Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Soudan du Sud : douze personnes travaillant pour l'ONU retenues par des rebelles

Get monthly
e-newsletter

Soudan du Sud : douze personnes travaillant pour l'ONU retenues par des rebelles

Des Casques bleus de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud surveillent un site de protection des civils à Juba.
Photo ONU/JC McIlwaine
Des Casques bleus de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud surveillent un site de protection des civils à Juba. Photo ONU/JC McIlwaine

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a appelé jeudi à la libération de douze personnes travaillant pour l'ONU qui sont retenues depuis lundi par des rebelles.

Le 26 octobre, une péniche de la Mission contenant du carburant et naviguant sur le Nil au nord de la ville de Malakal a été bloquée par plus de 100 hommes lourdement armés et affiliés à l'Armée populaire de libération du Soudan dans l'opposition qui ont retenu des Casques bleus et l'équipage de la péniche, a indiqué le porte-parole du Secrétaire général lors d'un point de presse à New York. Le carburant a été volé, a-t-il précisé.

Ce jeudi, les 20 Casques bleus de la MINUSS retenus ont été transportés par hélicoptère de Kaka à Malakal. En revanche, les rebelles ont gardé à Kaka les 12 personnes travaillant pour l'ONU, ainsi que la péniche et une partie des armes et des équipements appartenant aux Casques bleus.

« La Mission est très préoccupée par le fait que l'équipage national de la péniche n'ait pas été relâché et que la péniche et son équipement n'aient pas été rendus à l'ONU », a dit le porte-parole.

La MINUSS a appelé le chef des rebelles, Riek Machar, à prendre ses responsabilités et à respecter son engagement envers les Nations Unies à libérer toutes les personnes retenues.

« La Mission exige que les employés nationaux de la MINUSS soient relâchés immédiatement », a dit le porte-parole du Secrétaire général. « La MINUSS rappelle que les attaques contre les Casques bleus et d'autres employés de l'ONU peuvent constituer des crimes de guerre, qui pourraient être poursuivis devant la Cour pénale internationale ».

Thèmes: