Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

'Notre objectif est de vacciner rapidement 800 millions d'Africains'

Get monthly
e-newsletter

'Notre objectif est de vacciner rapidement 800 millions d'Africains'

—Benedict Okey Oramah, président d'Afreximbank et président du conseil d'administration du Fonds d'intervention de l'UA pour la COVID-19.
Kingsley Ighobor
Afrique Renouveau: 
11 Août 2021
Benedict Okey Oramah, président d'Afreximbank et président du conseil d'administration du Fonds d'in
Benedict Okey Oramah, président d'Afreximbank et président du conseil d'administration du Fonds d'intervention de l'UA pour la COVID-19.

Le professeur Benedict Oramah porte de nombreuses casquettes. Il est président de la Banque africaine d'import-export (Afreximbank), président du conseil d'administration du Fonds d'intervention de l'UA pour la COVID-19 et membre de l'African Vaccine Acquisition Task Team (AVAT), une initiative de la Commission de l'UA et de ses partenaires visant à permettre aux Africains d'accéder aux vaccins COVID-19. Avec en toile de fond le début de la distribution de 400 millions de vaccins aux pays africains, Kingsley Ighobor d'Afrique Renouveau a interviewé le professeur Okey Oramah sur les besoins de vaccination de l'Afrique et les défis de l'approvisionnement, ainsi que sur la réalisation de l'objectif de fabrication de produits pharmaceutiques sur le continent. En voici des extraits : 

 

Alors que l'Afrique lutte contre la pandémie de COVID-19, quel rôle un programme de vaccination réussi jouera-t-il dans la reprise ? 
 
La panacée pour la reprise économique est la vaccination. Vous ne pouvez pas parler de relance sans vacciner nos populations. Quelle que soit la politique ou le dispositif que vous mettez en place, si vous ne vous occupez pas de ce problème fondamental, tout cela ne servira à rien, car vous pouvez donner un dispositif à un pays aujourd'hui, et demain il bloque l'économie. Notre conseil d'administration [Afreximbank] a déjà approuvé une facilité de 2 milliards de dollars qui a permis à l'African Vaccine Acquisition Task Team [AVATT], par le biais de l'African Vaccine Acquisition Trust, d'acquérir 400 millions de doses de vaccins Johnson & Johnson. 
 
Comme vous le savez, même aujourd'hui, vous ne pouvez pas parler aux fabricants de vaccins sans argent derrière vous. Ce que nous avons fait, en tant qu'Afreximbank, c'est de permettre aux membres de l'UA de se procurer les vaccins par le biais de l'AVATT. Nous pensons que ces vaccins seront livrés dès cette semaine. 
 
Oui, une vaccination réussie déclenchera une reprise post-pandémique dans les mois à venir. 
 
En ce qui concerne les 400 millions de vaccins que vous venez de mentionner, c'est avec le soutien de la Banque mondiale. Est-ce exact ? 
 
Nous [AVATT] avons mis en place la structure qui a permis à d'autres de venir nous soutenir. Vous voyez, l'approche de la Banque mondiale consiste à traiter avec des pays individuels. Mais vous ne pouvez pas dire à un petit pays de négocier avec les fabricants de vaccins, les fabricants n'y prêteront pas attention. C'est une question d'argent. 
 
L'équipe AVATT a donc créé une structure pour les achats groupés. Nous avons négocié 400 millions de doses, mais vous ne pouvez pas négocier 400 millions de doses valant des milliards de dollars sans argent et la Banque mondiale ne s'engagera pas dans un achat groupé. Nous avons donc dû fournir le soutien et verser un acompte de 330 millions de dollars. Sur cette base, la Banque mondiale est intervenue pour faire ce que nous avons toujours voulu qu'elle fasse, c'est-à-dire aider les pays à payer les vaccins. 
 
Par conséquent, le financement de la Banque mondiale, qui est moins cher que le nôtre, est utilisé pour payer ces vaccins. 
 
Les 400 millions de vaccins J&J, en plus des moins de 100 millions de doses administrées dans les pays d'Afrique jusqu'à présent, ne couvriront même pas la moitié de la population africaine. Prévoyez-vous d'acheter davantage de vaccins ?
 
Je m'explique : l'UA a déclaré, par l'intermédiaire du CDC Afrique, que pour obtenir une immunité collective, nous devions vacciner 60 % de notre population [soit 800 millions de personnes]. Tel était l'objectif. Mais bien sûr, la variante Delta a modifié ce calcul. 
 
L'Afrique devait initialement recevoir des vaccins pour 30 % de sa population par le biais de l'installation COVAX. Nous savions que nous devions chercher de l'argent pour 30 % supplémentaires. Par conséquent, nous avons fourni 400 millions de doses pour 400 millions d'Africains. Si COVAX fournit des vaccins à 400 millions de personnes supplémentaires, ce sont 800 millions d'Africains qui pourraient être vaccinés.

COVAX tient-il ses promesses ?

La plupart des doses étaient censées provenir d'Inde, mais à un moment donné, le pays a imposé une interdiction d'exportation qui a entravé les livraisons. Donc, il y a eu quelques déceptions et 

d'autres problèmes. Je ne suis pas un expert en la matière, mais il y a maintenant une prise de conscience que quelque chose doit se produire rapidement pour que COVAX puisse tenir ses promesses, sinon l'Afrique continuera d'être à la traîne dans ce domaine. 

Mettez-vous la pression sur COVAX pour obtenir les 400 millions de doses promises ?

Il y a beaucoup de pression. Pour être honnête, nous recevons des réponses. Le gouvernement américain a fait des dons, dont certains sont en cours de distribution. Les Français ont également annoncé des dons. Nous pensons que grâce à ces efforts, en plus des nôtres, nous pourrons atteindre les 60 % dont nous parlons. Je dois également remercier la Fondation Mastercard qui a fait don, par l'intermédiaire de l'AVATT, d'environ 67 millions de doses d'une valeur de 500 millions de dollars. 

Certains pays ont conclu des accords bilatéraux. En tenez-vous compte dans votre plan de distribution pour savoir qui reçoit quelles quantités ? 

Non, nous ne faisons pas de dons, pour ainsi dire. C'est COVAX qui fait des dons. Nous livrons ce que les pays africains commandent par notre intermédiaire. Avant les commandes, je suppose qu'ils ont déjà pris en compte ce qu'ils ont, les dons qu'ils reçoivent, et tout ça. 

L'Afrique est-elle capable de fabriquer ses propres produits pharmaceutiques ? Afreximbank soutient-elle une initiative à cet égard ?

Pourquoi pas ? Par exemple, pour les vaccins Johnson & Johnson que nous achetons, le remplissage et la finition sont effectués par l'usine Aspen Pharmacare en Afrique du Sud. Ici, en Égypte [le siège d'Afreximbank est au Caire], Vacsera [le fabricant de vaccins] s'efforce de commencer à produire des vaccins. Des entreprises en Algérie, au Nigeria et au Sénégal espèrent produire des vaccins. 

En ce qui concerne les produits pharmaceutiques, il existe une bonne opportunité pour l'Afrique. Le problème que nous rencontrons est l'accès aux marchés. L'une des choses que nous essayons de changer est d'amener les agences qui passent d'énormes commandes à repenser leur stratégie, afin de donner à l'Afrique la possibilité de produire des produits pharmaceutiques. 

Nous avons eu des discussions très fructueuses avec l'UNICEF à cet égard, et Afreximbank est prête, et je sais que d'autres banques le sont aussi. Nous avons signé un protocole d'accord avec la Société financière africaine pour collaborer et soutenir des projets de fabrication de vaccins en Afrique.

Nous devons créer cette capacité de fabrication de produits pharmaceutiques car il existe un marché pour ces produits. En fait, nous sommes le marché. Ces médicaments nous arrivent ; les acheteurs achètent les produits sur d'autres marchés et nous les envoient ensuite. Nous voulons donc changer cette situation. Nous avons vu le danger d'une surconcentration de la production en quelques endroits. 

La mise en œuvre effective de la zone de libre-échange continentale africaine ( Zlecaf) sera-t-elle utile à cet égard ? 

Bien sûr, c'est l'une des raisons d'être de la Zlecaf. Un marché intégré créera des chaînes d'approvisionnement ; les marchés commenceront à se consolider, et nous aurons ce pouvoir d'achat qui permettra de produire davantage sur le continent. 

Si les gens peuvent acheter des choses dans n'importe quelle partie de l'Afrique, vous verrez une agrégation de la demande. Aujourd'hui, nous sommes un marché fragmenté. Nous n'avons pas d'informations sur ce qui se passe de l'autre côté de la frontière. 

La Zlecaf Et lorsque nous y parviendrons et que nous consoliderons le marché, nous commencerons à changer la donne sur le continent.

Comment l'Afrique peut-elle acquérir la technologie nécessaire à la fabrication de ses produits pharmaceutiques, étant donné que les entreprises des pays avancés ont tendance à protéger les secrets technologiques ?

La technologie est une question de propriété intellectuelle, n'est-ce pas ? Les connaissances sont cumulatives. Revenez en arrière, disons il y a 35 ans, 40 ans. La Chine était-elle ce qu'elle est aujourd'hui ? Possédait-elle alors la technologie qu'elle possède aujourd'hui ? 

Nous devons trouver un moyen de favoriser le transfert de technologie, en particulier pour quelque chose qui assurera la sécurité sanitaire.

À Afreximbank, nous disposons d'un mécanisme qui permet aux entreprises étrangères d'accorder plus facilement des licences pour leurs technologies aux fabricants africains. Nous garantissons le paiement des redevances ou des droits de licence, nous garantissons que les droits de licence seront utilisés conformément aux termes de l'accord, et nous garantissons que rien ne sera exproprié. L'alternative est ce que nous ne voulons pas, où les gens volent la technologie. Nous voulons un transfert de technologie équitable et transparent.

De même, nous devons commencer à renforcer les capacités de nos institutions éducatives afin que les Africains puissent contribuer de manière significative au savoir mondial et posséder la propriété intellectuelle. C'est ainsi que nous pensons que les choses devraient évoluer. Donc, nous aidons à payer l'accès à la technologie, nous aidons à financer la fabrication - c'est à court terme. Mais au fil du temps, nous devons aider notre peuple à créer sa technologie. 

Le directeur du CDC Afrique, le Dr John Nkengasong, appelle à la co-création. Nous pouvons co-créer parce que nous avons les connaissances et les ressources locales. Si vous regardez notre biodiversité, par exemple, ce que nous avons qui a permis d'alimenter l'industrie pharmaceutique est incroyable.