Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Le paralympien porte les espoirs de la Sierra Leone à Tokyo

Get monthly
e-newsletter

Le paralympien porte les espoirs de la Sierra Leone à Tokyo

George Wyndham, 31 ans, représentera son pays en tennis de table aux Jeux paralympiques.
Osman Benk Sankoh
Afrique Renouveau: 
30 Juillet 2021
George Wyndham, un paralympien sierra-léonais, participera à la compétition de tennis de table.
George Wyndham, un paralympien sierra-léonais, participera à la compétition de tennis de table à Tokyo.

George Wyndham, 31 ans, un paralympien sierra-léonais, participera à la compétition de tennis de table aux Jeux paralympiques de Tokyo en août. Il sera l'un des trois paralympiens sierra-léonais présents à ces Jeux.

Reportés d'un an en raison de la pandémie de la COVID-19, les Jeux paralympiques de Tokyo 2020 se dérouleront du 24 août au 5 septembre 2021. 

La pandémie a affecté la préparation et la participation de nombreux athlètes, dont George.

"La pandémie de la COVID-19 a eu un impact négatif sur mon entraînement", explique George à Afrique Renouveau, dans une interview. "J'ai passé la majeure partie de l'année dernière sans m'entraîner. Je n'ai même pas pu accéder à la salle de sport car le stade était fermé."

Néanmoins, George vise des médailles : "Je me suis entraîné très dur ces dernières semaines. J'espère gagner des médailles". 

Afrique Renouveau s'est rendu sur les lieux d'entraînement de George, sur le court de l'Association sierra-léonaise de tennis de table, dans la capitale, Freetown, par une matinée pluvieuse de début juillet, où son entraîneur, John Bobson Taylor, l'aidait à aiguiser ses réflexes. 

"C'est l'homme qui a fait de moi ce que je suis aujourd'hui", a déclaré George en présentant M. Taylor. 

Tandis que George continue à raconter son parcours sportif, on peut entendre M. Taylor, en arrière-plan, donner des instructions sur la façon d'utiliser plus efficacement le revers, le revers, le bloc et le croisé. 

Si George continue de s'entraîner à un rythme effréné, il manque encore d'équipement de base pour la compétition.  "J'utilise ce vieux fauteuil roulant depuis quatre ans, et ce n'est pas suffisant", se plaint-il. 

Les raquettes de tennis (battes) semblent également vieilles et usées. Son appareil smartphone, qui est une obligation pour tous les paralympiens afin d'accéder à l'application créée pour l'événement, est cassé. 

George espère que la situation changera avant les Jeux, mais sa détresse illustre la situation de nombreux athlètes qui ne disposent pas d'installations d'entraînement modernes leur permettant d'être compétitifs dans les manifestations sportives internationales.

"Je m'attends à un miracle", anticipe George.

Le paralympien vit dans les National Stadium Hostels de la capitale dans un appartement d'une pièce, qu'il partage avec deux autres athlètes vivant également avec un handicap. 

De nombreux certificats reconnaissant ses exploits dans les compétitions internationales décorent les murs de son salon. Les médailles sont soigneusement rangées à un bout du mur tandis qu'une photo agrandie de lui et du président de la Sierra Leone, Julius Maada Bio, est accrochée à l'autre bout. 

L'athlète peut se targuer d'avoir remporté 17 médailles, dont les deux de bronze et une d'argent qu'il a décrochées lors de sa première sortie au championnat d'Afrique et à l'Open d'Égypte en 2011. 

Bien qu'il ne soit pas aussi célèbre que les joueurs de football du pays, George est considéré comme le meilleur athlète de Sierra Leone en termes de nombre de médailles.

Né en 1990, un an avant le début d'une guerre civile sanglante en Sierra Leone, George a contracté la polio avant son sixième anniversaire. 

Pour échapper à la guerre, sa famille a fui Kenema, dans l'est de la Sierra Leone, pour la capitale, où il a été inscrit au Freetown Cheshire Home, qui aide les personnes vivant avec un handicap. 

C'est un coup de pouce dont le jeune George avait désespérément besoin. On lui a donné un fauteuil roulant avant qu'il ne commence à participer à des compétitions d'athlétisme, de handball et d'autres jeux. Réalisant à quel point il était bon dans ces sports, il était déterminé à réussir. 

 "Le petit garçon était scolarisé à la Government Model Secondary School lorsque nous avons repéré son talent", raconte son entraîneur, M. Taylor, pour expliquer le parcours sportif de George. 

George a eu la chance d'être scolarisé, étant donné que la fréquentation scolaire des enfants handicapés en Sierra Leone est inférieure - de 7 % pour les garçons et de 10 % pour les filles - à celle des enfants non handicapés. Selon les statistiques gouvernementales, 46,5 % des personnes vivant avec un handicap n'ont jamais été à l'école et 63,9 % sont analphabètes.

M. Taylor a encouragé George à participer à la compétition sportive inter-secondaire de 800 mètres en fauteuil roulant, puis au championnat annuel du Boxing Day.

Après l'école secondaire, George s'est entraîné pendant 10 ans sans qu'aucune opportunité ne se présente jusqu'au Championnat d'Afrique et à l'Open d'Égypte en 2011, où il a concouru et remporté des lauriers en simple et double hommes de tennis de table.

Après l'Égypte, il a représenté la Sierra Leone à l'Open de Jordanie, remportant deux médailles. En raison de ses performances, il a bénéficié d'une wild card, rejoignant l'équipe africaine pour les Championnats du monde en Chine en 2015. Malheureusement, il n'a pas pu se rendre en Chine en raison de l'épidémie d'Ebola qui avait frappé la Sierra Leone à l'époque.

George est un fervent défenseur des droits des personnes vivant avec un handicap dans son pays. "Je suis dans la défense de leurs droits. Je les encadre également, je les fais participer à des activités sportives et je les dissuade de mendier dans la rue", explique-t-il.

Les personnes vivant avec un handicap dans le pays continuent d'être confrontées à toute une série d'exclusions sociales. L'indice de pauvreté multidimensionnelle de la Sierra Leone 2019 a indiqué que 68,1 % des adultes ayant un handicap fonctionnel sont plus pauvres que ceux qui n'en ont pas. 

Le rapport a été produit par l'Oxford Human Development Initiative en collaboration avec le ministère de la Planification et du Développement économique de la Sierra Leone, Statistics Sierra Leone et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Au milieu de la pandémie de la COVID-19, certaines personnes vivant avec un handicap ne peuvent pas accéder aux stations de lavage des mains en raison de l'inaccessibilité physique, ont des difficultés à se distancier socialement et rencontrent des obstacles pour accéder aux informations de santé publique.

George a été à l'avant-garde du plaidoyer pour que le gouvernement de la evivant rra Leone ratifie la Convention relative aux droits des personnes vivant avec un hadicap, qui a été signée en octobre 2010. 

"C'était un grand succès pour moi, car j'étais le responsable des relations publiques de Young Voices, une organisation non gouvernementale locale qui participait activement à cet effort", se souvient-il.

À la suite des restrictions de la COVID-19, y compris les lockdowns, il a rejoint une ONG locale, One Family, pour mettre en œuvre un effort de sensibilisation de la communauté qui encourageait les gens à porter un masque et à respecter tous les protocoles de santé publique et de sécurité COVID-19. "J'ai adoré ça", dit-il. Le PNUD en Sierra Leone soutient cet effort.

George espère revenir de Tokyo avec la gloire pour sa patrie. Pendant qu'il sera en compétition, dit-il, il continuera à être inspiré par sa fille de deux ans qui, jure-t-il, doit acquérir une excellente éducation. 

"Elle sera mon pilier demain", dit-il. "C'est pourquoi, aujourd'hui, je suis prêt à faire tous les sacrifices pour elle. Je suis prêt à me coucher le ventre vide juste pour économiser de l'argent afin de lui donner une bonne éducation."