Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

"L'emploi et la sécurité alimentaire sont les priorités des jeunes en Afrique"

Get monthly
e-newsletter

"L'emploi et la sécurité alimentaire sont les priorités des jeunes en Afrique"

— Aya Chebbi, Envoyée de l'Union africaine pour la jeunesse
Franck Kuwonu
Afrique Renouveau: 
12 Août 2020
Aya Chebbi
Envoyée de l'Union africaine pour la jeunesse
Aya Chebbi, Envoyée de l'Union africaine pour la jeunesse.

La toute première envoyée de l'Union africaine pour la jeunesse, Mme Aya Chebbi, de Tunisie, a plaidé pour que la voix des jeunes Africains soit entendue. En juillet 2020, son bureau a lancé "Sauti", un blog entièrement consacré aux jeunes voix féminines du continent. Dans cet entretien avec Franck Kuwonu, elle parle explique pourquoi il est important que les personnes les plus marginalisées racontent leurs propres histoires. Elle évoque également les revendications des jeunes à travers le continent et de leur clameur pour la coresponsabilité avec les adultes. En voici des extraits.

Afrique Renouveau : Le mois dernier, votre bureau a publié avec succès "Sauti صوتي", un blog qui présente des contributions de jeunes femmes africaines. Comment l'idée est-elle née ?

Mme Chebbi : L'inspiration est venue de mes rencontres avec des jeunes femmes lors de ma tournée dans 15 pays africains, y compris dans les camps de réfugiés et de personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays (PDI) l'année dernière. Je me suis rendu compte qu'elles sont marginalisées à bien des égards du simple fait d'être jeune, de sexe féminin et parfois parce qu’elles sont des survivantes de la violence sexiste.

J'ai pensé qu'il était important de souligner, en particulier pendant cette pandémie, à quel point les jeunes femmes en première ligne ont fait preuve de résilience et comment elles réagissent et s'adaptent lorsque le confinement a bouleversé leur éducation et leur emploi. Certaines de ces jeunes femmes étaient même confinées avec leurs agresseurs. Comme le blog était dédié à la COVID-19, il était particulièrement important que nous mettions ces questions en exergue.

Le blog "Sauti" présente des contenus produits par des femmes. Qu'en est-il des jeunes hommes, quel plateforme leur proposeriez-vous ?

On n’est pas en compétition. L'idée de l'égalité des sexes est d'éduquer les hommes sur les questions féminines. Ainsi, lorsque les jeunes femmes racontent leur histoire de leur propre point de vue, à partir de leur propre expérience, les hommes peuvent avoir une meilleure perspective de ce que ces jeunes femmes vivent.

Il appartient alors aux hommes de se demander comment, de par leur position de pouvoir ou leur influence au sein de la communauté ou de la famille, ils peuvent contribuer à la solution. Ainsi, je pense que l'idée de faire exprimer les jeunes femmes est aussi un moyen de renforcer le pouvoir des hommes.

Pour célébrer Pékin+25, le blog a présenté 25 contributions parmi plus de 500 propositions. Comment s'est déroulé le processus de sélection ? Que cherchiez-vous dans chaque contribution ?

L'appel à candidatures s’adressait aux femmes âgées de 18 à 35 ans. Nous avions sélectionné six thèmes, dont certains étaient liés à "Faire taire les armes", qui est le thème de l'Union africaine (UA) pour 2020. Les autres thèmes comprenaient l'éducation et l'emploi. Nous voulions également que les contributions portent sur la COVID-19.

Il était vraiment difficile de les ramener à 25 et c'était émouvant de lire ces histoires très fortes. C'était très émouvant pour moi de lancer l’idée du blog en ligne et de mettre des visages derrière ces histoires profondes. J'ai été touchée quand ils ont dit que le blog "Sauti" leur avait donné une plateforme pour s'exprimer. Cela nous a montré que nous devons faire davantage. J'aimerais que l’on reproduise l’expérience au niveau national dans chaque pays, car il y a des milliers d'histoires à raconter.

En 2018, au début de votre mission en tant qu'Envoyée de l'UA pour la jeunesse, vous avez dit que vous vouliez être un bâtisseur de ponts, établir la confiance en comblant le fossé de l'information entre l'UA et la jeunesse africaine. Deux ans plus tard, pensez-vous avoir fait des progrès sur ce front ?

Je l'espère. C'est aux jeunes de juger, mais je pense que "Sauti" en est un témoignage car nous avons été les pionniers du tout premier blog de l'UA : un espace où les jeunes peuvent se sentir connectés à l'UA, non seulement dans des cadres et de façons très formels, mais aussi de manières qui leur permettent de s'exprimer avec leurs propres mots. J'espère que nous y parviendrons grâce à l'initiative ‘African Youth Charter Hustlers’ et aux nombreux dialogues intergénérationnels que nous avons organisés.

Pouvez-vous nous dire ce que sont les ‘African Youth Charter Hustlers’ et les dialogues intergénérationnels ?

 ‘African Youth Charter Hustlers’ est un projet que nous avons lancé il y a deux mois, dans le cadre duquel nous avons demandé la sélection de deux défenseurs (hommes et femmes) de la Charte de la jeunesse africaine dans chaque pays. Ils travailleront avec leurs conseils nationaux de la jeunesse pour mettre en œuvre la charte, mais aussi pour nous aider dans la rédaction de rapports et le suivi de la charte.

Par le biais du co-leadership intergénérationnel, j'essaie de nous faire comprendre à nous (les jeunes) qu'il ne s'agit pas seulement de faire du bruit et de vouloir remplacer tous les vieux au pouvoir. Et qu'il ne s'agit pas non plus d’entendre les personnes âgées dire : "les jeunes sont une menace ; ils sont souvent dans la rue pour manifester et vouloir prendre le pouvoir". Nous devons aller au-delà de cette conversation et amener les deux parties à la table des discussions. Chaque espace doit être intergénérationnel.

Ainsi, dans nombre des activités auxquelles j'ai participé avec la Commission de l'UA, avec nos partenaires et les États membres, j'ai toujours demandé que les activités soient intergénérationnelles. Je n'ai jamais voulu être la seule jeune femme dans la salle. Je voulais que les jeunes soient à la table et aient des conversations significatives.

Je suis heureuse de voir que de nombreux dirigeants réclament maintenant cela. Je suis heureuse de voir le PDG de l'AUDA-NEPAD [Dr. Ibrahim Mayaki] parler de l'importance du co-leadership intergénérationnel. Je suis heureux de voir la Directrice exécutive d'ONU Femmes [Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka] appeler à ce que Pékin+25 porte sur le co-leadership intergénérationnelle. J'ai été heureuse d’entendre la Première Dame du Botswana [Neo Masisi] lors du lancement parler de la même chose. Et la liste est longue. D'autres dirigeants le réclament maintenant. Je ne fais que semer les graines et j'espère que ce concept se poursuivra et sera institutionnalisé dans nos gouvernements, initiatives et programmes.

Vous avez également déclaré que vous alliez entamer une discussion avec les États membres de l'UA sur l'avenir de l'emploi en Afrique. Que disent les États membres ?

C’est une discussion difficile. Nous essayons de plaider, surtout en cette période COVID-19, pour la production industrielle locale pour créer des emplois pour nos jeunes. J'ai également appelé les ministres de la jeunesse du continent à reconnaître l'innovation des jeunes afin qu'ils puissent mettre leurs prototypes à l'échelle et les commercialiser.

Tout le monde dit : oui, nous devons exploiter les dividendes démographiques ; oui, nous avons besoin d'emplois pour les jeunes. On parle beaucoup, mais le plus difficile est de passer à l'acte. Cela devient difficile lorsque nous n'avons pas de réponses à des questions telles que : comment créer des emplois et comment utiliser nos propres ressources pour les créer ? La conversation doit se poursuivre pour guider les États membres sur la manière de créer un environnement propice à l'épanouissement des jeunes.

Avez-vous le sentiment que ces discussions vont quelque part ?

Eh bien, l'une des choses que nous avons dites est que trouver une solution au chômage en Afrique n'est pas seulement une question d’entreprenariat. Il s'agit aussi de faire entrer les jeunes dans la fonction publique, car des enquêtes ont montré que certains d'entre eux veulent être fonctionnaires.

Et dans certains pays comme le Rwanda, nous constatons une augmentation de la participation des jeunes dans la fonction publique. Et nous avons récemment vu le Tchad nommer de jeunes ministres au gouvernement, et la Namibie embaucher beaucoup de jeunes et soutenir son Conseil national de la jeunesse. Il existe donc de bonnes études de cas et de bonnes pratiques. Cependant, pour un continent dont près de 70 % de la population a moins de 35 ans, nous devons passer à l'échelle. Nous devons accélérer.

Quels sont les autres défis que vous avez dû relever ?

Personnellement, le premier obstacle - et c'est le plus difficile - est de participer à des réunions formelles. Avant de devenir l'envoyée de l'UA pour la jeunesse, j’ai passé la plupart de mon temps avec les jeunes dans différents cadres et c'était passionnant et dynamique.

Mais maintenant, je participe à des réunions avec des fonctionnaires beaucoup plus âgés pour essayer de les convaincre qu'ils devraient se soucier davantage de leur population jeune. Cela a donc été très difficile. Et je pense que c'est pour cela que je suis passé de l'idée de "prendre la relève et de mettre toutes les personnes âgées à la retraite" à.. : "dirigeons ensemble". Nous ne vous demandons pas de partir. Nous vous demandons, pour numériser et faciliter cette transition de leadership, de nous joindre à vous. Faites-en sorte que nous ayons de jeunes ministres, de jeunes parlementaires, etc.

Il est difficile de prendre pendant des heures et des heures dans des réunions pour essayer de convaincre des gens qui ne voient pas la valeur des jeunes et qui ne les considèrent que comme des employés, des réfugiés ou des migrants. Ils considèrent la jeunesse comme un problème qui doit être résolu. Ils ne voient pas les jeunes comme des contributeurs ou des partenaires dans la recherche de solutions, etc.

Le deuxième grand défi est la bureaucratie. Je pense que c'est la raison pour laquelle beaucoup de jeunes ne vont pas dans les institutions gouvernementales ou, s'ils le font, ne survivent peut-être pas longtemps. Vous pouvez entendre parler de la nomination d'un jeune ministre, mais après un an ou un an et demi, ils démissionnent parce qu'ils ne pouvaient pas gérer une telle quantité de bureaucratie. La bureaucratie empêche l'innovation, la créativité et la prise de décision rapide.

Les adultes d'aujourd'hui semblent-ils oublie qu'ils étaient les jeunes d'autrefois ?

Oui, ils l'oublient ! Je veux dire que certains d'entre eux sont inspirants et j'espère qu'ils pourront le rappeler à leurs homologues. Des gens comme Mama Graca Machel, Mama Joyce Banda ; Mama Ngozi (Okonjo-Iweala) reconnaissent leur passé de jeunesse et nous écoutent, nous les jeunes. Mais dans la plupart des cas, lorsque vous vous asseyez avec d'autres personnes beaucoup plus âgées, elles oublient même qu'elles ont fait partie de révolutions et de mouvements de libération luttant pour le changement. Et maintenant, quand ils voient un jeune qui est radical dans son point de vue, ils ne sont plus à l'aise.

Quels sont les succès que vous avez obtenus jusqu'à présent ?

L'une des réussites est d'avoir amené l'UA aux organisations de jeunesse de base. L'une des choses dans lesquelles nous avons investi, c'est d'amener beaucoup de nouveaux mouvements, même radicaux, à la table pour qu'ils puissent secouer les choses. Je m'en réjouis donc et j'espère que l'espace de discussion s'ouvrira de plus en plus dans différents endroits, que ce soit à la Commission ou dans les États membres.

La deuxième chose est de faire évoluer la discussion du passage de témoin et du leg entre les générations vers un véritable débat sur l'Afrique. Nous ne parlons plus de l'avenir mais du présent. Je laisse un héritage de co-leadership intergénérationnel et j'espère qu'il se traduira par des politiques et des réformes concrètes où les jeunes ont la place qui leur revient dans leurs pays et leurs gouvernements.

Quelles sont vos trois principales priorités pour l'avenir ?

Mon mandat s'achève dans six mois et l'une de mes priorités, sur laquelle j'ai travaillé et que je suis heureux de voir progresser, est de continuer à mettre officiellement en place le Bureau de l'envoyé spécial de l'UA pour la jeunesse, car il n'existait pas lorsque je suis arrivé il y a deux ans. Personne ne le connaissait, personne ne savait comment travailler avec, mais nous avons réussi à mettre le bureau en place et dans un espace physique où les jeunes peuvent le visiter. J'aimerais également, avant de partir, pouvoir obtenir des fonds pour assurer la pérennité du bureau à l'avenir.

Ma deuxième priorité est de réaliser le thème de l'UA pour 2020 "Faire taire les armes en Afrique" et de savoir ce que les jeunes en pensent et comment ils peuvent contribuer.

J'aimerais également faire avancer certains des projets que nous mettons en œuvre actuellement, comme la sélection des ‘African Youth Charter Hustlers’, car il s'agit d'un projet de deux ans. Il se poursuivra après mon départ, mais nous sommes également en train de procéder à la sélection.

Les jeunes sont touchés par la pandémie COVID-19, l'année scolaire est perturbée et les économies nationales perdent des emplois, tandis que certains d'entre eux ont peut-être perdu des membres de leur famille et des amis à cause du virus. Lorsque vous leur parlez, que disent-ils ou que demandent-ils ?

Nous avons en fait organisé 22 consultations virtuelles de la jeunesse de l'Union africaine sur la COVID-19 et nous publions un document d'orientation dans deux semaines. Nous avons eu environ 22 000 participants et les jeunes en disent beaucoup, mais je vais essayer de résumer.

Il y a beaucoup de priorités pour les jeunes, mais la première est la sécurité de l'emploi. Beaucoup de jeunes ont perdu leurs moyens de subsistance pendant la pandémie.

La deuxième priorité est la sécurité alimentaire. Beaucoup de jeunes diraient : "Je ne mourrai peut-être pas de COVID-19, mais je mourrai peut-être de faim".

La troisième priorité est l'égalité des sexes et la violence fondée sur le sexe. Le VIH et le sida, les femmes handicapées, les mutilations génitales féminines (MGF), le mariage des enfants, sont également quelques-uns des problèmes qui ont été mis en évidence.

Une autre chose qui est ressortie de ces discussions est la méfiance entre les jeunes et les institutions africaines.

Enfin, la dernière chose qui est ressortie de chaque consultation est la fracture numérique. 70% de l'Afrique est hors ligne.

Avez-vous un message pour les jeunes en Afrique ?

Oui ! Aux jeunes, je dirais : restez forts, continuez à être puissants et si inspirants et à montrer l'exemple. Vous avez montré au monde entier comment l'Afrique peut être résistante et comment vous pouvez innover en temps de crise, même vous vivez dans les situations les plus difficiles, dans les zones de conflit, en tant que personnes déplacées, dans les camps de réfugiés et dans les établissements informels. Je ne peux donc que dire qu'il faut continuer à être résilient mais vigilant.

Faire tomber les barrières commerciales à travers le continent pour faire progresser une Afrique pacifique et prospère, "L'Afrique que nous voulons" est l'objectif ultime de la zone de libre-échange du continent africain (ZLECA). Étant donné qu'environ 70 % de la population africaine est composée de jeunes, comment ceux-ci pourraient-ils contribuer au mieux à la réalisation de cet objectif ?

Je pense que la vision du XXIe siècle, la vision des millénaires, est une Afrique sans frontières. C'est une Afrique où nous avons le passeport africain. Où nous pouvons commercer entre nous et être dans les pays des uns des autres. Donc, la vision est là, et les jeunes sont en fait les moteurs de cette vision.

Cependant, ce dont nous avons besoin, c'est que la ZLECA la décompose pour les jeunes. Comment peuvent-ils en bénéficier ? Comment les jeunes peuvent-ils en tirer profit ? Et c'est ce que nous avons essayé de faire lors de la Journée de l'intégration africaine le 7 juillet. Nous avons organisé un dialogue intergénérationnel en ligne avec 600 jeunes pendant toute la semaine. Les jeunes voulaient en savoir plus sur la ZLECA L'impatience est là, la volonté et la curiosité d'en savoir plus sont également là.

Nous devons à présent nous assurer que nos jeunes comprennent bien en quoi consiste l'accord de zone franche et comment ils peuvent en tirer profit. Que signifie le commerce électronique pour eux ? Que signifie le marché unique pour eux, comment peuvent-ils en tirer profit et commencer à créer eux-mêmes des emplois ?

Si vous aviez un message final à adresser aux gouvernements africains, au nom de la jeunesse que vous représentez, quel serait-il ?

Ce serait : écoutez votre population jeune. Écoutez les jeunes qui vivent leurs réalités et qui apportent la solution. Et puis, ouvrez l'espace pour que la jeunesse puisse s'épanouir, s'exprimer, comprendre son identité africaine et son appartenance à l'"Afrique que nous voulons".

Ouvrez l'espace pour que nous puissions occuper des postes de direction. Nommer des jeunes, abaisser l'âge requis pour se présenter aux élections. Ainsi, l'Afrique pourra avancer plus rapidement. Et en faisant cela, nous pouvons amener l'Afrique là où elle mérite d'être.

 

 

 

Autres articles