Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Annonce

La criminalité liée aux espèces sauvages met en danger l'environnement et la santé : Rapport de l'ONU

Get monthly
e-newsletter

La criminalité liée aux espèces sauvages met en danger l'environnement et la santé : Rapport de l'ONU

15 Juillet 2020
Auteur: 
Rescued orphan elephants at David Sheldrick Wildlife Trust in Kenya.
UNEP/Natalia Mroz
Sauvetage d'éléphants orphelins au David Sheldrick Wildlife Trust au Kenya.

La pandémie de COVID-19 montre à quel point la criminalité liée aux espèces sauvages est une menace non seulement pour l'environnement mais aussi pour la santé humaine, selon un nouveau rapport des Nations Unies publié vendredi.

Le Rapport Mondial sur la Criminalité liée aux Espèces Sauvages 2020 montre comment le trafic de certaines espèces sauvages, qui sont ensuite abattues et vendues illégalement, peut accroître la transmission de maladies qui se propagent des animaux aux humains.

Les zoonoses représentent jusqu'à 75 % de toutes les maladies infectieuses émergentes et comprennent le nouveau coronavirus qui a causé la pandémie mondiale.

"Les réseaux transnationaux de criminalité organisée récoltent les profits de la criminalité liée aux espèces sauvages, mais ce sont les pauvres qui en paient le prix", a déclaré Ghada Waly, directeur exécutif de l'Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC) qui a produit le rapport.

Les pangolins : le mammifère le plus trafiqué au monde

Le rapport souligne le trafic d'espèces sauvages telles que les pangolins, qui ont été identifiés comme une source potentielle de coronavirus.

Des experts de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sont en route pour la Chine, afin de déterminer la source animale de la COVID-19.

Les saisies d'écailles de pangolin ont été multipliées par dix entre 2014 et 2018, ce qui en fait le mammifère sauvage le plus trafiqué au monde.

Près de 6 000 espèces ont été saisies au cours de la dernière décennie, qui comprennent des mammifères mais aussi des reptiles, des coraux, des oiseaux et des poissons.

Aucun pays n'a été identifié comme étant à l'origine de plus de 9 % du nombre total de saisies, tandis que les trafiquants présumés représentaient environ 150 nationalités, ce qui souligne la nature mondiale de ces crimes.

Le bois tropical illégal en hausse

Le rapport analyse également les marchés du bois de rose illicite, de l'ivoire, de la corne de rhinocéros, des écailles de pangolin, des reptiles vivants, des grands félins et de l'anguille européenne.

Les tendances montrent que la demande d'ivoire africain et de corne de rhinocéros est en déclin, ce qui indique que le marché pour ces produits est plus petit que ce qui avait été suggéré précédemment. On estime que ces deux produits ont généré plus de 600 millions de dollars par an entre 2016 et 2018.

Pendant ce temps, la demande de bois dur tropical a augmenté de manière significative au cours des deux dernières décennies. Le bois de rose africain illégal est même entré dans les chaînes d'approvisionnement légitimes pour le commerce des meubles. Dans le même temps, les saisies de produits du tigre ont également augmenté, parallèlement à l'intérêt des trafiquants pour d'autres pièces de gros chat qui peuvent servir de substituts.

Le commerce des espèces sauvages est également passé au numérique, les trafiquants vendant des reptiles vivants et des os de tigre, entre autres produits, par le biais de plateformes en ligne et d'applications de messagerie cryptée.

La coordination transfrontalière est essentielle

L'ONUDC estime qu'il est essentiel de mettre un terme à la criminalité liée aux espèces sauvages pour protéger la biodiversité et l'État de droit, mais aussi pour prévenir les futures urgences de santé publique.

Le rapport souligne la nécessité de renforcer les systèmes de justice pénale et d'améliorer la coopération internationale et les enquêtes transfrontalières, entre autres mesures.

"Pour protéger les personnes et la planète conformément aux objectifs de développement durable, et pour mieux tirer parti de la crise de la COVID-19, nous ne pouvons pas nous permettre d'ignorer la criminalité liée aux espèces sauvages", a déclaré Mme Waly, directrice de l'agence des Nations Unies.

"Le Rapport mondial sur la criminalité liée aux espèces sauvages 2020 peut contribuer à maintenir cette menace en bonne place dans l'agenda international et à accroître le soutien aux gouvernements pour qu'ils adoptent la législation nécessaire et développent la coordination et les capacités interinstitutionnelles nécessaires pour lutter contre les infractions liées aux espèces sauvages".