Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Le Tchad à l'ONU : déterminé à faire entendre les voix africaines dans les forums internationaux

Get monthly
e-newsletter

Le Tchad à l'ONU : déterminé à faire entendre les voix africaines dans les forums internationaux

- L’Ambassadrice Ammo Aziza Baroud est la représentante permanente du Tchad auprès des Nations unies à New York. Elle nous parle de ses priorités et de l'importance de l'autonomisation des femmes.
Franck Kuwonu
Afrique Renouveau: 
7 Avril 2021
Ambassadrice Ammo Aziza Baroud
ONU Genève
Ambassadrice Ammo Aziza Baroud

L'Ambassadrice Ammo Aziza Baroud du Tchad est l'une des rares représentantes permanentes africaines de leur pays auprès de l'ONU à New York. Dans le cadre de la série Afrique Renouveau qui présente les femmes africaines représentant leur pays au siège de l'ONU, elle s'est entretenue avec Franck Kuwonu sur ses priorités, les défis à relever jusqu'à présent et l'essentiel de l'autonomisation des femmes.

Pouvez-vous nous parler un peu de vous ?

Merci beaucoup pour cette opportunité. Je m'appelle Ammo Aziza Baroud, je viens du Tchad et je suis mère de quatre enfants et grand-mère de quatre enfants, avec un cinquième en route. Il est important pour moi de le mentionner car, d'où je viens, être mère et grand-mère est valorisé. Cela contribue également à renforcer la cohésion sociale. Dans nos sociétés, être mère et grand-mère implique des années d'expérience et d'empathie. En outre, les gens l'associent à l'impartialité et à l'engagement.

Où travailliez-vous avant cette affectation ?

J'étais l'ambassadrice de mon pays auprès des États du Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) et de l'Union européenne (UE) à Bruxelles, en Belgique. C'était un poste très exigeant car il s'agissait d'une station multilatérale, un endroit où les interventions en Afrique étaient importantes. J'ai beaucoup travaillé. J'ai été très impliquée dans le renouvellement de l'accord de Cotonou entre les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et l'UE en tant que présidente du Comité des ambassadeurs. C'était un travail considérable. L'accord de Cotonou est un traité entre l'UE et le groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (pays ACP), signé en juin 2000 dans la ville béninoise de Cotonou. Le traité, qui a été révisé au fil des ans, vise à réduire la pauvreté par la coopération au développement, la coopération économique et commerciale et la dimension politique de l'accord, tout en contribuant au développement durable].

L'affectation à Bruxelles était-elle votre premier emploi diplomatique ? Et avant cela ?

Oui, c'était mon premier poste diplomatique. Avant la diplomatie, j'ai fait beaucoup de choses différentes.

Tout d'abord, je n'ai jamais voulu être fonctionnaire, car je voulais mon indépendance. Je pensais que si ma carrière n'était pas à la merci d'un bureaucrate, je pourrais être efficace où je veux et comme je veux. La deuxième chose, c'est qu'en tant que femme, je voulais être indépendante financièrement.

Ainsi, jusqu'au niveau universitaire, la plupart de mes études se sont déroulées à l'étranger et, une fois rentrée au pays, il était important que je me fasse une place. Avant de commencer à faire du volontariat avec des ONG, j'étais plutôt une travailleuse indépendante, car j'avais besoin de mieux me familiariser avec mon pays. Le volontariat m'a permis d'observer, d'écouter et de comprendre les choses. Plus tard, j'ai travaillé pour le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en tant que responsable de programme, en m'occupant des urgences, des droits de l'homme et du développement rural. C'était énorme.

Maintenant que vous représentez le Tchad aux Nations unies, quel est, selon vous, le plus grand défi à relever ?

Le défi le plus important est de s'assurer que l'Afrique, et pas seulement le Tchad, puisse peser sur un certain nombre de questions et de résolutions discutées à l'ONU. Il y a des sujets qui sont discutés directement à un certain niveau et puis il y a ceux qui sont des sortes d'échanges informels dans des petits groupes d'abord, parfois même entre amis avant d'être introduits petit à petit à des niveaux plus élevés. Mon rêve est de faire en sorte que nos voix, et celles de personnes comme moi ou qui pensent comme moi, puissent faire pleinement partie du processus. C'est mon plus grand défi.

Puisque vous parlez de vouloir que l'Afrique pèse beaucoup plus dans les grandes décisions, quelles seraient alors vos trois priorités pour l'année ?

La première serait le déploiement de la vaccination COVID-19, puis la réouverture des écoles.

La troisième priorité pour moi serait, alors que le Secrétaire général des Nations Unies poursuit ses réformes, que les femmes soient placées au centre. Les débats autour des questions féminines doivent nous amener à écouter les femmes, au lieu de leur imposer des solutions. Cela demande beaucoup de travail, de lobbying et de construction d'alliances.

Il faut qu'il y ait davantage de représentantes permanentes africaines de leur pays auprès des Nations unies, au lieu des 4 ou 5 actuelles. Cela exige qu'au moins 30 femmes représentent les 54 États africains, mais c'est un combat pour un autre jour. Au fait, puis-je lancer un appel ?

Bien sûr ! Allez-y, je vous en prie.

Je voudrais demander au président de la Commission de l'Union africaine (CUA), Moussa Faki Mahamat, et au président en exercice de l'UA, Felix Tshisekedi, de demander à leur tour aux chefs d'État et de gouvernement africains d'envoyer beaucoup plus de femmes représentantes permanentes ici à New York, car nos pays passent à côté de beaucoup de choses en n'affectant pas de femmes à ces postes. Je ne remets pas en question la valeur, la qualité et la contribution des hommes, je parle simplement de ce que nous ratons et de ce que nous perdons parce qu'il n'y a pas beaucoup de femmes à ces postes.

Ces préoccupations sont-elles partagées par le reste de vos collègues féminines ?

J'en ai parlé avec elles, et elles sont au courant.

Et vous envisagez de créer un groupe pour faire avancer ce projet ?

J'y pense. J'ai déjà commencé, et je vais continuer à faire ce plaidoyer.

Comme nous l'avons mentionné, parmi les pays africains, seuls l'Angola, le Tchad, l'Érythrée, le Rwanda et l'Afrique du Sud ont des femmes comme représentantes permanentes de leur pays. Madagascar a également une femme en tant que Chargée d'affaires par intérim. Comment expliquez-vous le fait qu'il y ait si peu de représentantes permanentes africaines auprès des Nations Unies ?

Ce fut l'une de mes plus grandes surprises en arrivant ici. Le jour de mon arrivée à New York, j'ai parlé avec l'observatrice permanente de l'UA auprès de l'ONU, l'ambassadrice Fatima Kyari Mohammed.

Je lui ai demandé : "Au fait, pouvez-vous me dire combien il y a de représentantes africaines, et s'il existe un groupe de représentantes africaines, car j'ai des idées que j'aimerais partager avec elles ?  Je voulais aussi me présenter à eux.

Mme Mohammed m'a dit : pour l'instant il y a vous et moi. Pourquoi ? me suis-je demandé. Elle m'a dit que deux autres représentantes étaient en congé et qu'elles retourneraient bientôt à New York, puis que la troisième venait d'être nommée et qu'elle nous rejoindrait bientôt. Cela signifie donc que nous sommes quatre représentantes à ce moment-là, et que la cinquième représente l'UA. Ce fut un tel choc.

Et depuis lors, la situation n'a pas beaucoup changé ?

Je suis arrivée il y a trois mois, et je ne sais pas ce qui va se passer à l'avenir.

Si vous aviez un message à transmettre aux jeunes et aux femmes d'Afrique aujourd'hui, quel serait-il ?

Nous parlons des droits des femmes, de l'autonomisation des femmes, de la violence à l'égard des femmes, et aussi des femmes dans la consolidation de la paix. Tout cela, pour moi, signifie deux choses.

Les femmes sont au centre de tout cela. Une femme africaine, dès qu'elle a un revenu, elle nourrit ses enfants, les voisins, et la personne qui passe par là et qui n'a pas de nourriture. Dès qu'elle peut faire cela, sa cour commence à se remplir. Dès que sa cour se remplit, son nom commence à circuler, sa voix est entendue et on commence à l'écouter. Elle peut maintenant influencer et commencer à changer et à renverser les choses.

Donc, ne perdons pas de vue que la chose la plus essentielle est l'indépendance, l'indépendance financière. Lorsque nous parlons d'indépendance financière, nous ne devons pas penser uniquement à un compte bancaire. Il peut s'agir d'un lopin de terre, avec deux ou trois aides et une vache qui lui permettent d'être productive et lui donnent son indépendance.  Mon message est donc de ne jamais perdre cela de vue.