Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Le Kenya accueille un colloque sur le renforcement des capacités des institutions publiques en Afrique de l’Est

Décembre 2019 - Mars 2020

OBTENEZ NOTRE APP.

Download app from Android Download app from Apple

Le Kenya accueille un colloque sur le renforcement des capacités des institutions publiques en Afrique de l’Est

10 Octobre 2019
Commission Economique pour l'Afrique
Commission Economique pour l'Afrique

Addis-Abeba, Ethiopie, le 9 octobre 2019 (CEA) - Le Kenya accueillera la semaine prochaine un colloque de trois jours sur le renforcement des capacités des institutions publiques pour la transformation, l'innovation et le leadership éthique en vue de réaliser le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et l’Agenda 2063 en Afrique de l’Est.

Le colloque, organisé par le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (DAES), en collaboration avec le Gouvernement kényan et l’Agence de développement de l’Union africaine (AUDA-NEPAD), a pour objectif de renforcer les capacités des fonctionnaires des gouvernements en Afrique de l’Est à transformer leurs institutions publiques et à accélérer la réalisation de l’Agenda 2030 et de l’Agenda 2063.

La Commission économique pour l’Afrique (CEA), partenaire clé de l’Union africaine, participera au colloque.

La Chargée des affaires économiques, Eunice Ajambo, est l’une des représentantes de la CEA au colloque.

« La réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et de l’Agenda 2063 repose entièrement sur le service public. Tous les objectifs de développement exigent la prestation de services publics ou la mise en œuvre d’une politique exigeant que les services publics coordonnent, assurent la médiation ou fournissent des services », déclare Mme Ajambo.

« Du point de vue de l’Africain ordinaire, nous nous posons la question à savoir quel est le tableau de bord indiquant notre niveau de succès, une fois la date butoir de 2030 arrivé ? Quel est le statut de nos institutions ? Dans quelle mesure sommes-nous en mesure d’approvisionner et d’utiliser efficacement les ressources au profit des investissements publics ? Quel est le rôle et les commentaires du fonctionnaire africain moyen ? Il s’agit des principes de responsabilité, de transparence, de participation, d’inclusion et de réactivité. Il s’agit de la place de l’innovation. Et la motivation du service public est un devoir ».

Le colloque a pour objectif de se pencher sur les meilleurs moyens à mettre en place pour mobiliser, organiser et équiper les institutions afin qu’elles puissent promouvoir efficacement le développement durable en faisant le bilan des progrès accomplis dans la mise en œuvre des deux programmes.

Ce sera également l’occasion de débattre des moyens de promouvoir l’innovation au sein du gouvernement pour l’inclusion sociale des groupes vulnérables, en mettant l’accent sur les jeunes, le genre et les personnes handicapées. Il s’associera également au groupe de travail des écoles d’administration publique de l’Afrique de l’Est dans le cadre de l’Initiative mondiale des écoles d’administration publique visant à mettre en œuvre les Objectifs de développement durable dans le but d’élaborer et d’actualiser les programmes de formation de la fonction publique et les cadres de gestion du rendement de la fonction publique, en intégrant les compétences clés et les aptitudes nécessaires aux fonctionnaires pour mettre en œuvre l’Agenda 2030.

Les organisateurs disent que les Agendas 2063 et 2030 ne seront concrétisés que si les institutions publiques africaines deviennent plus efficaces, responsables et inclusives et si les services ne sont pas fournis de manière plus équitable, en tenant compte des besoins des groupes les plus vulnérables de la société.

« Il s’agit de promouvoir, d’appuyer et de renforcer les capacités, ainsi que de créer un environnement propice dans lequel les services publics peuvent être fournis de manière efficace et efficiente et fournis par tous les acteurs concernés », ajoute Mme Ajambo.

Bien que les pays d’Afrique de l’Est aient enregistré de grands progrès dans la mise en place de systèmes de gouvernance démocratique, notamment en organisant régulièrement des élections, des efforts importants et des engagements au niveau national sont nécessaires pour consolider la bonne gouvernance et instaurer une paix durable. Les pays d’Afrique de l’Est ont souligné, par le biais des Examens nationaux volontaires qu’ils ont présentés au Forum politique de haut niveau (HLPF) en 2016, 2017, 2018 et 2019 que : « Une planification de la mise en œuvre multisectorielle faible » et un « engagement communautaire au niveau national et local » demeurent encore des défis majeurs.

Le colloque se tiendra du 16 au 18 octobre 2019, à Nairobi, au Kenya, à la Kenya School of Government.

 

Publié par:

Section de la communication

Commission économique pour l’Afrique

B.P. 3001

Addis-Abeba

Éthiopie

Tél : +251 11 551 5826

Email : eca-info@un.org