Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Mondialisation et COVID-19 : Quel est l'impact sur l'économie africaine ?

Get monthly
e-newsletter

Mondialisation et COVID-19 : Quel est l'impact sur l'économie africaine ?

15 Avril 2020
Auteur: 
Globalisation linkage to COVID-19: How Africa’s Economy is Impacted?
Comme le remède au COVID-19 n'a pas encore été trouvé, le nombre de personnes infectées devrait augmenter de jour en jour jusqu'à ce que la propagation soit totalement contenue en Afrique et dans d'autres parties du monde.

Par Seleman Yusuph Kitenge

Depuis l'essor de la mondialisation, le monde est devenu un petit quartier où les gens peuvent facilement interagir les uns avec les autres sans se heurter à de sérieux obstacles. Cela est devenu à la fois bénéfique et nuisible pour la sphère sociale, politique et économique en ce qui concerne le bien-être des gens.

Autrement dit, malgré la libre circulation des personnes, des biens et des services qu'entraîne la mondialisation, qui stimule le développement socio-économique, elle est également devenue une source de propagation des maladies. En conséquence, en raison du facteur de développement technologique de la mondialisation, une épidémie telle que celle de COVID-19 s'est transformée en une maladie pandémique majeure qui a touché plus d'un million de personnes dans le monde entier, indépendamment de leurs différences de localisation géographique.

La raison en est simplement que le progrès technologique, qui est l'une des principales forces de la mondialisation, a permis aux gens de voyager plus facilement par terre, par mer et même par air d'un endroit à l'autre sans rencontrer d'obstacles. Dans ce cas, si ces personnes ont été en contact avec la maladie comme COVID-19 dans la ville ou le pays (A), elles peuvent facilement la transmettre à la ville ou au pays (B) qui n'a pas connu d'infections si des mesures sanitaires appropriées ne sont pas mises en place pour empêcher la propagation au grand public.

Dans le contexte de l'Afrique en particulier, l'OMS a indiqué que la région comptait 7647 cas confirmés et 326 décès dus à la maladie de coronavirus 2019 (COVID-19) au 8 avril 2020. Par conséquent, puisque le remède n'a pas encore été trouvé, ces chiffres devraient augmenter de jour en jour jusqu'à ce que la propagation du COVID-19 soit totalement contenue en Afrique et dans d'autres parties du monde.

Cependant, les mesures utilisées dans le processus d'endiguement de la transmission de la maladie depuis qu'elle a été annoncée comme une pandémie mondiale par l'OMS et que le premier cas a été enregistré à ce jour sur le continent, sont susceptibles de créer des chocs économiques majeurs résultant du retard de secteurs économiques clés tels que le tourisme, le transport aérien, les industries manufacturières et le commerce. 

Selon l'Institut Brookings, l'Afrique est la dernière frontière du monde dans la lutte contre l'extrême pauvreté où un Africain sur trois - 422 millions de personnes - vit en dessous du seuil de pauvreté mondial. Par conséquent, ce fait signifie que l'écart entre riches et pauvres est plus important sur le continent, où les conséquences du COVID-19 dans les secteurs économiques feront reculer les efforts visant à réduire l'écart de revenus plutôt que de les faire progresser et augmenteront le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté mondial.

Ce fait est confirmé par le PNUD qui a déclaré que la crise du COVID-19 menace de frapper de manière disproportionnée les pays en développement - les pertes de revenus devraient dépasser les 220 milliards de dollars et près de la moitié des emplois en Afrique pourraient être perdus.

Par conséquent, des mesures telles que le verrouillage national et de nombreuses mesures d'atténuation strictes prises par les gouvernements à l'intérieur et à l'extérieur de l'Afrique pour limiter les rassemblements et la mobilité des personnes afin d'enrayer la propagation du virus, auront des conséquences graves sur la production de biens, la fourniture de services et les activités commerciales. En conséquence, la plupart des pays du continent seront touchés économiquement par la paralysie de secteurs économiques essentiels.

Alors que d'autres régions du monde ont déjà commencé à subir les chocs socio-économiques, l'Afrique, qui compte moins de cas enregistrés que les autres continents, devrait également subir le même sort si cette maladie contagieuse n'est pas entièrement gérée à temps pour permettre aux pays de reprendre des activités économiques normales.

Le fait d'avoir moins de cas confirmés de COVID-19 par rapport à d'autres régions ne signifie pas que l'Afrique est hors de danger face à la maladie elle-même et à ses conséquences, notamment les chocs économiques. La Commission économique pour l'Afrique prévoit que le nouveau coup porté par le coronavirus à la croissance économique devrait passer de 3,2 % à 1,8 %. Selon la secrétaire exécutive de la CEA, Vera Songwe, "l'interconnexion du continent avec les économies affectées de l'Union européenne, de la Chine et des États-Unis a eu des effets d'entraînement".

Elle a réitéré que le continent aurait besoin de 10,6 milliards de dollars d'augmentation imprévue des dépenses de santé pour freiner la propagation du virus, alors que d'autre part, les pertes de revenus pourraient conduire à une dette insoutenable. Les augmentations non budgétisées des dépenses de santé risquent de perturber les autres activités de développement prévues en raison de la réaffectation des fonds pour lutter contre la pandémie. En conséquence, cette mesure pourrait nuire gravement à la croissance économique et rendre presque impossible l'effort visant à mettre fin à l'extrême pauvreté.

Selon la CEA, le COVID-19 pourrait faire chuter les recettes d'exportation de combustibles de l'Afrique à environ 101 milliards de dollars en 2020. La CEA ajoute que les envois de fonds et le tourisme sont également touchés, car le virus continue de se propager dans le monde entier, ce qui entraîne une diminution des flux d'IDE, une fuite des capitaux, un resserrement du marché financier intérieur et un ralentissement des investissements - donc des pertes d'emplois.



En particulier, le chômage est déjà une préoccupation majeure dans les pays africains car les secteurs public et privé ne produisent pas d'emplois adéquats pour couvrir la majorité de la population, en particulier les nouveaux diplômés. La plupart des gens sont donc contraints de créer des emplois alternatifs pour eux-mêmes en créant de petites entreprises et en s'engageant dans des activités agricoles, etc.

Par conséquent, si elles sont contraintes de fermer leurs portes en raison de la maladie de coronavirus 2019, les pertes d'emplois risquent de s'aggraver. D'autre part, la plupart des Africains qui vivent en milieu rural dépendent des activités agricoles pour leur subsistance.

Par conséquent, si ces agriculteurs majoritaires, petits, moyens et grands, ainsi que leurs ouvriers, cessent leurs activités, cela signifie une nouvelle vague de pertes d'emplois dans le secteur agricole qui emploie la plupart des Africains. Statistiquement, Mckinsey & Company décrit que plus de 60 % des populations d'Afrique subsaharienne sont des petits exploitants agricoles et qu'environ 23 % du PIB de la région provient de l'agriculture.

On peut dire que l'arrêt des activités agricoles en raison de la pandémie de COVID-19 signifie la perte de 60 % des emplois des personnes impliquées dans le secteur dans la région de l'Afrique subsaharienne. De plus, les exploitations agricoles non gérées risquent de produire moins de récoltes que d'habitude, ce qui entraînera une baisse du PIB affecté par la diminution de la production dans le secteur agricole si la crise n'est pas maîtrisée suffisamment tôt.

Ces répercussions dans des secteurs économiques clés de l'Afrique auront de graves répercussions sur la prospérité de ses habitants et entraveront les efforts visant à réaliser respectivement le plan de développement continental, l'Agenda 2063, et le plan de développement mondial, l'Agenda 2030.

Toutefois, la CEA conseille aux gouvernements africains de revoir et de réviser leurs budgets afin de redéfinir les priorités des dépenses en vue d'atténuer les effets négatifs attendus du COVID-19 sur leurs économies. Cela signifie que si l'Afrique joue correctement sa carte, la chance de sauver son économie des conséquences de la maladie à coronavirus 2019 est toujours valable.

 

More from this author