Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Les écoliers du Mozambique font face aux retombées "catastrophiques" de la COVID-19 : un blog du coordinateur résident de l'ONU

Get monthly
e-newsletter

Les écoliers du Mozambique font face aux retombées "catastrophiques" de la COVID-19 : un blog du coordinateur résident de l'ONU

UN News
27 Mai 2020
Auteur: 
Some schools in Mozambique were able to stay open in the aftermath of Cyclone Idai
Au Mozambique, certaines écoles ont pu rester ouvertes après le passage du cyclone Idai

Les écoliers du Mozambique sont confrontés à ce qu'un haut responsable des Nations Unies et de la Banque Mondiale dans ce pays d'Afrique australe appelle les "conséquences catastrophiques" de la pandémie COVID-19. Par Myrta Kaulard, coordinatrice résidente des Nations unies au Mozambique, et Mark Lundell, directeur de pays de la Banque mondiale.

Pour Rafina, 13 ans, de Beira, l'une des plus grandes villes du Mozambique, ce sentiment semble familier ; son école est, une fois de plus, fermée. Une année seulement s'est écoulée depuis que le cyclone Idai a dévasté le pays, touchant 1,85 million de personnes et endommageant 90 % des infrastructures de Beira.

Cette fois, cependant, il n'y a pas d'effondrement de bâtiments, de rues inondées et de personnes désespérées. 

Le nouveau coronavirus (COVID-19) s'est faufilé en silence au Mozambique, mais il pourrait avoir un impact bien plus dévastateur sur la vie de Rafina, et sur celle de tous les enfants mozambicains, que toute autre catastrophe antérieure.

UN Resident Coordinator in Mozambique, Myrta Kaulard (far right) visits a primary school in Beira, Mozambique, in March 2020.
UN Resident Coordinator in Mozambique, Myrta Kaulard (far right) visits a primary school in Beira, Mozambique, in March 2020.
UN Mozambique/Arete/Karel Prinsloo

Comme dans 191 pays du monde, où 1,57 milliard d'apprenants sont touchés, près de 15 000 écoles et universités du Mozambique ont été fermées depuis le 23 mars, touchant plus de 8,5 millions d'étudiants. Il s'agit d'une décision nécessaire qui sauvera très probablement des milliers de vies, mais elle a un prix élevé.

Sur la base des leçons tirées des récentes fermetures d'écoles en réponse au virus Ebola en République démocratique du Congo, nous savons que plus les enfants restent loin de l'école, moins ils ont de chances d'y retourner, ce qui augmente le risque qu'ils tombent dans l'analphabétisme. 

Impact catastrophique sur l'éducation

Au Mozambique, où déjà plus d'un tiers des élèves abandonnent avant la troisième année et où moins de la moitié terminent l'école primaire, l'impact de la pandémie sur les résultats d'apprentissage pourrait être catastrophique.

Cela est particulièrement vrai pour les filles comme Rafina, dont les familles vivent dans la pauvreté. Dans le monde entier, la pression sur les familles en situation d'urgence est souvent si forte que beaucoup sont conduites à envoyer leurs enfants travailler, comme stratégie de survie, ou à marier leurs filles prématurément. 

Il en résulte que l'enfance est écourtée, que la scolarité est abandonnée et que les droits fondamentaux sont compromis. Lorsque les enfants ne sont pas scolarisés, ils deviennent plus vulnérables et courent un risque accru d'être maltraités et exploités.

Conscient de ce contexte critique, le ministère de l'éducation et du développement humain (MINEDH), avec le soutien de la communauté humanitaire, a réussi après les cyclones à assurer la continuité des cours dans des "espaces d'apprentissage temporaires", en érigeant des tentes scolaires. 

Plan de formation à distance

Cette fois, la nature de l'urgence ne ressemble à rien de ce que nous avons déjà vu, car les enfants ne se rassemblent peuvent ne pas se rassembler au même endroit. Par conséquent, la réponse doit également être très différente ; les espaces d'apprentissage temporaires doivent être virtuels ou éloignés.

Le MINEDH, avec le soutien du ministère de la santé, travaille avec les Nations Unies, la Banque Mondiale, les principales agences bilatérales et d'autres partenaires de coopération, afin d'explorer des moyens alternatifs et innovants pour garantir que l'apprentissage puisse se poursuivre à distance. 

Social distancing is being practiced at a resettlement centre in Dondo District, as part of efforts in Mozambique to combat the spread of COVID-19.
La distanciation sociale est pratiquée dans un centre de réinstallation du district de Dondo, dans le cadre des efforts déployés au Mozambique pour lutter contre la propagation de la COVID-19.
WFP/Rafael Campos

Une tâche essentielle de tout système d'apprentissage à distance est de soutenir la capacité des enseignants à rester en contact étroit avec leurs élèves malgré leur éloignement physique. Pour la plupart des enfants, les radios communautaires, qui ont été utilisées avec succès dans d'autres pays, seront le moyen le plus accessible, mais diverses autres possibilités complémentaires d'apprentissage à distance - comme la télévision, les plateformes numériques ou les programmes de rattrapage et accélérés - pourraient également être mises en œuvre. Pour être fonctionnelles, toutes ces initiatives nécessiteront une solide coordination et des systèmes de suivi et de soutien efficaces, qui contribueront à éviter l'aggravation des inégalités dans le système éducatif.

Le MINEDH, avec les partenaires de l'éducation, ouvre la voie pour garantir que les besoins des plus vulnérables, tels que les enfants handicapés ou les enfants déplacés à la suite des cyclones de l'année dernière, soient pris en compte. 

Un apprentissage à distance sur mesure

Les programmes d'apprentissage à distance sont adaptés, afin qu'aucun enfant ne soit laissé pour compte.  Pour de nombreux enfants comme Rafina, qui, en temps normal, prennent leur repas principal à l'école, de nouvelles façons d'organiser l'alimentation scolaire pourraient alléger la pression économique sur leurs familles et inciter les enfants à poursuivre leurs études à distance.

Bien que personne ne puisse prédire combien de temps cette situation va perdurer, l'Union Africaine recommande de planifier à l'avance le retour éventuel en classe, afin de s'assurer que les écoles réhabilitées offrent aux enfants un environnement sûr, propre et hygiénique dans lequel ils pourront revenir.

Même à son jeune âge, Rafina a déjà connu plus de situations d'urgence que celles auxquelles beaucoup d'entre nous seront confrontés au cours de notre vie. La meilleure chose qui puisse être faite pour la rendre plus résistante, elle et sa famille, aux catastrophes futures, est de l'aider à recevoir une éducation solide. À cette fin, les Nations Unies et la Banque Mondiale restent déterminées à poursuivre leur soutien au MINEDH, aux enseignants, aux communautés et aux parents.

Au 18 mai 2020, le Mozambique avait signalé 137 cas de COVID-19, sans décès.

Même à son jeune âge, Rafina a déjà connu plus de situations d'urgence que celles auxquelles beaucoup d'entre nous seront confrontés au cours de leur vie. La meilleure chose qui puisse être faite pour la rendre plus résistante, elle et sa famille, aux catastrophes futures, est de l'aider à recevoir une éducation solide. À cette fin, les Nations Unies et la Banque Mondiale restent déterminées à poursuivre leur soutien au MINEDH, aux enseignants, aux communautés et aux parents.

Au 26 mai 2020, le Mozambique avait signalé 231 cas de COVID-19, dont un décès.

UN News
More from this author