Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Jeune & Sud-africain, il est spécialiste des Steinways

Get monthly
e-newsletter

Jeune & Sud-africain, il est spécialiste des Steinways

Tshepiso Ledwaba, 31 ans, a été formé au très respecté Oberlin College and Conservatory de l'Ohio.
Afrique Renouveau: 
31 Mars 2022
Tshepiso Ledwaba
Tshepiso Ledwaba - Technicien certifié Steinway.

Depuis 170 ans, Steinway, la société de pianos germano-américaine, fabrique les plus grands pianos du monde, mais aucun technicien noir africain n'a jamais reçu la certification tant convoitée - jusqu'à présent.

Le professeur Karendra Devroop. Il a découvert M. Ledwaba. Crédit photo : Fondation de la musique de l'Université d'Afrique du Sud.

En décembre 2019, Steinway a certifié le Sud-Africain Tshepiso Ledwaba, 31 ans, après des années de formation au très respecté Oberlin College and Conservatory de l'Ohio, où il a perfectionné ses capacités d'écoute et d'accord. Le collège collabore avec Steinway dans le cadre d'un processus de certification qui comprend des recommandations d'Oberlin ainsi que des examens passés par les étudiants dans une usine Steinway.

M. Ledwaba est le premier Africain noir à recevoir ce certificat, a confirmé Steinway International à Afrique Renouveau.

"Les Steinway sont des pianos fabriqués à la main, ce qui signifie que chaque piano est passé par le travail manuel d'artisans qualifiés", explique M. Ledwaba.

"Les Steinway sont à la musique ce que les BMW haut de gamme sont aux voitures", souligne le professeur Karendra Devroop, qui se produit sur le circuit musical mondial et qui est le mentor de M. Ledwaba.

Les pianos Steinway sont des pianos haut de gamme, et chacun peut coûter jusqu'à 200 000 dollars. Réputés pour être assez capricieux, leurs structures en bois et en métal nécessitent une manipulation délicate. Ils sont sensibles aux conditions climatiques et risquent d'être endommagés par temps très chaud ou très froid.

Un moment fort

La certification a été un moment fort pour M. Ledwaba. "C'est un sentiment surréaliste", dit-il à Afrique Renouveau.

L'affection de M. Ledwaba pour la technique du piano et la certification qui s'en est suivie sont le fruit d'un pur hasard. 

Il a grandi à Soshanguve, un township pauvre de Pretoria. Après avoir terminé ses études secondaires, il a commencé à chanter lors de spectacles musicaux dans les communautés pauvres.

Le professeur Devroop, qui est également directeur de la fondation musicale de l'Université d'Afrique du Sud (UNISA), a rencontré M. Ledwabain en 2004 lors d'un événement musical. L'organisation travaille dans les communautés pauvres d'Afrique du Sud pour développer la musique et les spectacles.

Il a été attiré par le talent de chanteur de M. Ledwaba, déclarant : "C'est un chanteur phénoménal, un vocaliste merveilleux ; il a commencé comme musicien classique et africain."

Plus tard, M. Ledwaba a commencé à jouer de la clarinette et un peu de jazz à la contrebasse, tout en suivant une formation avec la fondation sur la façon de mettre en œuvre des projets de sensibilisation de la communauté.

En 2010, l'UNISA a offert à M. Ledwaba un contrat pour enseigner des instruments de musique aux enfants. L'expérience de l'enseignement lui a fait réaliser qu'il y avait peu de bons techniciens pour réparer les dizaines de milliers d'instruments du secteur informel de la musique en Afrique du Sud.

"J'ai dû apprendre par moi-même à remplacer un ressort qui s'était égaré", se souvient-il, ajoutant : "C'était un moment d'illumination pour moi. J'ai réalisé que nous avions besoin de plus de techniciens de la musique classique de couleur."

Il a demandé au professeur Devroop de faire en sorte que l'UNISA dispense une formation interne sur la réparation des instruments de musique.

En 2016, le directeur du diplôme d'artiste en technologie du piano d'Oberlin, John Cavanaugh, s'est rendu en Afrique du Sud pour affiner les pianos lors du concours international de piano de cette année-là. Il a demandé à son ami le Prof. Devroop de recommander son meilleur étudiant pour une formation de technicien de piano Steinway avec une bourse complète.

Le professeur Devroop a immédiatement saisi l'occasion de recommander M. Ledwaba. "J'ai senti qu'il ferait l'affaire. Il est très doué pour le piano et très habile de ses mains, ce qui est unique lorsqu'on travaille avec des pianos", explique le professeur Devroop.

L'objectif global était que M. Ledwaba, à son retour des États-Unis, forme d'autres techniciens noirs du piano en Afrique du Sud.

"L'opportunité [de suivre une formation à Oberlin] m'a beaucoup plu", se souvient M. Ledwaba. "Si nous avons un technicien qualifié en interne, cela permettrait à l'UNISA d'économiser beaucoup d'argent, argent qu'elle pourrait ensuite investir dans davantage de communautés."

En octobre 2020, l'organisation a créé le centre de réparation de pianos de l'UNISA, dont M. Ledwaba est le technicien en chef.

Pénurie de techniciens de piano noirs

En général, les techniciens de piano noirs sont difficiles à trouver dans les pays d'Afrique, y compris en Afrique du Sud. "C'est une compétence qui fait cruellement défaut dans notre pays et dans toute l'Afrique - de bons techniciens de piano de haut niveau", déplore le professeur Devroop.

Entre autres facteurs, il attribue la rareté des techniciens du piano en Afrique du Sud au système de l'apartheid, qui n'offrait pas d'opportunités aux techniciens du piano noirs.

M. Ledwaba explique encore : "Les techniciens disponibles, pour la plupart blancs, ont acquis leurs connaissances en matière de piano sous la tutelle de leurs parents, oncles, etc. Ils conservent les compétences au sein de leur famille". Il pense que la situation s'améliorera régulièrement dans les années à venir.

Il y a des milliers de chorales africaines en Afrique du Sud, et un piano accompagne chaque chorale, explique le professeur Devroop, ce qui signifie qu'il y a un énorme besoin de plus de techniciens pour que "les gens qui font de la musique puissent avoir de bons pianos."

"Nous avons besoin de techniciens en instruments pour aider les enfants pauvres et les instruments de musique des townships, afin d'éviter de dépenser de l'argent pour envoyer des instruments à des entreprises coûteuses qui facturent des frais élevés", ajoute M. Ledwaba.

Le professeur Devroop est convaincu qu'il y aura d'autres Ledwaba à l'avenir. "Je suis toujours un professeur dans l'âme", s'enthousiasme M. Ledwaba, certifié Steinway.