Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Information

OIM Niger : retour volontaire assisté pour les Maliens bloqués ; plus de 1 400 personnes restent dans les centres de transit

Get monthly
e-newsletter

OIM Niger : retour volontaire assisté pour les Maliens bloqués ; plus de 1 400 personnes restent dans les centres de transit

10 Juin 2020
Auteur: 
IOM facilitated the voluntary return of 179 Malian migrants stranded in Niger.
IOM/Daniel Kisito Kouawo
L'OIM a facilité le retour volontaire de 179 migrants maliens bloqués au Niger.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a aidé hier (4/06) 179 ressortissants maliens bloqués au Niger à rentrer volontairement chez eux. Les migrants attendaient depuis près de trois mois dans les centres de transit de l'OIM à Niamey et Agadez en raison de la fermeture des frontières liée à la COVID-19.

"Cela fait déjà trois mois que je séjourne dans ce centre de transit à Niamey", a déclaré Moussa, l'un des sept enfants migrants non accompagnés qui ont voyagé sur le charter de jeudi. "J'ai hâte d'être enfin de retour chez moi et de voir ma famille". 

L'OIM a recensé environ 30 000 migrants bloqués en Afrique de l'Ouest et du Centre. Ce chiffre comprend près de 18 000 étrangers qui ne peuvent pas traverser les frontières pour rentrer chez eux, et des personnes comme les bergers mauritaniens qui doivent traverser dans les pays voisins pour faire paître leur bétail. 

Ce premier mouvement aérien a été rendu possible grâce à un accord entre les gouvernements du Niger et du Mali. Au cours des deux dernières semaines, l'OIM au Niger a organisé des mouvements terrestres qui ont permis le retour de 43 migrants au Burkina Faso et de 58 migrants au Bénin. 

En outre, 1 400 migrants de plusieurs pays, principalement d'Afrique occidentale, restent dans les centres de transit et les sites de quarantaine au Niger en attendant la levée des restrictions de voyage afin qu'ils puissent eux aussi retourner dans leur pays d'origine. Les centres fonctionnent à pleine capacité depuis le début de la crise sanitaire, c'est pourquoi l'OIM a également renforcé les mesures de prévention et de contrôle des infections (IPC). 

Le mouvement de jeudi a été rendu possible grâce au soutien financier de l'Union européenne. Les migrants sont assistés dans les six centres de transit et sites humanitaires temporaires de l'OIM au Niger dans le cadre du mécanisme de ressources et de réponse aux migrants de l'OIM soutenu par le ministère des affaires étrangères des Pays-Bas et de l'initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants soutenue par l'Union européenne.     

La mise en place de couloirs humanitaires est essentielle pour garantir que les personnes puissent traverser les frontières internationales en temps voulu et dans la dignité, que leurs droits soient respectés et que les questions de santé publique soient traitées. L'OIM est prête à aider les gouvernements à accroître la surveillance des maladies à leurs frontières, à former et à équiper les fonctionnaires des frontières et à contribuer aux mesures de quarantaine pour ceux qui reviennent. 

L'OIM reste profondément préoccupée par le sort des migrants bloqués. L'Organisation fournit un large éventail de services de soutien direct aux migrants à travers les Amériques, l'Afrique et l'Asie, notamment un soutien financier, de la nourriture, des vêtements, un logement, des services psychosociaux et de santé. 

Pour plus d'informations sur les migrants en détresse dans 17 pays du monde, veuillez consulter le reportage photo "Voyages interrompus" publié le 3 juin.

Annonce