Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Nigeria : Le déploiement du vaccin COVID-19 démarre dans le pays le plus peuplé d'Afrique

Get monthly
e-newsletter

Nigeria : Le déploiement du vaccin COVID-19 démarre dans le pays le plus peuplé d'Afrique

Le premier lot de vaccins COVAX est arrivé en mars. Le pays vise à vacciner 70 % des 200 millions de personnes d'ici 2022.
Afrique Renouveau: 
6 Avril 2021
Le président nigérian Muhammadu Buhari reçoit une dose de vaccin COVID-19 à Abuja, au Nigeria.
@MuhammaduBuhari sur Twitter.com
Le président nigérian Muhammadu Buhari reçoit une dose de vaccin COVID-19 à Abuja, au Nigeria.

Depuis le début de la vaccination contre la COVID-19 aux États-Unis à la mi-décembre 2020, l'Afrique attendait son tour avec impatience. Pour le Nigeria, ce moment est arrivé le 2 mars 2021, lorsque le premier lot de 3,9 millions de doses du vaccin COVID-19 d'AstraZeneca est arrivé dans le pays en provenance du Serum Institute of India.

Cette livraison fait partie d'une première phase d'arrivées au Nigeria qui se poursuivra dans les jours et semaines à venir. Elle s'inscrit dans le cadre de l'accord sur les installations COVAX, qui est mené par GAVI et l'Organisation mondiale de la santé (OMS), afin de garantir une distribution juste et équitable à tous les pays. Il s'agit d'une étape importante vers une distribution équitable des vaccins COVID-19 dans le monde.

Au total, le Nigeria attend 84 millions de doses de vaccins COVID-19 de la part d'AstraZeneca et de Johnson & Johnson. Cela devrait couvrir environ 20 % des 200 millions d'habitants du pays.  Le vaccin d'AstraZeneca nécessite deux doses par personne.

Le ministre nigérian de la santé, le Dr Osagie Ehanire, indique que, grâce aux accords conclus avec la Banque africaine d'import-export (Afrexim Bank), environ 80 à 85 millions de doses de vaccins sont garanties pour le pays.

Le gouvernement mobilise également le secteur privé pour soutenir l'achat de vaccins. Le mois dernier, le géant des télécommunications MTN a livré 300 000 doses et d'autres grandes entreprises devraient suivre l'exemple de MTN. Pour garantir la qualité des vaccins, ces entreprises sont encouragées à acheminer les dons de vaccins par l'intermédiaire d'Afrexim Bank.

Les fabricants pharmaceutiques locaux pourraient être en mesure de produire un vaccin COVID-19 d'ici un an, selon Boss Mustapha, président du groupe de travail présidentiel sur le COVID-19, l'agence de coordination de la réponse pandémique du pays. En conséquence, le gouvernement mobilise un soutien financier et logistique à leur intention.

Une couverture de 70 % de 200 millions de personnes d'ici 2022

L'objectif est de disposer de suffisamment de vaccins pour 70 % des 200 millions de Nigérians d'ici 2022, ajoute M. Mustapha, qui est également secrétaire du gouvernement de la Fédération.

M. Mustapha a cherché à dissiper les craintes concernant la capacité du Nigeria à gérer une campagne de vaccination, en soulignant la longue expérience du pays en matière de programmes de vaccination de masse, notamment contre la polio.

L'hésitation à se faire vacciner est cependant forte parmi les Nigérians, selon un sondage réalisé par l'Agence nationale de développement des soins de santé primaires, qui a montré que seulement 50 % de la population souhaitait se faire vacciner.

Malgré les assurances répétées du gouvernement, de nombreux citoyens pensent encore que les vaccins ont des effets secondaires à long terme.

Combattre l'hésitation

Pour dissiper ces sentiments et prouver son innocuité, le président Muhammadu Buhari et le vice-président Yemi Osinbajo ont vu leur vaccination télévisée en direct.

"J'ai reçu mon premier vaccin et je souhaite recommander à tous les Nigérians éligibles de faire de même afin que nous puissions être protégés du virus", a déclaré M. Buhari, quelques instants après avoir reçu sa première dose.

En raison du manque de fiabilité de l'alimentation électrique dans le pays et de la nécessité pour les principaux vaccins de disposer de congélateurs ultra-froids, le vaccin d'AstraZeneca, qui nécessite une température plus élevée, semble avoir une longueur d'avance sur ses concurrents.  

"Tout ce que nous attendons de l'usine COVAX sera de la variété AstraZeneca, explique le Dr Ehanire à Afrique Renouveau. Elle a une bonne capacité de stockage pour nous, car elle n'utilise qu'une réfrigération de plus 2° degrés centigrades à plus 8° degrés centigrades. Il ne s'accompagne pas d'une nouvelle complication."

La capacité de l'administration locale à gérer la vaccination est encore plus importante. La distribution aux différents États du pays a commencé 24 heures après l'arrivée des vaccins dans le pays. Avant l'arrivée, le gouvernement central avait prévu l'accès aux vaccins, les États remplissant de manière satisfaisante les conditions pour les garder sûrs et puissants.

"Nous n'enverrons pas de vaccins aux États qui n'auront pas rempli tous les critères garantissant leur sécurité", déclare le Dr Faisal Shuaib, directeur exécutif de la National Primary Healthcare Development Agency. 

Le gouvernement central a nommé des responsables des vaccins dans les États et les zones de gouvernement local afin de surveiller étroitement leur gestion et leur utilisation. Ces agents doivent également s'assurer de la récupération des flacons de vaccins pour une élimination appropriée.

Les différents États ne sont pas censés remettre les vaccins à leurs autorités locales s'ils ne remplissent pas les critères minimaux pour le bon déroulement des campagnes, tels que la formation, les capacités de stockage au froid, la disponibilité d'outils de collecte de données, de transport et de logistique pour les travailleurs de la santé, la sécurité adéquate des vaccins, entre autres. 

Enregistrement numérique

M. Shuaib explique à Afrique Renouveau que le Nigeria procède actuellement à l'enregistrement électronique des personnes à vacciner afin de garantir une planification efficace et ordonnée de la date et de l'heure de la vaccination. C'est la première fois que le Nigeria procède à un enregistrement préalable des personnes à vacciner.

Toutes les personnes âgées de 18 ans et plus peuvent s'inscrire à la vaccination via un portail d'enregistrement électronique. Le pays s'appuie sur les médias pour promouvoir cet enregistrement électronique dans le cadre d'un programme de gestion électronique des données de vaccination. 

La vaccination est ensuite effectuée par phases, selon des classifications prédéterminées, précise M. Shuaib. Les agents de santé de première ligne sont prioritaires pour le vaccin afin qu'ils puissent s'occuper des autres en toute sécurité.

L'agence de soins de santé primaires utilise sa base de données électronique pour suivre les personnes qui ont reçu la première dose afin de savoir quand elles doivent recevoir leur deuxième dose.

"Nous saisissons la date de la première dose et celle à laquelle ils prennent la seconde. Nous avons leurs noms et leurs adresses dans la base de données", confirme M. Shuaib à Afrique Renouveau.

Pendant ce temps, le taux d'infection par la COVID-19 inquiète les autorités. Au cours de la troisième semaine de mars, le CDC nigérian a signalé plus de 162 000 cas confirmés et environ 2 000 décès.

Thèmes: