Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

La fin de la Décennie de la femme africaine ; l'état des progrès réalisés par rapport aux engagements

Get monthly
e-newsletter

La fin de la Décennie de la femme africaine ; l'état des progrès réalisés par rapport aux engagements

15 Octobre 2020
Auteur: 
Young women beneficiaries of the ''she will connect program'' talk about its impact during the launch of "'My Digital Journey'' an online platform for women and girls to share information and engage constructively.
Eric Onyiego/ USAID Kenya
Les jeunes femmes bénéficiaires du programme "She will Connect" parlent de son impact lors du lancement de "My Digital Journey", une plateforme en ligne permettant aux femmes et aux filles de partager des informations et de s'engager de manière constructive.

Aujourd'hui marque un tournant dans le calendrier de l'Union africaine (UA) en matière d'égalité des sexes, alors que nous célébrons le 10e anniversaire, et donc la fin de la première Décennie de la femme africaine (AWD) sur l'approche de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes à la base 2010-2020, qui a été adoptée le 15 octobre 2010 à Nairobi, au Kenya. Les célébrations sont particulièrement importantes car elles coïncident avec deux étapes tout aussi importantes, à savoir les célébrations du 20e anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies (UNSRC) et du 25e anniversaire de la Déclaration et du programme d'action de Pékin.

L'Afrique a connu une augmentation de la participation des femmes aux processus de décision politique, qui a vu quatre États membres de l'UA (Rwanda, Namibie, Afrique du Sud et Sénégal) se classer parmi les dix premiers pays du monde ayant le plus grand nombre de femmes représentées au Parlement. 

En consacrant une décennie entière aux femmes, les dirigeants africains ont démontré leur volonté politique et leur engagement à promouvoir l'égalité des sexes, l'autonomisation des femmes et les droits des femmes. Tout au long de la décennie, des progrès considérables ont été réalisés pour traduire l'engagement en actions mesurables, la plupart des pays africains ayant fait des pas de géant pour élever le statut des femmes par des moyens juridiques et constitutionnels, des mécanismes institutionnels de promotion de l'égalité des sexes ainsi que pour créer des environnements favorables à la réalisation du potentiel des femmes.

L'Afrique a connu une augmentation de la participation des femmes aux processus de décision politique, qui a vu quatre États membres de l'UA (Rwanda, Namibie, Afrique du Sud et Sénégal) se classer parmi les dix premiers pays du monde ayant le plus grand nombre de femmes représentées au Parlement. Seize (16) autres États membres ont dépassé le seuil de trente pour cent (30 %) de la représentation des femmes dans les parlements nationaux. Les femmes occupent désormais des ministères stratégiques tels que la défense, l'économie, les finances et les affaires étrangères, qui étaient traditionnellement réservés aux hommes. Aujourd'hui, l'Afrique a amélioré l'accès des femmes aux technologies, infrastructures et services modernes. Le taux d'éducation des femmes a augmenté et l'accès aux formations techniques et professionnelles s'est amélioré. En effet, les femmes africaines peuvent se réjouir de beaucoup de réalisations concrètes de cette première Journée mondiale de la femme.

President Paul Kagame receiving the Gender Champion Award in 2016.
Le président Paul Kagame reçoit le prix du champion du genre en 2016. Crédit photo : page Flickr de Paul Kagame

Tout en célébrant ces réalisations louables, il est important de reconnaître un certain nombre d'obstacles qui persistent encore et qui empêchent de profiter efficacement de tous les objectifs de l'AWD. Par exemple, le manque de ressources, les disparités entre l'établissement de normes et leur mise en œuvre effective, les contraintes socio-économiques et culturelles, la violence sexuelle et sexiste, les pratiques culturelles néfastes, le VIH/SIDA, l'absence de propriété, notamment foncière et successorale, entre autres. La pandémie de la COVID-19 menace également d'exacerber certains de ces défis, car les femmes sont touchées de manière disproportionnée.

Alors que l'Afrique entre dans la nouvelle Décennie de la femme africaine pour l'inclusion financière et économique des femmes africaines 2020-2030, les États membres de l'UA doivent prendre des mesures appropriées pour mettre en œuvre pleinement et efficacement leurs engagements à faire progresser le bien-être des femmes sur le continent et consolider les gains réalisés au cours de la DFA 2010-2020.

Thèmes: 
More from this author