L'UNICEF appelle à augmenter de toute urgence l'aide aux enfants dans le nord-est du Nigeria

Août - Novembre 2019

Get our app.

Download app from Android Download app from Apple

L'UNICEF appelle à augmenter de toute urgence l'aide aux enfants dans le nord-est du Nigeria

Des enfants dans l’un des 14 camps officiels pour personnes déplacées à Maiduguri, dans l’État de Borno, dans le nord-est du Nigeria. Photo : OCHA / Jaspreet Kindra
Des enfants dans l’un des 14 camps officiels pour personnes déplacées à Maiduguri, dans l’État de Borno, dans le nord-est du Nigeria. Photo : OCHA / Jaspreet Kindra

1 juillet 2016 – Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a averti vendredi que des dizaines de milliers d'enfants risquent de mourir de malnutrition cette année dans les régions du nord-est du Nigeria récemment reprises par les autorités à Boko Haram, à moins qu'un traitement ne leur soit rapidement administré.

« Nous estimons qu'environ un quart de million d'enfants de moins de cinq ans souffriront de malnutrition aiguë sévère dans l'État de Borno cette année », a déclaré la Représentante de l'UNICEF au Nigéria, Jean Gough.

« À moins que nous ne leur administrions un traitement, un enfant sur cinq va mourir. Nous ne pouvons pas permettre que cela se produise », a ajouté Mme Gough.

Plus tôt cette semaine, le gouvernement nigérian a annoncé que le conflit dans le nord-est du pays avait déplacé 2,4 millions de personnes et contribué à créer une situation urgente d'insécurité alimentaire et de malnutrition, alors que près d'un demi-million de personnes ont besoin d'une aide alimentaire immédiate.

« Les entraves à la production alimentaire liées à la violence, l'augmentation des prix des produits de base, sans compter le fait que la période actuelle coïncide avec les premiers mois de la période de soudure, il est à craindre que le nombre de personnes ayant besoin d'assistance n'augmente encore », a ajouté la Représentante de l'UNICEF.

Elle a précisé que l'amélioration récente des conditions de sécurité dans la région a permis aux acteurs humanitaires d'accéder à des zones auparavant inaccessibles lorsqu'elles étaient sous le contrôle du groupe terroriste Boko Haram.

« Les conditions dont nous sommes les témoins sur le terrain sont dévastatrices », a quant à lui déclaré le Coordonnateur humanitaire des Nations Unies pour le Nigeria, Munir Safieldin.

« Alors que le gouvernement et les organisations humanitaires ont intensifié l'aide d'urgence, la situation dans ces domaines exige une réponse beaucoup plus rapide et plus large », a-t-il ajouté.

Afin d'augmenter la capacité de réponse de l'ONU dans la zone, le 27 juin dernier, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, Stephen O'Brien, a annoncé avoir débloqué 13 millions de dollars tirés du Fonds central pour les interventions d'urgence (CERF) pour venir en aide à 250.000 personnes dans les régions du nord-est du Nigeria.