Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Tout le monde au travail pour combattre une pandémie sans précédent

Get monthly
e-newsletter

Tout le monde au travail pour combattre une pandémie sans précédent

Secretary-General António Guterres
3 Avril 2020
Secretary-General António Guterres
UN
Secretary-General António Guterres

Ce n'est qu'en se rassemblant que le monde pourra faire face à la pandémie de COVID-19 et à ses conséquences dévastatrices. Lors d'une réunion virtuelle d'urgence jeudi dernier, les dirigeants du G20 ont pris des mesures dans la bonne direction. Mais nous sommes encore loin d'avoir une réponse mondiale coordonnée et articulée qui réponde à l'ampleur sans précédent de ce à quoi nous sommes confrontés

Loin d'aplatir la courbe de l'infection, nous sommes encore bien loin derrière. Il a fallu initialement 67 jours pour infecter 100 000 personnes ; bientôt, 100 000 personnes et plus seront infectées chaque jour. Sans une action concertée et courageuse, le nombre de nouveaux cas se chiffrera presque certainement en millions, conduisant les systèmes de santé au point de rupture, les économies à un effondrement et les populations au désespoir, les plus pauvres étant les plus touchés.

Nous devons nous préparer au pire et tout faire pour l'éviter. Voici un appel à l'action en trois points - fondé sur la science, la solidarité et des politiques intelligentes - pour y parvenir.

Premièrement, supprimer la transmission du coronavirus.

Cela nécessite des tests agressifs et précoces et la recherche des contacts, complétés par des quarantaines, des traitements et des mesures pour assurer la sécurité des premiers intervenants, associés à des mesures de restriction des mouvements et des contacts. Ces mesures, malgré les perturbations qu'elles entraînent, doivent être maintenues jusqu'à l'apparition de thérapies et d'un vaccin.

Il est essentiel que cet effort solide et coopératif soit guidé par l'Organisation mondiale de la santé, membre de la famille des Nations unies ; les pays agissant seuls - comme ils doivent le faire pour leur population - ne pourront pas faire le travail pour tous.

Deuxièmement, il faut s'attaquer aux dimensions sociales et économiques dévastatrices de la crise.

Le virus se propage comme un feu de forêt et devrait se propager rapidement dans les pays du Sud, où les systèmes de santé sont limités, où les gens sont plus vulnérables et où des millions de personnes vivent dans des bidonvilles densément peuplés ou dans des camps de réfugiés et de personnes déplacées. Dans de telles conditions, le virus pourrait dévaster le monde en développement et réapparaître là où il a été supprimé auparavant. Dans notre monde interconnecté, nous sommes seulement aussi forts que les systèmes de santé les plus faibles.

Il est clair que nous devons combattre le virus pour l'humanité tout entière, en nous concentrant sur les personnes, en particulier les plus touchées : les femmes, les personnes âgées, les jeunes, les travailleurs à bas salaire, les petites et moyennes entreprises, le secteur informel et les groupes vulnérables.

Les Nations Unies viennent de publier des rapports qui montrent comment la contagion virale est devenue une contagion économique, et qui présentent les financements nécessaires pour faire face aux chocs. Le Fonds monétaire international a déclaré que nous sommes entrés dans une récession aussi grave, voire pire, qu'en 2009.

Nous avons besoin d'une réponse multilatérale globale représentant un pourcentage à deux chiffres du produit intérieur brut mondial.

Les pays développés peuvent le faire par eux-mêmes, et certains le font d'ailleurs. Mais nous devons augmenter massivement les ressources mises à la disposition du monde en développement en renforçant la capacité du FMI, notamment par l'émission de droits de tirage spéciaux, et des autres institutions financières internationales afin qu'elles puissent rapidement injecter des ressources dans les pays qui en ont besoin. Je sais que c'est difficile car les nations se trouvent à augmenter leurs dépenses intérieures de montants records. Mais ces dépenses seront vaines si nous ne contrôlons pas le virus.

Des échanges coordonnés entre banques centrales peuvent également apporter des liquidités aux économies émergentes. La réduction de la dette doit également être une priorité - y compris des exonérations immédiates sur les paiements d'intérêts pour 2020.

Troisièmement, il faut mieux se redresser.

Nous ne pouvons tout simplement pas revenir au point où nous en étions avant la crise du COVID-19, avec des sociétés inutilement vulnérables à la crise. La pandémie nous a rappelé, de la manière la plus brutale possible, le prix que nous devons payer pour les faiblesses des systèmes de santé, des protections sociales et des services publics. Elle a mis en évidence et exacerbé les inégalités, surtout entre les sexes, en révélant la manière dont l'économie formelle a été soutenue par un travail de soins invisible et non rémunéré. Elle a mis en évidence les défis actuels en matière de droits de l'homme, notamment la stigmatisation et la violence à l'égard des femmes.

Le moment est venu de redoubler d'efforts pour construire des économies plus inclusives et durables et des sociétés plus résistantes face aux pandémies, au changement climatique et à d'autres défis mondiaux. La reprise doit conduire à une économie différente. Notre feuille de route reste l'Agenda 2030 et les objectifs de développement durable.

Le système des Nations unies est pleinement mobilisé : il soutient les réponses des pays, met nos chaînes d'approvisionnement à la disposition du monde entier et plaide en faveur d'un cessez-le-feu mondial.

Mettre fin à la pandémie partout est à la fois un impératif moral et une question d'intérêt personnel éclairé. En ce moment inhabituel, nous ne pouvons pas recourir aux outils habituels. Les temps extraordinaires exigent des mesures extraordinaires. Nous sommes confrontés à une épreuve colossale qui exige une action décisive, coordonnée et innovante de la part de tous, pour tous.

 

António Guterres est le secrétaire général des Nations unies