Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Les besoins humanitaires augmentent alors que le Burkina Faso est confronté à un niveau de déplacement interne sans précédent

Get monthly
e-newsletter

Les besoins humanitaires augmentent alors que le Burkina Faso est confronté à un niveau de déplacement interne sans précédent

21 Juillet 2020
Auteur: 
A woman prepares food at a camp for internally displaced persons
IOM
Une femme prépare de la nourriture dans un camp pour personnes déplacées

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) est préoccupée par la situation de plus de 920 000 personnes déplacées à l'intérieur du pays (PDI) au Burkina Faso, où les chiffres des déplacements continuent de croître à mesure que la violence s'intensifie - en particulier dans la région du Sahel où vivent actuellement près d'un tiers des PDI.  

"Chaque jour, de nouveaux groupes de personnes déplacées arrivent. Des centaines de personnes sont arrivées hier, dont des veuves, des enfants et des personnes handicapées. Les besoins augmentent", a déclaré Abdoulaye, le représentant des personnes déplacées de Windou, un quartier de la ville de Dori, la capitale de la région du Sahel. 

 Abdoulaye est l'une des nombreuses personnes qui ont trouvé refuge à Windou, l'une des zones les plus touchées par les attaques armées au Burkina Faso.  

"La région du Sahel accueille 310 066 personnes déplacées vivant dans 16 des 26 municipalités de la région. Environ 25 % de ces personnes déplacées sont accueillies par des familles", a déclaré la Directrice Régionale du Ministère de la Femme, de la Solidarité Nationale, de la Famille et de l'Action Humanitaire du Sahel. Selon le ministère, les besoins prioritaires sont le logement, la nourriture et les services de santé.  

"Dans ce contexte de pandémie, les besoins sont énormes dans un pays qui traverse déjà une situation humanitaire difficile", a-t-il déclaré.  

"C'est pourquoi nous demandons à nos partenaires de continuer non seulement à soutenir le plan de réponse de l'OIM contre la COVID-19, mais aussi de travailler à la stabilisation des régions qui sont en proie à la crise humanitaire", a déclaré Abibatou Wane, Chef de Mission de l'OIM au Burkina Faso. 

Dans le but de protéger et d'aider les plus vulnérables, l'OIM a lancé une stratégie de réponse humanitaire et d'accueil ciblant les communautés déplacées dans les cinq régions les plus touchées du pays (Boucle du Mouhoun, Sahel, Centre-Nord, Nord et Est). Dans le cadre de cette stratégie, l'Organisation fournit aux personnes déplacées une aide d'urgence en matière d'hébergement et d'articles ménagers essentiels, met en place et coordonne des sites et des espaces d'accueil temporaires. Plus de 3 000 personnes déplacées ont bénéficié de l'aide de l'OIM en matière d'hébergement entre décembre 2019 et mars 2020. 

Plus de 5 000 personnes déplacées et membres des communautés d'accueil ont bénéficié de l'assistance psychosociale de l'OIM sur les sites de Djibo dans la région du Sahel, touchée par la crise, et de Barsalogho dans la région du Centre-Nord. 

"Le soutien psychosocial que nous apportons contribue à soulager la souffrance et la détresse mentale et donne la parole à ceux qui ont besoin d'exprimer librement leur histoire. Les besoins continuent car de plus en plus de personnes sont déplacées par la violence chaque jour", explique Abdoul Aziz, psychologue de l'OIM dans la municipalité de Djibo.   

Dans le cadre de la réponse à la COVID-19, l'OIM a soutenu la région avec des kits de protection et a mené des activités de sensibilisation à la fois pour les communautés et les personnes déplacées. Avec le soutien des agents de santé, l'Organisation a sensibilisé plus de 3 282 personnes déplacées et membres des communautés d'accueil dans la région du Sahel aux mesures de prévention de la propagation de la COVID-19. 

Ces activités sont mises en œuvre avec le soutien financier du Bureau de la Population, des Réfugiés et des Migrations des États-Unis, du Fonds de Consolidation de la Paix des Nations Unies et du Fonds Central d'Intervention d'Urgence des Nations Unies (CERF).