Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Annonce

Première personne : La lutte pour la protection des droits de l'homme en Afrique de l'Est pendant la pandémie

Get monthly
e-newsletter

Première personne : La lutte pour la protection des droits de l'homme en Afrique de l'Est pendant la pandémie

UN News
1 Juin 2020
Auteur: 
In the Kibera slum in Nairobi, Kenya, residents are provided with soap and water to wash their hands in order to help halt the spread of the coronavirus.
UNICEF
Dans le bidonville de Kibera à Nairobi, au Kenya, les habitants reçoivent de l'eau et du savon pour se laver les mains afin d'aider à stopper la propagation du coronavirus.

Depuis le début de l'épidémie COVID-19 en Afrique de l'Est, le bureau régional des Nations unies pour les droits de l'homme, basé à Addis-Abeba, en Éthiopie, a contribué à la réponse COVID-19 des équipes de pays des Nations Unies dans la région, en veillant à ce que la protection des droits de l'homme des personnes vulnérables soit incluse dans leurs plans. La responsable du bureau, Nwanneakolam Vwede-Obahor, a fait part de certains des défis auxquels elle et ses collègues sont confrontés.

"Ces temps ont été éprouvants pour nous tous à différents niveaux, presque comme un changement sismique dans la direction de notre travail, mais nous avons pris la décision de ne pas oublier tout le reste, même si nous nous concentrons sur la COVID-19.

Notre travail consiste à fournir des conseils techniques et à contribuer aux plans d'intervention, aux appels humanitaires, aux plans de développement, ainsi qu'aux analyses socio-économiques de l'impact de COVID-19, en coordination avec d'autres bureaux des Nations Unies en Afrique de l'Est.

Nous fournissons des conseils pour la prévention de la stigmatisation et de la discrimination, en particulier en ce qui concerne l'accès aux soins de santé et aux tests pour les personnes soupçonnées d'avoir des symptômes de la COVID-19, et nous organisons des séminaires en ligne avec des défenseurs des droits de l'homme - y compris des femmes défendeurs des droits de l'homme - sur l'impact de la pandémie sur leur travail et sur les soins auto-administrés.

Et nous surveillons les déclarations d'état d'urgence dans la région de l'Afrique de l'Est, pour nous assurer qu'elles ne portent pas atteinte à des droits tels que la liberté de mouvement, la liberté d'association et de parole, le droit à la vie, le droit au meilleur état de santé possible et le droit à l'éducation.

Défis et enseignements tirés

Je me suis dit que cette pandémie me rappelle le dicton "l'homme prévoit et Dieu rit" : nous continuerons à planifier, mais nous devons être agiles. Nous avons dû pivoter immédiatement, pour pouvoir répondre aux besoins des personnes que nous servons.

Le travail que nous avons tous effectué sur l'analyse socio-économique m'a ouvert les yeux sur le fait qu'il nous faut encore beaucoup plus, en particulier en Afrique, pour amener les organisations de la société civile à considérer le tableau plus large des droits : la plupart des organisations se concentrent uniquement sur les droits civils et politiques, ce qui est vital, mais il y a une place pour ces organisations, et les institutions nationales des droits de l'homme, pour promouvoir et protéger également les droits économiques, sociaux et culturels.

Une fois que cette pandémie a commencé, elle a exacerbé tous les problèmes que nous avions soulignés avant qu'elle ne commence, comme la pauvreté, le manque d'accès à une éducation de qualité et le manque d'accès aux services de santé. Mais elle a également contribué à confirmer la raison d'être des Nations Unies : montrer aux gouvernements comment mieux faire pour ceux qui pourraient éventuellement passer entre les mailles du filet.

Plus de données, pour une meilleure protection

L'ONU a une idée standard de la vulnérabilité : femmes, enfants, personnes déplacées, migrants, réfugiés et personnes âgées. Cependant, même pour les personnes âgées, nous ne disposons pas de données en Afrique. Depuis longtemps, nous menons des recherches sur les personnes handicapées, mais je n'ai pas encore vu une analyse correcte des données sur le handicap en Afrique non plus, et il y a des groupes de personnes sur lesquels nous ne recueillons jamais de données en Afrique, comme les sans-abri.

Nous n'avons pas non plus de catégories distinctes pour les pauvres des zones urbaines, même si les personnes que j'ai énumérées sont celles qui sont les plus sujettes à l'infection par la COVID-19, en raison de leurs conditions de vie. Nous devons élargir notre définition de la vulnérabilité et produire des données plus complètes.

Je ne peux pas penser à un meilleur exemple que cette pandémie pour nous montrer pourquoi il est important de défendre les droits de chacun. Et nous devons nous efforcer de mettre fin à la pandémie en tant que collectif : si nous ne le faisons pas, il est plus probable qu'elle se reproduira