Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

L'OIM soutient les migrants bloqués à la frontière entre la Côte d'Ivoire et le Ghana ; les douaniers sont formés et équipés dans le cadre de la crise du COVID-19

Get monthly
e-newsletter

L'OIM soutient les migrants bloqués à la frontière entre la Côte d'Ivoire et le Ghana ; les douaniers sont formés et équipés dans le cadre de la crise du COVID-19

12 Mai 2020
Auteur: 
Last week, IOM provided food and hygiene kits to 13 stranded migrants.
IOM
La semaine dernière, l'OIM a fourni de la nourriture et des kits d'hygiène à 13 migrants en détresse.

Les problèmes de voyage sont essentiellement liés au territoire pour les voyageurs à travers l'Afrique de l'Ouest. Mais ce que 13 hommes et femmes ont vécu ces dernières semaines pourrait établir une nouvelle norme en matière de retard.  

 

En raison du verrouillage de la COVID-19, le sort de ces voyageurs est devenu une préoccupation pour l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) qui a aidé des milliers de migrants bloqués en Afrique depuis le déclenchement de la pandémie de COVID-19.  

Leur histoire commence dans les rues de Noé, une petite ville située en Côte d'Ivoire près de la frontière avec le Ghana. Là, 13 migrants vulnérables originaires du Libéria, du Ghana et du Sierra Leone ont été contraints de passer plus d'un mois à chercher un abri de fortune, ainsi que de la nourriture et des soins médicaux après que les autorités du Ghana et de la Côte d'Ivoire eurent fermé leurs frontières respectives aux voyageurs.  

Les migrants, dont quatre femmes et neuf hommes, étaient bloqués en Côte d'Ivoire depuis le 22 mars.  Parmi les migrants bloqués se trouvaient des chauffeurs de bus qui font la navette entre le Libéria et le Ghana, et qui se trouvent désormais dans l'impossibilité de se déplacer. D'autres parmi les migrants bloqués sont des commerçants qui cherchent à entrer en Côte d'Ivoire pour faire du commerce.  

Au début, les migrants bloqués ont dormi à la gare frontalière, mais quelques-uns ont trouvé un logement temporaire dans un petit hôtel. L'OIM a pris conscience de leur situation le 15 avril, près de quatre semaines après la fermeture de la frontière, et a persuadé les autorités de Noé de réaffecter deux salles de classe - également fermées en raison de la pandémie - pour héberger les hommes et les femmes en toute sécurité.   

Le samedi 9 mai, l'OIM a fourni de la nourriture, des produits d'hygiène et d'autres articles essentiels aux voyageurs bloqués. L'OIM a également commencé à enregistrer les personnes désireuses de retourner dans leur pays d'origine.  Malheureusement, plus tard dans la journée, un homme qui était déjà malade - mais pas du coronavirus - est mort dans une salle de classe à Noé.

L'OIM a compté pour cette aide sur le soutien de l'initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants, en collaboration avec les autorités régionales et les agences de services sociaux. Pour soutenir la réponse du gouvernement ivoirien au COVID-19, l'OIM a fait don lundi (11/05) d'équipements sanitaires, notamment des thermomètres, des masques et une solution hydro-alcoolique, afin d'améliorer les conditions de travail des travailleurs de première ligne à dix points d'entrée terrestres (PDE).  

"La Côte d'Ivoire a gardé ses frontières ouvertes pour assurer le transport des marchandises, qui est vital pour l'économie du pays et de la région, mais comme dans beaucoup d'autres pays, les frontières sont fermées aux voyageurs", a expliqué Marina Schramm, chef de mission de l'OIM en Côte d'Ivoire. "Il est donc crucial que les agents chargés de l'enregistrement aux points d'entrée et de sortie soient formés et équipés pour être en mesure d'identifier et de répondre efficacement aux risques sanitaires".   

Au 11 mai, plus de 1 600 cas confirmés de COVID-19 ont été signalés par le ministère de la Santé et de l'Hygiène publique de Côte d'Ivoire. 

La fermeture des postes frontières a un impact important sur les activités économiques des communautés frontalières. La fourniture de formation et d'équipement permettra aux fonctionnaires des frontières de mener leurs activités en toute sécurité et de rouvrir rapidement les postes frontières, ainsi que de prévenir et de détecter d'éventuels cas de COVID-19.   

Au cours du mois de mai, les fonctionnaires des frontières seront formés à l'utilisation de l'équipement, ainsi qu'à l'enregistrement aux points de passage et à la transmission des cas suspects par l'OIM et les partenaires locaux.  

Les fonctionnaires des frontières, en tant que travailleurs de première ligne dans le cadre de l'intervention COVID-19, recevront également des formulaires d'enregistrement qui permettront d'établir un profil de mobilité dans les différents PDE. À plus long terme, l'équipement et la formation des agents frontaliers contribueront à assurer une transition en douceur vers la réouverture - même partielle - des frontières de la Côte d'Ivoire.   

Cette activité de formation fait partie du projet "Renforcer la capacité des autorités de Côte d'Ivoire à lutter contre la traite des personnes et le trafic de migrants - COCOTIP", financé par le ministère allemand des affaires étrangères. 

  

Annonce