et végétale.  
 
Priorité au changement climatique
 
Alors que le discours mondial sur le changement climatique met l'accent sur la réduction des émissions, Mme Jane Dorothy Anika, une jeune experte en climatologie du Kenya, a souligné la nécessité pour le récit de l'Afrique de se concentrer sur l'atténuation et l'adaptation afin de refléter les réalités de la situation sur le continent.  
 
L'Afrique représente environ 4 % des émissions mondiales, mais neuf des dix pays les plus vulnérables au changement climatique se trouvent en Afrique subsaharienne, a fait remarquer Josefa Leonel Correia Sacko, commissaire de l'Union africaine chargée du développement rural, de l'économie bleue et de l'environnement durable.  
 
Ainsi, plutôt que de "démoraliser les femmes qui cuisinent avec du bois de chauffage", il convient de se concentrer sur les effets de l'utilisation du bois de chauffage sur leur santé, selon Mme Chido Mpemba, envoyée spéciale de l'UA pour la jeunesse.   
 
Les négociations mondiales sur le climat, COP 27, qui se tiendront en Égypte dans le courant de l'année, fourniront une plateforme pour impliquer les points focaux nationaux sur le genre et le changement climatique et, une fois de plus, souligner l'importance de l'implication des femmes dans l'innovation de solutions pour atténuer l'impact du changement climatique.   
 
Participation des jeunes
 
L'Afrique compte une énorme population de jeunes qui doivent être mis en mesure de jouer un rôle clé dans la protection de l'environnement afin d'assurer leur avenir. L'intégration de la gouvernance climatique et de l'agriculture durable dans les programmes scolaires permettrait d'apprendre aux plus jeunes à adopter des habitudes respectueuses de l'environnement dès leur plus jeune âge.  
 
Les ministres du Maroc et du Nigeria ont souligné la nécessité de tirer parti de la technologie pour atteindre les jeunes, dont beaucoup sont présents sur les médias sociaux.  Il est essentiel d'intégrer les efforts actuels des jeunes en matière de lutte contre le changement climatique (blogs actifs et développement de courts documentaires).  
 
Politiques
 
La volonté politique au plus haut niveau devrait être l'occasion de relancer le dialogue sur la manière de faire face au changement climatique et de promouvoir le leadership des femmes.  
 
En outre, un nombre croissant de pays ont signé des protocoles régionaux et internationaux et ont élaboré des politiques et des programmes nationaux pour faire face au changement climatique.

Plusieurs pays d'Afrique - actuellement 35 - ont nommé des points focaux nationaux sur le genre et le changement climatique, et certains - l'Ouganda, le Kenya et le Zimbabwe - ont adopté des lois spécifiques sur le changement climatique.  

Pour faire face à la complexité du changement climatique et à son impact à grande échelle, il faut une réponse qui intègre les perceptions et les contributions uniques et inestimables des femmes à tous les niveaux.  

L'action climatique est nécessaire "maintenant", car la crise du changement climatique met en péril la réalisation de l'Agenda 2063 de l'Afrique et la réalisation des ODD. Il est nécessaire de donner la priorité à l'égalité des sexes.