Il est économiquement judicieux d''accorder des prêts aux femmes

Août - Novembre 2019

Get our app.

Download app from Android Download app from Apple

Il est économiquement judicieux d''accorder des prêts aux femmes

Les femmes réinventent les moyens de financer leurs projets
Zipporah Musau
Afrique Renouveau: 
A table banking session in Samburu, Kenya.   DPPS
Une session de « table banking » à Samburu, Kenya. Photo: DPPS

Le ‘table banking’ (variante de la «&nbsptontine&nbsp»)&nbsp est un concept financier qui peut paraître simple , mais qui &nbspa changé la vie de milliers de femmes et&nbsp de leurs familles dans les zones rurales du Kenya.&nbsp L’idée est simple&nbsp: chaque mois, les participantes se réunissent autour d’une table sur laquelle elles&nbsp déposent leur argent, qui peut alors être emprunté immédiatement par certaines d’entre elles. Ce dispositif permet d’éviter les frais&nbsp bancaires,&nbsp l’attente d’une approbation de la banque&nbsp ainsi que d’autres obstacles auxquels font face les Africaines qui souhaitent emprunter mais ne disposent pas de&nbsp garanties. Ces emprunts servent à&nbsp lancer des projets rémunérateurs.&nbsp&nbsp

Joyful Women Organization (JoyWo) est l’un des groupes&nbsp qui fonctionne le mieux dans ce domaine au Kenya, rassemblant plus de 11 500 groupes de femmes, dont chacun compte entre 15 et 35 membres en moyenne. Lancée en 2009 par Rachel Ruto, l’épouse du vice-président William Ruto, l’organisation n’avait alors que 80 membres, venant principalement de la région d’Uasin Gishu d’où est originaire Mme Ruto, à 270 km environ au nord-ouest de la capitale Nairobi. Le groupe a débuté avec un fonds de roulement d’environ 800 dollars. Aujourd''hui , le groupe accueille&nbsp des membres venant de 44 des 47 régions du Kenya. Son fonds de roulement a atteint les 16 millions de dollars, alimenté par les contributions de ses membres, le remboursement des prêts, les subventions&nbsp et les dons reçus.&nbsp&nbsp&nbsp

Aujourd’hui, JoyWo accorde des prêts pour soutenir des projets dans les domaines de la culture sous serre ,&nbsp l’aviculture,&nbsp l’élevage bovin,&nbsp l’horticulture et&nbsp l’irrigation par aspersion.

Ces cinq dernières années, le revenu annuel moyen des plus de 740 organisations de femmes de ce type qui existent dans le monde a été d’environ 20 000 dollars, selon l’Association pour les droits de la femme et le développement. JoyWo s’est toutefois fixé des objectifs encore plus élevés.

&nbspDes «&nbspbattantes&nbsp»

« Nous nous sommes engagés à aider les femmes à évoluer parce que j''estime que la&nbsp femme a de multiples facettes. Elle a&nbsp le pouvoir de créer, de favoriser le développement&nbsp et de transformer », a expliqué Mme Ruto à Afrique Renouveau.

Irene Chepkoech Tuwei, mère célibataire, rescapée de la polio, et qui avait des problèmes d''alcool,&nbsp a pu bénéficier du système mis en place par JoyWo alors qu''elle était au&nbsp chômage. Fin 2010, elle a rejoint l’organisation, apportant une contribution initiale de tout juste 2 dollars tirés de ses économies. Elle a fait alors un emprunt de 150 dollars, a acheté deux cochons et ouvert un stand d’épicerie.&nbsp En 2011, elle a fait un nouvel emprunt d’une valeur de 700 dollars afin d’améliorer son commerce et a acheté des poulets ainsi qu’une vache laitière, ce qui lui a permis d’accroître ses bénéfices. L’an passé, elle a fait un prêt de 3&nbsp000 dollars et a acquis un tracteur Ferguson qu’elle loue à des fermiers au prix de 150 dollars par acre de terres cultivées. En période faste, elle gagne jusqu’à 4&nbsp500 dollars par mois et de fait a considérablement augmenté ses parts dans l’association pour devenir l’une des principales épargnantes de JoyWo. Elle a également acheté une voiture et une moto pour faciliter ses affaires et ouvrira bientôt une station-service.&nbsp&nbsp

« Le ‘table banking’ a transformé ma vie. Je veux montrer qu’une personne handicapée dans ce pays peut être un modèle de réussite », explique Irene, qui a pu raconter son histoire lors de plusieurs événements organisés par JoyWo dans d’autres provinces.&nbsp&nbsp&nbsp

La réussite de personnes comme Irene et l’influence de JoyWo ont été telles que la Commission de la condition de la femme, qui se réunit annuellement sous l’égide des Nations Unies, a invité Mme Ruto à New York en mars 2015 pour parler de l’approche innovante mise en place par JoyWo pour favoriser l’autonomisation des femmes grâce au système de ‘table banking’.&nbsp&nbsp&nbsp

Afin de faciliter les activités de JoyWo en zones rurales, les membres de l’organisation constituent de petits groupes de 15 à 35 personnes à l’échelle d’un village. Leur contribution financière dépend de leurs revenus et de la composition de leur groupe. Chaque groupe fixe sa contribution minimale et sa contribution maximale afin que toutes les femmes soient sur un pied d’égalité. Chaque membre reçoit un livret bancaire dans lequel sont&nbsp inscrites les transactions réalisées.&nbsp

Chaque membre peut emprunter jusqu’à deux fois son apport initial désigné sous le nom de ‘parts’. Cet emprunt à court terme doit être remboursé dans les trois mois suivants. Quant aux prêts à long terme, dont le montant peut atteindre trois fois la part initiale de chacun, un membre a de 6 à 36 mois pour les rembourser. Etant donné que les prêts sont décidés au niveau du groupe et que les membres se réunissent mensuellement, il faut un mois pour qu’un prêt à long terme soit accordé alors que les prêts à court terme sont versés sur le champ.&nbsp&nbsp&nbsp

Aux plus petits groupes, JoyWo accorde des prêts sans intérêts pour lesquels un garant suffit. Les petits groupes, qui se servent ensuite de cet argent pour accorder des prêts, proposent des intérêts à 10% pour les prêts à court terme et à 12% pour les prêts à long terme. Les intérêts permettent d’alimenter le fonds de roulement et servent à payer des dividendes aux membres à la fin de l’année. En 2014, ceux-ci ont touché 1,5 million de dollars de dividendes.&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp

Plus que de l’argent

Afin de promouvoir le ‘table banking’ dans tout le pays , Mme Ruto a compris qu’il fallait que tout emprunt soit assorti d’une formation. L''acquisition de compétences entrepreneuriales par exemple peut permettre d’améliorer les bénéfices d’une entreprise. Ainsi Mme Ruto a décidé de proposer différents types de formations commerciales, dont certaines appliquées au secteur de l’agriculture afin d’aider les paysans et les petits fermiers à devenir de véritables créateurs d’entreprise, étant donné que plus de 90% des membres de JoyWo vivent en zone rurale dans un pays où la subsistance des trois quarts de la population est assurée par l’agriculture.&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp

Encore des défis

Comme toute&nbsp autre organisation de cette taille qui grandit rapidement, JoyWo se heurte à certains problèmes, comme les défauts de paiement qui atteignent 2%.

«C’est pourquoi nous insistons pour que les&nbsp membres se connaissent et puissent se porter garants les uns des autres ,» explique Mme Ruto.&nbsp

JoyWo encourage la participation de personnes appartenant à divers secteurs professionnels sur une large échelle&nbsp socio-économique, indique-t-elle, en particulier dans les zones reculées où les personnes analphabètes sont obligées de compter sur les membres plus instruits du groupe.&nbsp

La pauvreté et l’inégalité des sexes vont de pair. Le Secrétaire général de l''ONU Ban Ki-moon estime que le monde ne pourra jamais atteindre pleinement ses objectifs si la moitié des habitants de la planète ne sont pas en mesure de réaliser leur potentiel. «.Afin d’être réellement porteur de changement, &nbsple programme de développement pour l’après-2015 doit établir des priorités en matière d’égalité des&nbsp sexes et d’autonomisation des femmes », a-t-il estimé dans un message délivré lors de la Journée internationale de la femme. &nbsp&nbsp

Alors que la troisième Conférence internationale sur le financement du développement débutera bientôt en Éthiopie, les défenseurs de l’égalité des sexes&nbsp espèrent que la promotion de cette égalité ainsi que l’autonomisation des femmes bénéficieront d''un&nbsp financement prioritaire. Dans le programme de développement pour l’après-2015, le financement des objectifs liés à la parité des sexes sera crucial&nbsp étant donné que les objectifs du Millénaire pour le développement dans ce domaine n’ont pu être atteints en raison d’un manque de fonds.&nbsp&nbsp&nbsp

Pendant ce temps, les femmes de JoyWo travaillent au développement de leurs projets. Et au lieu de se plaindre d’un manque de financement, l’organisation s’est fixé pour objectif d’utiliser les contributions de ses membres pour attirer, d’ici à 2017, un million de femmes des 47 régions du Kenya puis de se développer partout en Afrique de l’Est. L’organisation prévoit aussi de faire passer le montant total de ses prêts à long terme de 1,2 million de dollars à 12 millions d’ici à l’année prochaine.&nbsp

Also in this issue

Magazine

  • Août - Novembre 2019

    Magazine actuel : Août - Novembre 2019

    Thème : Changement climatique

    Les effets des changements climatiques sont ressentis en Afrique ; en groupe ou à titre individuel, des actions sont en cour pour les contrer. Dans cette édition, nous vous présentons certaines des initiatives les plus remarquables portées par de jeunes Africains.

    Télécharger la version PDF : PDF icon AR_33_2_Francais.pdf