Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Sondage

Les sites de réinstallation doivent être mieux préparés face à l'augmentation des cas de COVID-19 au Mozambique

Get monthly
e-newsletter

Les sites de réinstallation doivent être mieux préparés face à l'augmentation des cas de COVID-19 au Mozambique

4 Juin 2020
Auteur: 
In IOM teams in Mandruzi resettlement site, in Sofala Province, Mozambique,  train site leadership committee on COVID-19 prevention to pass on messages to site residents.
IOM/William Baang.
Dans les équipes de l'OIM sur le site de relogement de Mandruzi, dans la province de Sofala, au Mozambique, former le comité de direction du site à la prévention COVID-19 afin de transmettre des messages aux résidents du site.

Tandis que le nombre de cas de COVID-19 au Mozambique a récemment dépassé les 250 - des cas ont été confirmés dans toutes les provinces -, l'alerte de propagation de la maladie se poursuit dans les sites de réinstallation, qui accueillent plus de 100 000 personnes déplacées par les cyclones jumeaux Idai et Kenneth de 2019. 

Les récentes évaluations de la préparation à la COVID-19 dans les sites de réinstallation du centre et du nord du Mozambique, réalisées par la Matrice de suivi des déplacements (DTM) de l'OIM, indiquent que des actions de prévention de la COVID-19 ont été réalisées, notamment l'installation de stations de lavage des mains et la sensibilisation des résidents. Néanmoins, l'accès aux installations sanitaires et aux équipements de protection individuelle reste limité et les espaces d'isolement sont insuffisants. 

« L'identification des cas de COVID-19 à proximité des sites de réinstallation présente un risque important pour ces communautés », a déclaré le Dr. Laura Tomm-Bonde, responsable de l'OIM au Mozambique.  

« Les résidents des sites de réinstallation sont particulièrement vulnérables ; ils vivent dans des abris temporaires où la distanciation physique est difficile, et ils disposent de ressources limitées pour mettre en œuvre les mesures de prévention recommandées », a-t-elle ajouté. « Nous devons de toute urgence travailler avec le gouvernement du Mozambique et les partenaires humanitaires pour améliorer l'état des abris et des services de santé afin de protéger les familles et d'empêcher la propagation de la COVID-19 ». 

Au 1er juin, 254 cas de COVID-19 ont été identifiés au Mozambique, dont 145 cas dans la province de Cabo Delgado, au nord du pays, où des milliers de familles sont toujours déplacées plus d'un an après le cyclone Kenneth.  

Le Mozambique est en état d'alerte de niveau 3 - ce qui inclut des restrictions de rassemblements, de l’activité commerciale et la fermeture de nombreux postes-frontières. Certains pays voisins ont un nombre de cas de COVID-19 plus élevé : plus de 32 000 en Afrique du Sud, plus de 500 en Tanzanie et plus de 1 000 en Zambie, ce qui suscite des inquiétudes à proximité des zones frontalières. 

« Nous travaillons déjà à pleine capacité pour répondre aux besoins sanitaires de base. Des ressources supplémentaires sont nécessaires pour que les autorités sanitaires puissent répondre à la COVID-19. Le besoin d'équipements de protection individuelle est en tête de nos priorités, afin de garantir que les professionnels de la santé puissent approcher leurs patients sans crainte », a déclaré le Dr. Assane Abdala Chamucha, médecin-chef du Département de la santé publique de la province de Sofala.  

À Cabo Delgado et Nampula, près de 6 500 résidents sont hébergés dans cinq sites de réinstallation établis suite au cyclone Kenneth. Les évaluations des sites indiquent que des actions de prévention de la COVID-19 ont été menées à bien, que des stations de lavage des mains ont été installées et que les résidents ont été informés et instruits sur les mesures de prévention. Cependant, aucun des sites n'a un accès facile à un centre de santé ou à un espace d'isolement. Un seul site a déclaré avoir accès à des équipements de protection individuelle tels que des masques faciaux. 

Dans les 72 sites de réinstallation de la région centrale, Sofala, Manica, Zambezia et Tete, où résident plus de 95 000 personnes, des mesures de prévention et de partage d'informations ont été prises dans au moins 90 % des sites, avec le soutien du gouvernement du Mozambique et du Ministère de la santé.  Selon les rapports, 47 % des sites disposent de nouvelles stations de lavage des mains et 17 % ont des équipements de protection individuelle, mais il n'y a pas encore d'espaces d'isolement. Ces données s'appuient sur un rapport d'évaluation de la COVID-19 publié en mai dernier et montrent les mesures de préparation prises. 

Annonce