Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Annonce

"Nous devons transformer nos modes de production et de consommation alimentaires"

Get monthly
e-newsletter

"Nous devons transformer nos modes de production et de consommation alimentaires"

- Mme Agnes Kalibata, Envoyée spéciale des Nations Unies pour le Sommet sur les systèmes alimentaires de 2021
Franck Kuwonu
13 Octobre 2020
Auteur: 
Agnes Kalibata, (Centre) speaking at a panel debate: Feed the Future: Partnerships for a Food Secure 2030 at the White House Summit on Global Development in Washington, DC on July 20, 2016. Photo by Kendra Helmer/USAID
Kendra Helmer/USAID
Agnes Kalibata, (au milieu) s'exprimant lors d'un débat : Nourrir l'avenir : Partenariats pour une sécurité alimentaire en 2030 au Sommet de la Maison Blanche sur le développement mondial à Washington, DC le 20 juillet 2016. Photo : Kendra Helmer/USAID

Pour sensibiliser et inciter à l'action, le Secrétaire général des Nations unies convoque un sommet en 2021 pour examiner les systèmes alimentaires mondiaux et les faire mieux fonctionner pour tous. Mme Agnes Kalibata du Rwanda est l'envoyée spéciale des Nations unies pour le sommet sur les systèmes alimentaires de 2021. Dans une interview avec Africa Renewal's Franck Kuwonu, elle explique pourquoi il est important que le monde se réunisse et trouve une façon différente de produire, traiter et consommer la nourriture. Extraits:

Afrique Renouveau: A cette époque où le monde produit probablement plus de nourriture que jamais plus de  690 millions de personnes souffrent de la faim. N'est-ce pas un paradoxe ? 

Agnes Kalibata: Le paradoxe, c'est que 690 millions de personnes se couchent chaque soir en ayant faim. Le paradoxe, c'est qu'une personne sur trois souffre de malnutrition, d'une mauvaise alimentation ou de maladies liées à l'alimentation. Le fait est que nous produisons 500 fois plus de nourriture qu'il y a environ 50 ans. Certains pays produisent même dix fois plus de nourriture qu'ils n'en ont besoin.

Nous pouvons l'expliquer par la vision que nous avons de l'inclusion en termes de disponibilité de la nourriture pour les gens, par la manière dont nous générons des revenus et dont nous sommes capables de traduire ces gains en capacité à acheter de la nourriture. C'est une chose d'avoir de la nourriture, c'en est une autre d'avoir de la nutrition. Nous pouvons avoir suffisamment de nourriture, mais elle n'est pas nécessairement accessible à tous les niveaux de la société. Ainsi, la plupart des défis auxquels nous sommes confrontés sont liés à l'accessibilité financière. 

L’autre facteur, c'est l'accès. Nous produisons de la nourriture mais l'accès aux moyens ou aux technologies de production alimentaire n'est pas réparti de manière égale dans le monde. Vous avez des régions du monde qui n'ont pas vu de nouvelles variétés de semences, ni eu la possibilité d'utiliser de bons engrais pour pouvoir améliorer la production alimentaire. Dans certaines régions d'Afrique, par exemple, l'idée de l'agronomie a fait un grand pas en arrière. La capacité à produire de bonnes quantités de nourriture est devenue un véritable défi. 

Mais il y a encore un autre facteur - le marché et la structure des marchés. Les marchés orientent la production. Si les marchés ne fonctionnent pas pour les agriculteurs, en particulier les petits exploitants, il n'y a pas d'incitation à s'engager dans une meilleure production et à investir dans la productivité. De ce fait, la capitalisation de ces personnes dans la société reste très faible et elles deviennent vulnérables.

Nous allons établir un consensus afin de passer de ce qui est considéré comme "cassé" aujourd'hui à un système alimentaire plus efficace pour relever les défis.
Agnes Matilda Kalibata
Envoyée spécial des Nations Unies pour le sommet sur les systèmes alimentaires de 2021

Le système était déjà comme ça avant la pandémie. Dans quelle mesure la COVID-19 a aggravé la situation ?

La COVID-19 a eu un impact significatif sur notre capacité à nous procurer de la nourriture à un prix abordable et accessible. En termes de capacité financière, il suffit de penser au nombre de personnes qui ont un emploi informel. Dans presque toutes les villes d'Afrique, 50 % ou plus de la population occupe un emploi informel. Ces emplois ont été perdus à cause de la COVID-19. La capacité des gens à fournir une bonne alimentation à leur ménage est devenue extrêmement précaire et cela a surtout affecté leurs capacités nutritionnelles. 

Deuxièmement, il y a la circulation des aliments. Le commerce des denrées alimentaires dépendant des pays, le transport par camion est devenu difficile à cause de la COVID. Avec la fermeture des frontières et des petits marchés, les denrées alimentaires deviennent plus chères. Même si les gens gardaient leur emploi, ils ne peuvent toujours pas se permettre d'acheter de la nourriture car elle devient de plus en plus chère. Mais je suis vraiment heureux de dire que le pire est passé. La plus grande crainte était que cela se traduise par une crise alimentaire. Ce n'est pas encore arrivé parce que nous avons eu de bonnes saisons. 

Il y a quelques semaines, vous avez déclaré que l'impact de la COVID-19 n'était pas seulement négatif, mais qu'il pouvait également être considéré comme positif car il a permis aux décideurs politiques de prendre conscience des choses qui doivent se produire pour que le système, au moins en Afrique, soit résilient ? 

La première chose est que la COVID-19 a démontré la valeur des PME (petites et moyennes entreprises) dans le secteur agricole. Certains gouvernements ont fait un pas en avant et ont mis en place des ressources importantes pour maintenir les PME en activité. Ce que j'aimerais maintenant voir davantage, c'est renforcer la place et le rôle de notre secteur privé dans notre secteur agricole.

Deuxièmement, COVID-19 a montré que le secteur agricole peut nous permettre de continuer à fonctionner. Nous devons donc le doubler, investir et le rendre réellement transformateur. Dans la plupart des pays occidentaux, tout le monde crie que leurs économies sont en déclin parce que les gens n'ont pas de pouvoir d'achat. Nos populations n'ont jamais eu de pouvoir d'achat parce qu'elles étaient coincées dans la pauvreté dans le secteur agricole. Nous avons la possibilité de renforcer ce secteur afin que les gens puissent se lever et participer à la croissance de notre économie.

Troisièmement, et c'est probablement le plus important, il y a le commerce régional et la façon dont nous sommes tous interconnectés. Parfois, lorsque vous êtes un bon producteur, vous pouvez manquer de marché. Et si vous n'êtes pas un bon producteur de quoi que ce soit, vous souffrez d'un manque d'approvisionnement. Nous devons aller de l'avant et relever certains de ces défis maintenant que nous avons une perspective de commerce régional. Ces conversations sans fin doivent prendre fin pour que la Zone de libre-échange du continent africain (Zleca) puisse fonctionner.

Beaucoup de gens s'accordent à dire que, même si nous survivons encore, le système alimentaire mondial est en panne. Dans quelle mesure est-il vraiment brisé ?

Le système alimentaire mondial est brisé à trois niveaux. Nous nous sommes engagés à réduire la faim, mais elle augmente plutôt. Nous nous sommes engagés à réduire la malnutrition et les maladies non transmissibles dues à une mauvaise nutrition, mais au lieu de cela, elles augmentent. Nous savons maintenant que la façon dont nous produisons les aliments contribue au changement climatique. Et puis, nous causons aussi une grande perte de biodiversité. C'est ce que nous considérons comme les "pièces cassées" de notre système alimentaire. 

Est-il réparable et le sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires pourrait-il le réparer ?

Le sommet va permettre de dégager un consensus sur le type de transition dont notre système alimentaire a besoin. Cela ne se fera pas du jour au lendemain. Nous allons établir un consensus afin de passer de ce qui est considéré comme "cassé" aujourd'hui à un système alimentaire plus efficace et de relever les défis. 

L'un des objectifs du sommet est de veiller à ce que tous les citoyens disposent d'une alimentation sûre et nutritive, tandis qu'un autre est de s'orienter vers des modes de consommation durables. Comment voyez-vous ces changements ?

Garantir une alimentation sûre et nutritive est axé sur l'accessibilité économique et l'accès à la nourriture, ainsi que sur la faim et la malnutrition. Il s'agit d'abord de garantir l'accès à la nourriture pour que 690 millions de personnes dans le monde ne se couchent pas le ventre vide chaque soir, mais nous voulons aussi nous occuper de la qualité de la nourriture. 

Deuxièmement, en ce qui concerne les modes de consommation durables, il s'agit de reconnaître que la façon dont nous consommons la nourriture a un impact sur nous en tant que personnes, qu'elle provoque des maladies non transmissibles que nous devons réduire et qu'elle a également un impact négatif sur notre monde. Elle provoque des émissions qui contribuent à quelque chose qui n'est pas durable. 

Une personne affamée dans le monde est une personne de trop, nous devons aider les personnes qui ont faim. En tant que monde, nous nous sommes engagés à le faire et nous devons y parvenir.

Nous gaspillons également pour environ 1 000 milliards de dollars de nourriture. Alors pourquoi produisons-nous de la nourriture et la gaspillons en même temps ? Ce n'est pas durable. Il s'agit donc de reconnaître que la façon dont nous produisons, transformons, transportons et consommons la nourriture ne fonctionne plus pour notre environnement.

Stimuler une production positive pour la nature à une échelle suffisante est un autre des cinq objectifs du sommet. Qu'est-ce que cela signifie à l'échelle mondiale de stimuler la production de la nature ? Est-ce un autre mot pour l'éco-agriculture ?

C'est exactement cela. Il s'agit de pratiques agricoles plus respectueuses de l'environnement, mais il faut y réfléchir dans la perspective de réduire l'impact de l'agriculture sur l'empreinte carbone de notre environnement. 

Avez-vous le sentiment, dans vos relations avec toutes les parties prenantes avant le sommet, que toutes les parties s'engagent à améliorer la situation ?

Quand j'ai pris ce rôle, je l'ai fait en me plaçant dans la perspective d'être Africaine et de vivre en Afrique. Je vois que les systèmes alimentaires deviennent non durables d'où je suis, car nous sommes touchés chaque jour par le changement climatique et les agriculteurs en souffrent. 

J'ai rejoint le processus pour essayer de changer la trajectoire de notre agriculture, qui n'est pas à un bon endroit. Mais j'ai été agréablement surprise lorsque j'ai commencé à discuter avec le reste du monde de découvrir que tout le monde avait à l'esprit que le fait que nous avons besoin de changements. C'est une chose à laquelle tout le monde tient, mais surtout, la COVID-19 a renforcé, même pour ceux qui ne s'en souciaient pas auparavant, la nécessité de renforcer la résilience de nos systèmes. 

Faiza Juma at her stall in the Arusha market where she has been selling various seeds and maize for 25 years, on Friday 29 July 2016 in Arusha,
Faiza Juma au marché d'Arusha en Tanzanie où elle vend diverses graines et du maïs depuis 25 ans.
Karel Prinsloo/Arete/Rockefeller Foundation/AGRA

Quelle est la position du continent africain à l'approche du sommet ? Le continent a-t-il une demande particulière ? Après tout, c'est l'une des régions qui doit régulièrement faire face à des crises alimentaires.

Pour moi, la demande spécifique pour l'Afrique devrait ressembler à ceci. Avant tout, nous devons inverser le changement climatique. Quiconque contribue au changement climatique, y compris en Afrique, doit s'arrêter parce que ce n'est pas durable pour nous.

Deuxièmement : L'Afrique est confrontée à des défis uniques autour de la faim et de la malnutrition zéro que nous nous sommes engagés à éliminer en tant que monde. Une personne qui a faim dans le monde est une personne de trop, nous devons aider les personnes qui ont faim. En tant que monde, nous nous sommes engagés à y parvenir et nous devons y parvenir. Voici donc mes demandes : parvenez à une faim zéro, parvenez à la nutrition, et parvenez également au changement climatique. 

Nous voyons beaucoup d'innovations sur le continent, notamment en réponse à la COVID-19. Comment cet esprit d'innovation et la transformation numérique peuvent-ils aider à résoudre les problèmes liés aux systèmes alimentaires ? 

Il se passe déjà beaucoup de choses, et probablement nulle part ailleurs que dans le domaine de l'alimentation. Du point de vue de la production, nous voyons des opportunités là où nous travaillons avec ce que nous appelons les "Village Best Advisors" qui utilisent les SMS. Ils envoient des messages aux agriculteurs pour leur indiquer où trouver et cueillir les intrants, ne pas dépasser 10 personnes à cette heure, où ou quel marché sera ouvert aujourd'hui. Je dois pouvoir le savoir sans avoir à aller chez mon voisin pour obtenir l'information. De cette façon, nous pouvons accroître la valeur et le flux d'informations et la circulation des biens et des services sans augmenter le contact physique.

La COVID a montré que nous pouvons bouger beaucoup et faire en sorte de minimiser les contacts tout en augmentant les services. Pour moi, la numérisation et les données doivent donc être traitées comme l'électricité et comme des exigences structurelles de base pour faire bouger la société.

En fin de compte, que souhaitez-vous voir au sommet pour qu'en fin tous s'y mettent ?

J'aimerais que nous trouvions des idées qui changent la donne et qui donnent vraiment confiance en une transition au sein de notre système alimentaire, que si nous prenons cette direction, notre système alimentaire changera. J'aimerais que les gouvernements et les dirigeants s'engagent politiquement à changer. Nous devons également obtenir l'engagement du secteur privé et des dirigeants de l'industrie pour réparer les choses qui sont cassées. Il est donc très important de pouvoir s'engager dans ce changement. 

Individuellement, en tant que personnes, nous prenons tous des décisions, la question est la suivante : sommes-nous tous engagés en tant que personnes à changer notre monde ? Parce que l'avenir de ce monde dépend des changements que nous nous engagerons à réaliser lors du Sommet sur les systèmes alimentaires. Sinon, il continuera à s'effondrer. 


Pour plus d'informations sur le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires 2021, cliquez ici : https://www.un.org/sustainabledevelopment/food-systems-summit-2021/ et suivez @FoodSystems