Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Comment COVID-19 a eu un impact sur les ODD en Afrique

Get monthly
e-newsletter

Comment COVID-19 a eu un impact sur les ODD en Afrique

Le rapport 2021 sur les ODD fait état de progrès remarquables, mais la pandémie a durement frappé.
Afrique Renouveau: 
18 Juillet 2021
Yongyi Min
UNPhoto
Mme Yongyi Min est le chef de la section de suivi des objectifs de développement durable de la Division des statistiques du Département du développement économique et social des Nations unies (UN DESA).

Au cours des deux dernières décennies, l'Afrique a fait des progrès remarquables dans de nombreux domaines du développement.  Les décès maternels et infantiles ont considérablement diminué, les taux d'incidence du VIH, du paludisme et de la tuberculose ont régulièrement baissé, les taux de scolarisation dans le primaire et d'alphabétisation des jeunes ont considérablement progressé et la participation des femmes à la vie politique s'est améliorée. 

Cependant, la région est également confrontée à des défis de taille, avec une croissance rapide de la population, des niveaux élevés de pauvreté et de faim, et des conflits armés, autant de facteurs qui rendent particulièrement difficile la mise en œuvre du vaste et ambitieux Programme 2030 pour le développement durable dans la région. 

Depuis mars 2020, la pandémie de la COVID-19 a fait des ravages dans la vie et les moyens de subsistance des populations à travers le monde.  Bien que les taux d'infection par la COVID-19 en Afrique ne soient pas aussi élevés que dans d'autres régions, le ralentissement économique et les perturbations sociales causés par la pandémie mettent à mal des décennies d'avancées en matière de développement sur le continent. 

Cet article révèle certains des effets dévastateurs de la crise sur la mise en œuvre des ODD en Afrique en utilisant les dernières données et estimations disponibles dans le Rapport sur les objectifs de développement durable 2021 et la base de données mondiale des indicateurs des ODD, récemment publiés.

La COVID-19 a entraîné une forte détérioration des moyens de subsistance en Afrique.

ODD 1 - La proportion de personnes vivant dans l'extrême pauvreté en Afrique subsaharienne a diminué, passant de 59 % en 2000 à 41 % en 2018, mais les progrès sont au point mort depuis 2015. 

En raison d'une croissance démographique rapide, le nombre de personnes extrêmement pauvres dans la région a augmenté au cours des deux dernières décennies, pour atteindre un nombre estimé à 439 millions en 2019, soit plus des deux tiers des personnes extrêmement pauvres dans le monde.  

Bien que l'on prévoyait déjà une augmentation du nombre de pauvres en 2020 et 2021, on estime que la pandémie de la COVID-19 doublera le taux déjà détérioré et poussera 30 millions de personnes supplémentaires dans l'extrême pauvreté dans la région.

ODD 2 - Même avant la pandémie, la part de la population souffrant de la faim et de l'insécurité alimentaire était en hausse en Afrique depuis 2014. COVID-19 pousse ces taux d'augmentation encore plus haut. 

En 2020, une personne sur cinq était confrontée à la faim en Afrique, soit environ 46 millions de personnes de plus par rapport à 2019.  Près de 60 % de la population africaine - 799 millions de personnes - étaient touchées par une insécurité alimentaire modérée ou grave en 2020.

ODD 3 - Au cours des deux dernières décennies, l'Afrique a réalisé des progrès considérables dans de nombreux domaines de la santé, notamment en améliorant la santé maternelle et infantile et en luttant contre le VIH, le paludisme et la tuberculose. Par exemple, l'incidence du VIH chez les adultes (âgés de 15 à 49 ans) a diminué de 47 % en Afrique subsaharienne entre 2010 et 2019. 

Cependant, la région continue de supporter le plus lourd fardeau sanitaire et dispose des infrastructures de santé les plus faibles au monde. En 2019, la région représentait 94 % de tous les cas de paludisme (215 millions de cas).

La densité du personnel infirmier et des sages-femmes en Afrique subsaharienne est de 10 pour 10 000 personnes, soit moins d'un quinzième de celle de l'Amérique du Nord.  Environ 90 % des pays du monde signalent une ou plusieurs perturbations des services de santé essentiels en raison de la pandémie. Même des perturbations modérées de l'accès aux traitements pourraient entraîner des pertes de vies humaines considérables. 

Par exemple, une interruption de 10 % de l'accès à un traitement antipaludéen efficace en Afrique subsaharienne pourrait entraîner 19 000 décès supplémentaires dans la région. Au cours de la deuxième semaine de juillet, l'Afrique a enregistré une hausse de 43 % des décès dus à la COVID-19 d'une semaine à l'autre.

Cependant, de grandes inégalités existent dans la distribution des vaccins : au 17 juin 2021, environ 68 vaccins étaient administrés pour 100 personnes en Europe et en Amérique du Nord, contre moins de 2 en Afrique subsaharienne.

ODD 4 - L'Afrique subsaharienne a la plus faible capacité d'apprentissage et le plus fort taux d'enfants non scolarisés. Alors que l'achèvement du cycle primaire a continué de s'améliorer lentement mais sûrement, passant de 46 % en 2000 à 62 % en 2019, le taux d'achèvement du secondaire n'a augmenté que de 18 % à 25 % au cours de cette période. 

La pandémie de la COVID-19 devrait faire tomber 6 millions d'enfants supplémentaires de la première à la huitième année d'études dans la région en dessous du seuil minimum de compétence en lecture, ce qui portera la proportion d'élèves en retard à 85 % en 2020. Les fermetures d'écoles et la récession économique causée par la COVID-19 ont augmenté les taux de violence contre les enfants, le travail des enfants, les mariages d'enfants et les grossesses précoces.

ODD 5 - Les femmes de la région gagnent du pouvoir en politique.  La proportion de sièges occupés par des femmes dans les chambres uniques ou basses des parlements nationaux est passée de 18,4 % en 2010 à 25 % en 2015. Les gains les plus importants en matière de représentation des femmes au cours des 20 dernières années ont été réalisés au Rwanda, avec 61,3% de sièges détenus par des femmes dans les chambres uniques ou basses du parlement national. 

Les impacts sociaux et économiques de la pandémie de COVID-19 ont nui aux progrès vers l'égalité des sexes. 

La violence à l'égard des femmes et des filles s'est intensifiée, les mariages d'enfants devraient augmenter et les femmes ont subi une part disproportionnée des pertes d'emploi et de l'augmentation du travail de soins à domicile.

ODD 7 - Parmi les 759 millions de personnes dans le monde privées d'électricité en 2019, les trois quarts vivaient en Afrique subsaharienne. 

Le nombre de personnes privées d'électricité en Afrique a augmenté en 2020 après avoir régulièrement diminué depuis 2013, ce qui éloigne de nombreux pays de l'objectif d'accès universel d'ici 2030.

ODD 8 - L'emploi informel représente 85% de l'emploi total en Afrique subsaharienne. Ces travailleurs ont été considérablement affectés par les mesures de verrouillage, en raison du manque d'accès aux filets de sécurité sociale.  Ils courent un risque élevé de tomber dans la pauvreté et auront plus de mal à retrouver leurs moyens de subsistance pendant la reprise.

Le changement climatique, la détérioration de l'environnement et les conflits continuent d'entraver les efforts de développement durable

ODD 12-15 - Malgré un ralentissement économique lié à la pandémie, la crise climatique ne faiblit pas. Le changement climatique est l'un des principaux facteurs contribuant à l'augmentation de la faim et des déplacements forcés en Afrique.  

Plus d'un cinquième de la superficie des terres en Afrique est dégradée. Plus de 70 % des personnes vivant en Afrique subsaharienne dépendent des forêts et des zones boisées pour leur subsistance, et pourtant l'Afrique a connu le plus grand taux annuel de perte nette de forêts entre 2010 et 2020, soit 3,9 millions d'hectares. 

La dégradation des terres et de l'environnement a menacé le développement de l'Afrique, compromettant le bien-être de millions de personnes, poussant des espèces à l'extinction (la moitié des oiseaux et des mammifères africains risquant de disparaître d'ici à la fin de 2100) et intensifiant le changement climatique. 

ODD 16 - Les conflits entre États et groupes armés et les attaques contre les civils se sont poursuivis ou intensifiés dans la plupart des régions d'Afrique subsaharienne. 

Entre 2015 et 2020, le nombre annuel de décès de civils dans le monde a diminué de 61 %, mais en Afrique subsaharienne, les décès de civils dans les conflits ont augmenté de 66 %.  Les pays d'Afrique subsaharienne ont le taux de prévalence moyen de corruption le plus élevé. 

En moyenne, plus d'une personne sur quatre ayant eu des contacts avec des agents publics dans la région a versé un pot-de-vin ou s'est vu demander de verser un pot-de-vin.  

Les conflits, la corruption et la COVID-19 aggravent les difficultés de développement de nombreux pays africains. 

Pourtant, l'Afrique peut mieux se reconstruire si elle emprunte une voie transformatrice

La réponse rapide de l'Afrique à la COVID-19 a été saluée comme une campagne efficace de lutte contre la propagation de la COVID-19. Au 16 juillet 2021, l'Afrique avait enregistré environ 106 000 décès, contre plus de 1 950 000 dans les Amériques et plus de 1 200 00 en Europe. Entre le 1er février 2020 et le 10 mai 2021, 51 pays africains ont introduit 238 mesures de protection sociale en réponse à la crise COVID-19, notamment des mesures de santé et de sécurité alimentaire, de protection contre le chômage, de protection des revenus, de logement et d'allocations spéciales.

Sans aucun doute, la crise de la COVID-19 rend la réalisation des ODD beaucoup plus difficile. Cependant, la crise nous offre une véritable opportunité de tracer une voie différente, qui reconnaît les profondes fissures de la direction actuelle et intègre des solutions pour combattre les crises environnementales, sociales et économiques parallèles. Les objectifs du Millénaire pour le développement et l'accord de Paris sur le climat nous offrent les plans qui nous guideront dans cette voie.  La première étape pour se rétablir et mieux reconstruire consiste à garantir un accès équitable aux vaccins et aux traitements contre la COVID-19.  Les pays de la région ont eu du mal à s'approvisionner en vaccins. Les taux de vaccination restent faibles par rapport au reste du monde, moins de 2 % de la population africaine étant entièrement vaccinée. L'approvisionnement de l'Afrique en vaccins COVID s'est amélioré ces dernières semaines après avoir stagné pendant plus de deux mois. 

En outre, en s'appuyant sur les succès passés et en tirant parti de la plus grande zone de libre-échange du monde, les pays africains peuvent saisir l'occasion d'avancer plus rapidement sur les réformes et les investissements qui seront cruciaux pour une reprise soutenue et un développement durable à long terme.


Mme Yongyi Min est le chef de la section de suivi des objectifs de développement durable de la Division des statistiques du Département du développement économique et social des Nations unies (UN DESA).

Thèmes: 
More from this author